Le Google Play Store a une nouvelle fois été la cible d’un malware, qui avait déjà sévi mais qui a récemment réussi son retour sur le magasin d’applications d’Android. Celui-ci se cache dans des apps utilitaires comme des calculatrices, enregistreurs d’appels ou packs d'emojis. Et une fois l’app infectée installée, tout est fait pour que l’utilisateur ait un mal fou à identifier le coupable et le supprimer. 

malware play store

L’alerte a été sonnée par Symantec (Norton), qui vient de publier un rapport sur le sujet. Un vieux malware connu sous le nom Android.Reputation.1 a récemment réapparu sur le Google Play Store. Il a été repéré dans sept applications, mais il pourrait être présent d’autres. Il s’agit pour l’essentiel de petites apps dites utilitaires : calculatrices, nettoyeurs d’espace et optimisation du smartphone, enregistreurs d’appels, sécurité ou packs d'emojis pour clavier.

Google Play Store : des applications infectées par un malware

Le fonctionnement du malware a été analysé par Symantec, et celui-ci est vraiment intéressant. Il permet de comprendre comment les développeurs de ce genre de malware pensent leur conception afin de piéger au mieux les utilisateurs. Mieux connaître leur manière d’agir pourrait vous permettre de mieux les identifier dans le futur. Voici leur méthode d’attaque :

  • Une fois l’application infectée installée, le malware attend 4 heures avant d’agir. L’utilisateur est ainsi moins susceptible de comprendre que le problème provient de l’installation de cette app.
  • Le malware demande un accès administrateur en se faisant passer pour Google Play. Il reprend son logo pour inspirer la confiance.
  • Pour réduire les chances de désinstallation, il est capable de dissimuler l’app infectée en modifiant son nom et son icône. Là encore, il tente de faire passer l’app pour une autre (Google Play ou Google Maps).
  • Une fois que ces mesures visant à tromper l’utilisateur ont été prises, le malware commence à envoyer de la pub. Selon sa configuration, ses moyens d’actions peuvent varier. Actuellement, il a pour cela recours à Google Mobile Services. Votre navigateur ouvre alors tout seul des pages dont les URL renvoient généralement vers des arnaques du type « Vous avez gagné un iPhone » ou « Vous avez remporté le tirage au sort ».

Pour éviter ce genre de désagréments, gardez si possible votre smartphone bien mis à jour, ne téléchargez pas d’applications de sources qui ne sont pas de confiance, soyez très vigilants aux permissions que vous accordez aux apps et effectuez des sauvegardes régulièrement. Un antivirus Android peut aider, mais ne remplacera jamais une bonne utilisation de votre smartphone.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
NordVPN confirme avoir été victime de piratage

NordVPN vient de confirmer avoir été victime de piratage il y a plusieurs mois, en mars 2018. Des pirates ont ainsi eu accès à un serveur loué par la firme pendant environ un mois vie un système de gestion à…

Sécurité : Huawei subirait un million de cyberattaques par jour

D’après le chef de la sécurité de Huawei, l’entreprise repousserait une quantité impressionnante d’attaques informatiques. Des attaques à travers le monde entier, et des autorités américaines qui n’y seraient pas étrangères, selon l’entreprise. Si Huawei doit faire face à l’ire…

WhatsApp : un simple GIF permet de pirater votre smartphone

Une faille découverte dans l’application WhatsApp et qui affecte les smartphones Android permet d’accéder à vos photos privées et autres données personnelles. Il suffit d’un GIF modifié pour exploiter cette vulnérabilité qui vient d’être découverte par un chercheur en sécurité….

Une attaque DDoS rapporte 2,5 millions de dollars à Wikipédia

Vendredi dernier, le site encyclopédique Wikipédia était victime d’une conséquente attaque DDoS (Distributed Denial of Service). Pour limiter les dégâts d’une telle menace, la Wikimedia Foundation vient de recevoir une jolie somme de la part d’un généreux donateur pas si…