Bill Gates a prévenu Donald Trump du risque d’une pandémie dès la fin d’année 2016

Lors d’une réunion organisée en décembre 2016, Bill Gates prévient Donald Trump, alors président élu des États-Unis, qu’il serait nécessaire de se préparer à une pandémie virale. Donald Trump, comme nombre d’autres dirigeants, n’a pas écouté le philanthrope. Avec les conséquences que nous connaissons aujourd’hui.

bill gates covid

A plusieurs reprises, les dirigeants de plusieurs pays ont affirmé qu’il était impossible de se préparer à la pandémie de COVID-19 que nous connaissons actuellement. Pourquoi ? Parce que personne n’aurait pu prédire ce que nous vivons depuis quelques mois. Des déclarations qui ont certainement plus des fins politiques. C’est notamment le cas de Donald Trump qui a expliqué à plusieurs reprises qu’il était impossible de se préparer à la pandémie qui sévit actuellement outre-Atlantique, préparant ainsi les critiques qu’il subira lors de sa campagne pour sa réélection en fin d’année.

Et pourtant, certaines personnalités savaient depuis plusieurs années ce qu’une épidémie virale pourrait causer si elle se propageait dans le monde en s’appuyant notamment sur l’épidémie de SRAS entre 2002 et 2004. L’une d’entre elles est Bill Gates, l’ancien patron de Microsoft devenu philanthrope à temps plein par le biais de sa fondation Bill & Melinda Gates.

Bill Gates alertait déjà Donald Trump en 2016

Dans un article publié par le Wall Street Journal, dont la teneur est rapporté par BGR, nous apprenons que Bill Gates a rencontré Donald Trump en décembre 2016. Ce dernier venait d’être élu et rencontrait, à son QG new-yorkais, des personnalités politiques et économiques. C’est ainsi que l’ancien patron de Microsoft lui a rendu visite pour évoquer les travaux de sa fondation, notamment ceux qui concernent la recherche médicale. Rappelons que cet organisme va financer la construction d’usines pour fabriquer le vaccin du coronavirus quand il sera prêt.

Bill Gates a profité de cette rencontre pour l’alerter sur les dangers d’une pandémie future (parce qu’il était inéluctable que cela arrive un jour) et qu’il était nécessaire d’en faire une priorité. Notez d’ailleurs que le sujet avait déjà été abordé par l’ancien dirigeant. Dès 2015, il en a fait le sujet d’une conférence TED où il expliquait que, si 10 millions de personnes devaient mourir dans un proche avenir, ce ne serait pas à cause d’une guerre, mais d’une maladie.

Trois ans avant l’épidémie de coronavirus, Donald Trump, qui avait peu conscience de l’importance de ce message, avait donc tout le temps nécessaire pour se préparer. Mais il n’a rien fait. Aujourd’hui, nous faisons face à l’épidémie qu’il prédisait. Dans l’article, Bill Gates exprime son impuissance et sa frustration. Il aurait aimé être plus convaincant. Aujourd’hui, c’est trop tard. Les États-Unis sont actuellement le premier pays touché par le COVID-19 avec 1,8 million de cas confirmés et plus de 81 600 décès. Dans le monde ce sont 4,18 millions de personnes touchées et 286 000 décès. Un bilan dont devra répondre Donald Trump lors de sa campagne de réélection.

Source : BGR



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !