Huawei : le Pentagone empêche Trump de décréter de nouvelles sanctions pour le moment

 

Huawei ne sera pas la cible de nouvelles sanctions de l'administration Trump contrairement aux menaces du Secrétaire au Commerce Wilbur Ross. Le Pentagone a en effet décidé d'empêcher le gouvernement de renforcer les sanctions au motif que cela “porte atteinte à l'innovation des entreprises américaines”. Et ce n'est pas la seule mauvaise nouvelle pour l'équipe de Donald Trump : selon toute vraisemblance, le Royaume-Uni devrait autoriser Huawei à déployer sa 5G. 

huawei
Crédits : Lisbon Web Summit 2017

On l'oublierait presque : depuis son élection à la Maison Blanche, Donald Trump a écopé de quelques échecs particulièrement cuisants. C'était particulièrement vrai au début de sa présidence lorsque, par exemple, le nouveau locataire de la Maison Blanche avait signé un décret présidentiel interdisant toute entrée de ressortissants Iraquiens, Libyens, Somaliens, Iraniens, Soudanais, Syriens et Yéménites pour une durée de 90 jours. Avant que l'essentiel de ses effets ne soient annulés par des tribunaux.

Levée de boucliers

Le Pentagone vient cette fois-ci s'immiscer dans les relations particulièrement tendues entre l'administration Trump et Huawei. Le secrétaire d'Etat au commerce Wilbur Ross avait en effet révélé la semaine dernière son intention de renforcer les sanctions visant Huawei. L'une des pistes probables était d'abaisser le seuil de propriété intellectuelle américaines au-delà duquel Huawei n'a pas le droit d'acheter un composant ou service. A l'heure actuelle, Huawei ne peut acheter de composant à des firmes tierces que si ces derniers contiennent moins de 25% de propriété intellectuelle américaine.

Alors que le détail du nouveau train de sanctions voulues par l'administration Trump n'a pas été rendu public, les rumeurs sur ses contours auraient généré un vent de panique parmi des entreprises et une partie du secteur de la défense. Ce qui n'a pas manqué de susciter une levée de boucliers d'une partie du Pentagone. Certains officiels ont ainsi objecté que ces mesures plus dures pourraient durablement décourager l'utilisation de composants américains à l'étranger, ce qui affaiblirait les entreprises américaines et la compétitivité du pays. En particulier dans le secteur du silicium.

Selon Forbes le texte a du coup été tout simplement retiré. Ce nouveau camouflet n'est pas la seule mauvaise nouvelle pour l'administration Trump. A en croire Forbes, il est à ce stade quasiment certain que le Royaume-Uni retienne Huawei comme équipementier pour déployer la 5G. Huawei a en effet une forte base 4G dans le pays, et conserve une avance sur la concurrence dans le déploiement 5G.

Or, le Royaume-Uni aurait en coulisses déjà acte un rôle limité de la firme depuis plusieurs mois. Tout chambouler serait tout simplement trop coûteux à ce stade, dans un contexte budgétaire compliqué par le Brexit. La décision du Royaume-Uni est attendue dans les prochains jours.

Source : Forbes



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !