Facebook refuse d’admettre qu’Instagram est dangereux pour les adolescents

 

Après un rapport consternant du Wall Street Journal, Facebook contre-attaque en assurant que ses réseaux sociaux, en particulier Instagram, ne présentent aucun danger pour la santé mentale de ses utilisateurs. Selon le groupe de Mark Zuckerberg, c'est même tout l'inverse : ces derniers aideraient les adolescents à traverser des moments difficiles.

instagram crash
Crédits : Pixabay

C'est un secret de Polichinelle : les réseaux sociaux ne sont pas sans danger pour la santé mentale de leurs utilisateurs. Entre les fake news, les publicités cachées des influenceurs et la représentation d'une réalité qui n'en est pas vraiment une, consulter son fil d'actualité peut parfois relever du parcours du combattant. Le risque est tel qu'il est bien difficile pour les développeurs de l'ignorer. Il y a quelques jours, le Wall Street Journal publiait un rapport interne de Facebook dont le constat est identifiant : le groupe a parfaitement conscience de la toxicité d'Instagram auprès des adolescentes.

Ce sont en effet bien ces dernières qui sont le plus exposées aux pièges que renferme l'application. Pourtant, et malgré les conclusions de sa propre enquête, la position officielle de Facebook en public est bien différente. Dans une réponse publiée dans un billet de blog, l'entreprise réfute toutes les accusations prononcées à son égard. Selon celle-ci, son rapport a été mal compris, et c'est bien la conclusion inverse qu'il fallait en tirer : Instagram est au contraire bénéfique aux jeunes utilisateurs et utilisatrices.

Sur le même sujet : Facebook confond des personnes noires avec des singes, le réseau social s’excuse

Facebook persiste et signe, Instagram n'est pas dangereux

“Il n'est tout simplement pas exact que cette recherche démontre qu'Instagram est “toxique” pour les adolescentes”, écrit Pratiti Raychoudhury, vice-présidente et responsable de la recherche chez Facebook. “La recherche a en fait démontré que de nombreux adolescents que nous avons entendus estiment que l'utilisation d'Instagram les aide lorsqu'ils font face à des moments difficiles et à des problèmes auxquels les adolescents ont toujours été confrontés.” Une position qui peut sembler bien irresponsable, quand on sait que 40% des élèves de primaire ont un compte sur les réseaux sociaux.

Malgré tout, Facebook reconnaît que tout n'est pas blanc sur ses plateformes. Mais se garde bien d'affirmer qu'il existe un réel problème avec sa manière de gérer les choses. “Nos recherches internes s'inscrivent dans le cadre de nos efforts visant à minimiser les aspects négatifs de nos plateformes et à en maximiser les aspects positifs. Nous investissons dans cette recherche pour identifier de manière proactive les points à améliorer – c'est pourquoi les pires résultats possibles sont mis en évidence dans les diapositives internes. C'est pourquoi la chose la plus importante à propos de cette recherche est ce que nous en avons fait.”

Source : Facebook



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !