Bruno Le Maire assure que l’Europe peut se passer de Facebook et d’Instagram

 

Bruno Le Maire se moque ouvertement des menaces de Meta. Si le groupe américain souhaite fermer Facebook et Instagram en Europe, le ministre estime que la vie des européens n'en sera que meilleure. L'énarque s'est dit convaincu que le continent européen va résister à la pression exercée par la firme de Mark Zuckerberg. 

Bruno Le Maire

Il y a quelques jours, Meta a menacé de fermer Facebook et Instagram en Europe dans son rapport annuel à l’US Securities and Exchange Commission (SEC). Le géant américain ne souhaite pas se conformer à la législation européenne en matière de stockage de données personnelles. Peu après cette mise en garde aux allures de bluff, un porte-parole de l'entreprise a tempéré les propos de Meta.

“Nous n'avons absolument aucun désir et aucun projet de retrait d'Europe. Mais Meta et beaucoup d'autres sociétés s'appuient sur des transferts de données entre l'Union européenne et les États-Unis pour faire fonctionner un service global”, déclare le porte-parole de Meta, soucieux d'apaiser les tensions créées par cette menace irréaliste. Il précise que “les entreprises ont besoin de règles claires et globales qui protègent, sur la durée, les flux de données transatlantiques”.

Sur le même thème : Mark Zuckerberg perd 27 milliards d’euros en un jour à cause du bilan financier désastreux de Meta

Bruno Le Maire se moque des menaces de Meta : “nous vivrions très bien sans Facebook”

Quoi qu'il en soit, la menace voilée de Meta n'a pas eu l'effet escompté sur les législateurs européens. Lors d'un point avec la presse à Paris, Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances de France, s'est amusé de la possibilité d'une disparition de Facebook du vieux continent, rapporte Bloomberg.

“Je peux confirmer que la vie est très bonne sans Facebook et que nous vivrions très bien sans Facebook”, a déclaré Bruno Le Maire. Il précise que “les géants du numérique doivent comprendre que le continent européen résistera et affirmera sa souveraineté”.

Également présent devant la presse, Robert Habeck, le ministre allemand de l'Économie, a abondé dans le même sens. “Après avoir été piraté, je vis sans Facebook et Twitter depuis quatre ans et la vie a été fantastique”, affirme Robert Habeck. En miroir de son homologue français, il assure que l'Europe est capable de résister à Meta. L'Union européenne “est un si grand marché intérieur avec tellement de pouvoir économique que si nous agissons dans l'unité, nous ne serons pas intimidés par quelque chose comme ça”, estime le ministre.

Source : Bloomberg



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !