Chrome : Google veut bloquer les publicités vidéo qui sont trop intrusives

Google a annoncé un changement dans Chrome qui entrera en vigueur le 5 août 2022. À partir de cette date, le navigateur web bloquera les publicités vidéo qui ne respectent pas les standards que la firme promeut. Les messages publicitaires de YouTube, comme ceux de tous les portails de streaming, seront bloqués s’ils ne respectent pas les règles conseillées par l’association Coalition for Better Ads.

Chrome bloqueur de pub

La publicité est la principale source de revenus de tous les services gratuits sur Internet. Frais techniques. Ressources humaines. Licence technologique. Les sites paient leurs factures avec la publicité sous diverses formes. Avec parfois quelques abus qui ont conduit les Internautes à adopter des bloqueurs de publicité, comme Adblock. Cela bloque les mauvaises publicités, certes, mais aussi celles qui ne sont pas intrusives, mettant en danger les sites qui respectent les bons usages.

Lire aussi : Chrome : Google développe un nouveau bloqueur de publicités

Google a donc décidé de créer, à l’intérieur de Chrome, un bloqueur de publicités qui ne supprime que les formats publicitaires intrusifs et non respectueux, comme celles qui ouvrent une nouvelle fenêtre ou qui affichent un message anxiogène (à propos d’un prétendu malware) ou trompeur (pour vous faire installer la « dernière version » de Flash par exemple). Selon Google, bloquer ses publicités a eu un double effet positif : amener les sites à revoir leur politique en termes de format publicitaire et baisser le taux de bloqueurs de publicité actifs dans Chrome.

Réduire l’impact des publicités vidéo intrusives

Google espère avoir la même influence concernant un autre format : les publicités diffusées en marge d’une vidéo en streaming. Il s’agit aussi bien de celles que vous retrouvez avant, pendant ou après le contenu que vous souhaitez regarder. Trois formats de publicité vidéo seront particulièrement visés et elles concernent les vidéos de moins de 8 minutes. D’abord, les publicités de plus de 30 secondes avant la vidéo que l’utilisateur ne peut passer avant 5 secondes de visionnage. Ensuite les publicités qui interrompent la lecture. Enfin, les pop-up qui apparaissent au-dessus de la vidéo, couvrant plus de 20 % de la surface d’affichage.

Lire aussi : Adblock : Google va tuer les bloqueurs de publicités sur Chrome

Ces formats ont été identifiés comme nuisibles à partir d’un sondage réalisé auprès de 45 000 personnes. Google, en qualité de membre de l’association Coalition for Better Ads, demande aux sites Internet de ne plus utiliser ses formats. Ils ont six mois pour les remplacer par des formats plus respectueux, selon les standards de l’association. À partir du 5 août, ils seront automatiquement bloqués par le bloqueur intégré de Chrome. Et ce même sur YouTube, prévient la firme de Mountain View qui affirme qu’il n’y aura pas de favoritisme. L’idée est, une fois encore, d’améliorer l’expérience des usagers pour qu’ils soient moins réfractaires aux publicités qui soutiennent financièrement les sites gratuits.



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Viagogo : l’UFC-Que Choisir accuse le site d’arnaquer les internautes

Viagogo, le site de revente de billets en ligne, est dans le collimateur de l’UFC-Que Choisir. L’association de défense des consommateurs accuse le site web de « pratiques commerciales trompeuses » destinées à arnaquer les internautes. La plateforme est notamment accusée de mettre la…

Google a mis dans Chrome un identifiant unique pour mieux vous pister

Lorsque vous installez Chrome sur ordinateur ou sur Android, un identifiant unique est attribué et sert à suivre les utilisateurs. Développé à l’origine pour gérer le déploiement de nouvelles fonctionnalités dans le navigateur, il est désormais utilisé par tous les…

LastMinute : l’UFC-Que Choisir accuse le site de piéger les consommateurs

LastMinute, le site de réservation de voyages en ligne, est accusé de piéger les internautes. L’UFC-Que Choisir épingle en effet la firme pour pratiques commerciales illicites, agressives et trompeuses devant le Tribunal Judiciaire de Paris. D’après l’association, LastMinute impose des assurances voyage à…