LastMinute : l’UFC-Que Choisir accuse le site de piéger les consommateurs

LastMinute, le site de réservation de voyages en ligne, est accusé de piéger les internautes. L’UFC-Que Choisir épingle en effet la firme pour pratiques commerciales illicites, agressives et trompeuses devant le Tribunal Judiciaire de Paris. D’après l’association, LastMinute impose des assurances voyage à ses clients à leur insu au moment du paiement. 

lastminute ufc accuse pieger internautes

« Le voyagiste fait apparaitre, après la validation du moyen de paiement, une fenêtre pop-up qui détourne l’attention des consommateurs et leur fait souscrire l’assurance la plus chère sans s’en rendre compte » accuse l’UFC-Que Choisir dans un article publié sur son site web ce 27 janvier 2020. Pour appuyer ses accusations, l’UFC-Que Choisir partage les témoignages de nombreux internautes qui sont tombés dans le « piège marketing » du site.

« Une fois le paiement validé qu’elle ne fut pas ma surprise de voir que j’avais également payé une assurance pour mon vol dont je n’avais absolument pas besoin. Tout est fait pour piéger le client au moment de l’achat, la vente n’est pas loyale je ne recommande pas ce site » témoigne un consommateur.

Selon l’UFC, le processus de paiement mis en place par LastMinute vise uniquement à tromper les internautes. La fenêtre pop-up dédiée à l’assurance complémentaire reprend ainsi à la lettre « les mêmes codes graphiques » qu’une fenêtre de confirmation. De plus, la mention de l’assurance, et de son prix, est inscrit en petits caractères. Quelques minutes plutôt, les utilisateurs ont pourtant déjà refusé à de multiples reprises de souscrire à cette assurance.

Lire également : Booking.com dupe les internautes avec des techniques de ventes agressives

LastMinute viole le principe du « double-clic »

« LastMinute viole la législation de la vente sur internet » accuse l’association de défense des consommateurs. La plateforme violerait notamment le principe du « double-clic ». La législation prévoit en effet que le consommateur puisse vérifier une dernière fois le contenu de sa commande ainsi que son prix avant de finaliser l’achat.

Le clic final valide alors la transaction et les conditions générales de vente. L’article 1127-2 du code Civil interdit d’ailleurs aux commerçants de rajouter des services payants, comme une assurance complémentaire, après le récapitulatif de la commande. D’après une étude du Times, cette pratique permet à LastMinute de gagner près de 10 millions d’euros supplémentaires tous les ans.

L’UFC-Que Choisir requiert des sanctions contre le site, détenu en grande partie par Freesailors Coöperatief U.A, une firme basée aux Pays-bas. En attendant que le jugement du tribunal ne soit rendu, l’association demande aux internautes de rester vigilant lors d’une réservation sur le site du « leader dans l’industrie du voyage en ligne et des loisirs ». Avez-vous déjà souscris à une assurance indésirable ? On attend votre avis dans les commentaires.

Source : UFC-Que Choisir



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
Amazon lance Honeycode : créez des applications web et mobiles sans coder

Amazon lance Honeycode, une plateforme qui permet de développer des applications web et mobiles sans compétences en programmation. En se basant sur des templates prédéfinis, les utilisateurs ont la possibilité de créer rapidement des applications sans écrire une seule ligne…