Activision gagne un procès car un avocat ne joue pas à Call of Duty

 

Une action en justice concernant Call of Duty Infinite Warfare a récemment été rejetée par un juge après qu'il a été établi qu'un avocat chargé de l'affaire n'avait pas réellement joué au jeu.

Call of Duty Infinite Warfare
Crédit : Activision

Les jeux vidéo ne sont jamais d’un très grand secours dans les salles d’audience, mais durant un récent procès impliquant Activision, l’avocat de la partie adverse aurait mieux fait d’avoir un peu plus d’expérience avec la franchise phare Call of Duty de la société. L'affaire a été soulevée en Californie l'année dernière par la société de divertissement Brooks Entertainment, spécialisée dans la production cinématographique et télévisuelle.

L’entreprise allègue que Call of Duty : Infinite Warfare portait atteinte à sa propriété intellectuelle pour ses jeux mobiles, Save One Bank et Stock Picker. En outre, Brooks a accusé Activision Blizzard, qui a récemment fait l’objet d’un rachat historique par Microsoft, d'avoir basé le personnage de Sean Brooks, que l'entreprise qualifie de « personnage principal » de Call of Duty : Infinite Warfare, sur le PDG Shon Brooks.

Lire également : Sony craint que les joueurs délaissent la PS5 si Call of Duty devient une exclusivité Xbox et PC

L’avocat n’a jamais joué à Call of Duty et perd le procès

Brooks Entertainment a aussi déclaré dans sa plainte que, bien que Stock Picker et Save One Bank soient « destinés à responsabiliser les jeunes », ils présentaient des similitudes avec Call of Duty. Shon Brooks et Sean Brooks disposent tous deux de ressources et de missiles illimités, ils traduisent les voleurs en justice, ils voyagent sur Mars, et les deux jeux comportaient « des scènes de combat scénarisées se déroulant dans un centre commercial ».

Face à cette plainte pour le moins étonnante, Activision n'a pas tardé à signaler que plusieurs des affirmations concernant la ressemblance des personnages étaient fausses. Après avoir joué à la campagne d’Infinite Warfare, l’avocat d’Activision a rapidement déclaré « il m'est apparu immédiatement que de nombreuses (sinon la quasi-totalité) des allégations factuelles de la plainte n'étaient pas exactes ».

En effet, Sean Brooks n'est pas le personnage principal d'Infinite Warfare comme l'a prétendu Brooks Entertainment, et ils ne partagent aucune similitude physique. De plus, Sean Brooks ne prend pas part à une scène de combat scénarisée dans un centre commercial, comme le suggèrent les plaignants.

Le juge a finalement donné raison à Activision et a rejeté la plainte. Le juge a également « ordonné à l'avocat du plaignant de rembourser à Activision les honoraires d'avocat et les coûts raisonnables qu'il a encourus dans le cadre du litige », car celui-ci n’a finalement jamais joué Call of Duty Infinite Warfare, sur lequel reposait pourtant le procès. S’il y avait joué, il aurait pu vérifier les faits avant de déposer une plainte « sans fondement ». Le juge et la Cour, eux, ont rapidement pu constater la réalité des faits après seulement une heure et demie de jeu.

Source : wsgr



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !