Bitcoin : l’Europe renonce à interdire les cryptomonnaies les plus polluantes

 

La réglementation MiCA (Market in Crypto Assets) est votée ce lundi 14 mars 2022. Ce texte cristallisait de nombreuses inquiétudes chez les acteurs du secteur des cryptomonnaies. Pourquoi ? Un article prévoyait notamment d'interdire au sein des États membres de l'UE le minage par preuve de travail, comme le Bitcoin. Finalement, ce ne sera pas le cas. 

bitcoin interdiction europe
Crédits : Unsplash

Si vous suivez l'actualité des cryptomonnaies, vous savez peut-être que le Parlement européen a voté ce lundi 14 mars 2022 la loi MiCA. Cette nouvelle législation cherche à fixer une toute nouvelle réglementation du marché des cryptomonnaies à l'échelle européenne. Depuis quelques jours, de nombreuses voix du secteur se sont élevées contre une potentielle interdiction du minage par la preuve de travail ou Proof of Work. Sans le mentionner, le Bitcoin est évidemment la cible principale de cette mesure.

Plus précisément, l'article 61 de la loi MiCA prévoyait d'interdire l'exploitation des devises numériques classées comme “non-durables”. En d'autres termes, les cryptomonnaies dont le minage a un impact négatif sur l'environnement. Si cette amendement est retenu par la Commission des affaires économiques et monétaires de l'UE, les services liés au Bitcoin ou à l'Ether seront de facto exclus du champ des activités réglementées en Europe.

À lire également : Le cours du Bitcoin replonge sous les 39 000 dollars tandis que la guerre en Ukraine continue

Une loi qui tuerait le Bitcoin et l'Ether en Europe

Comme l'affirment de nombreux acteurs du marché des cryptomonnaies, un vote définitif et en l'état de la loi MiCA aurait des conséquences désastreuses. En effet, une interdiction complète des cryptomonnaies fondées sur le concept de Proof of Work paralyserait le marché des actifs numériques dans l'UE et encouragerait le contournement des lois, affaiblirait les protections des consommateurs et contraindrait finalement de nombreuses entreprises du secteur à quitter l'UE au profit d'un marché à la législation plus favorable.

Aux yeux de Pierre Person, député de Paris, la loi MiCA dans sa forme actuelle “condamne définitivement l'avenir des crypto-actifs en Europe”. Il poursuit : “En interdisant le Bitcoin et l'Ether, en compliquant l'utilisation des NFT et de la DeFi, le Parlement européen hypothèque monétaire et financière […] MiCA interdit l'émission, l'offre ou l'échange de crypto-actifs qui reposent sur des protocoles de preuve de travail. Cela conduit à un réglementation mortelle qui exclut le Bitcoin et l'Ether de l'Europe”, assure le politique.

Mais finalement, les craintes des défenseurs du Bitcoin et des autres cryptomonnaies basées sur la preuve de travail ne sont pas devenues réalité. En effet, l'amendement en question a été rejeté lors d'un vote préliminaire à 32 voix contre et 24 pour. Toutefois, les parlementaires ont souhaité que la Commission présente une mesure alternative d'ici le 1er janvier 2025. En effet, l'impact environnemental du minage des cryptomonnaies POW est incontestable, et l'UE est déterminée à légiférer pour diminuer les effets néfastes de cette activité. Depuis ces derniers mois, des responsables et des régulateurs de plusieurs pays membres de l'UE ont appelé à une interdiction de l'exploitation minière des cryptos Proof of Work, invoquant des raisons environnementales. 

Source : News Bitcoin



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !