Huawei : les fabricants de puces chinois jettent l’éponge, la descente aux enfers continue

Huawei ne pourra pas compter sur des alternatives chinoises : les fondeurs du pays préfèrent se plier aux sanctions américaines, et ont arrêté de fournir et d'accepter des commandes du constructeur chinois depuis le 15 septembre. Certains comme SMIC ont néanmoins déposé une demande de dérogation auprès du Département du Commerce américain. 

Huawei

La situation commence à être vraiment compliquée pour la poursuite des activités de Huawei Mobile.  Le groupe sait qu'il ne peut plus faire fabriquer ses puces Kirin par le leader du secteur, TSMC. Huawei ne peut plus acheter de nouvelles puces Qualcomm ou MediaTek. Or à en croire un rapport repris par Digitimes, les fondeurs chinois, y compris ceux qui avaient construits des partenariats de long-terme avec le constructeur, auraient décidé de se plier aux sanctions américaines et de cesser leur approvisionnement à compter de mardi 15 septembre 2020.

Huawei : la branche mobile est de plus en plus asphyxiée par les sanctions américaines

Cela inclut au passage le fondeur chinois SMIC qui fabriquait déjà certaines puces Kirin pour le bas et milieu de gamme – et qui avait demandé une dérogation en amont pour continuer à fournir Huawei. En fait, les sanctions américaines sonnent comme une leçon plutôt cruelle envers les pépites tech chinoises : le marché y dépend encore beaucoup trop de technologies développées de l'autre côté du Pacifique, ce qui donne à l'administration américaine des moyens de pression énorme. A en croire le blog, les fondeurs préfèrent ainsi respecter les nouvelles règles du Département du Commerce de peur de perdre l'accès à des technologies indispensables pour la poursuite de leurs activités.

Pour l'heure, Huawei semble avoir pris les devants et a demandé à tous ses partenaires de produire le plus de composants possible avant que les sanctions n'entrent en vigueur. Ce qui signifie que pour certains modèles, Huawei devrait être encore malgré tout en mesure de mettre en place des lancements. D'ailleurs, un billet posté sur le compte Twitter de Huawei Mobile UK semble d'ores et déjà indiquer que le Mate 40 sera lancé hors de Chine – et que cela devrait arriver avant la fin de l'année 2020 contrairement aux craintes régulièrement évoquées par les rumeurs de retard en Europe.

On sait néanmoins déjà que TSMC n'a pu livrer qu'un nombre relativement modeste de puces Kirin pour le Mate 40 avant la date butoir. Cela, ajouté à des smartphones privés de licence Android, devrait mécaniquement déboucher sur une chute vertigineuse des ventes de mobile Huawei (et de ses résultats) en 2021.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
huawei qualcomm
Huawei privilégie Qualcomm pour remplacer ses puces Kirin

Le président tournant de Huawei a déclaré mercredi que la chaîne d’approvisionnement de l’entreprise subissait une attaque violente de la part des États-Unis. Il a exhorté Washington à lever les restrictions commerciales qui nuisent aussi bien au géant chinois qu’à…

Huawei P40
Huawei promet des smartphones qui se rechargent au laser d’ici 2023

Huawei vient de breveter une nouvelle technologie permettant de recharger des smartphones ou des drones à l’aide de faisceaux lasers. Selon le constructeur, la recharge laser devrait débarquer d’ici les 2 ou 3 prochaines années. Bien que la recharge sans…

huawei smartphone amd
AMD pourrait sauver les smartphones Huawei

AMD pourrait venir en aide à Huawei à concevoir à nouveau des smartphones. Le fondeur américain est en effet titulaire d’une licence commerciale qui l’autorise à travailler avec les entreprises présentes dans la liste noire du gouvernement américain où se…