Facebook a menti, le réseau social espionne toujours les mineurs

 

Facebook ne respecte pas ses engagements en matière de protection de la vie privée de ses utilisateurs les plus jeunes. Alors que le réseau social avait promis de restreindre ses données collectées à l’âge, le genre et la localisation, un groupe d’activistes révèle qu’il continue en réalité ses activités comme si de rien n’était.

Facebook
Crédits : Unsplash

Ces dernières semaines, Facebook s’est de nouveau retrouvé sur le banc des accusés. Grâce aux révélations de la lanceuse d’alerte Frances Haugen, nous savons désormais que le réseau social traite ses utilisateurs les plus jeunes comme tous les autres. En plus de collecter leurs données, il reconnaît en interne que ses applications peuvent nuire à la santé mentale des adolescents. Mais en interne seulement : publiquement, Meta dément toutes les rumeurs à ce sujet.

Reste que la polémique est bien là et que Facebook a dû apaiser les tensions. En juillet dernier, le groupe a promis que les publicités ciblant les mineurs ne pourront plus s’appuyer sur leurs informations d’activité. En d’autres termes, impossible de traquer les adolescents sur le web, il faut se contenter de leur âge, leur genre et leur localisation. Toutefois, cela ne semble être que de la théorie.

Facebook collecte toujours les données des adolescents

Dans un rapport intitulé ” Comment Facebook continue de surveiller les adolescents », les organismes Reset Australia et Fairplay and Global Action Plan accusent le réseau social de ne pas avoir respecté ses engagements. « Alors que Facebook affirme qu’il ne permettra plus aux annonceurs de cibler sélectivement les adolescents, il semble que Facebook lui-même continue à cibler les adolescents, seulement maintenant avec la puissance de l’IA », peut-on lire dans la lettre envoyée à Mark Zuckerberg.

Sur le même sujet : Facebook veut cibler les jeunes de 6 ans, ces documents le prouvent

Pour appuyer leurs propos, les activistes présentent les résultats d’une étude réalisée par les chercheurs Elena Yi-Ching Ho et Rys Farthing ainsi que par le journaliste Matthias Eberl. Ces derniers ont créé trois comptes Facebook, dont un avec un profil âgé de 13 ans et un second de 16 ans. Leurs conclusions sont sans appel. Leurs informations ont bel et bien été collectées à partir des onglets ouverts et pages visitées.

Ils estiment ainsi que l’IA de Facebook est « un algorithme extrêmement puissant capable de prédire les publicités avec lesquelles chaque utilisateur peut interagir ». De son côté, Meta déclare ne pas avoir lu le rapport. Le groupe assure en revanche « ne pas utiliser les données provenant des sites web et des applications de nos annonceurs et partenaires pour personnaliser les publicités destinées aux personnes de moins de 18 ans. »

Source : Reset Australia



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !