5G Huawei : SFR et Bouygues exigent d’être indemnisés si l’Etat exclut de facto le constructeur

 

SFR et Bouygues Télécom estiment qu'une interdiction totale des équipements 5G Huawei les contraindrait à redéployer une partie de leur réseau ce qui constituerait selon eux une distorsion de la concurrence. Ils exigent donc d'être indemnisés dans le cas où l'Etat leur interdirait les équipements Huawei.

Crédits : Kārlis Dambrāns via Flickr

Bouygues Telecom et SFR attendent fébrilement l'avis de l'Anssi pour savoir si ils peuvent, ou non, utiliser certains équipements Huawei pour leur déploiement 5G. Le problème, c'est que ces opérateurs misent déjà depuis longtemps sur les équipements réseau Huawei, et que devoir s'en passer, signifie probablement devoir redéployer une partie du matériel déjà en place.

«On ne met pas une portière Peugeot sur une Renault. Pour les réseaux, c’est pareil»explique Didier Casas l'un des directeurs de Bouygues Telecom. Pour Martin Bouygues son PDG, si son groupe n'avait pas le droit d'utiliser des équipements réseau 5G Huawei, cela constituerait une «distorsion de concurrence».

Même son de cloche chez SFR : Arthur Dreyfus, le secrétaire général de l'opérateur, estime lui aussi que si un opérateur devait pâtir d’une interdiction, chacun devrait prendre sa part». Les deux groupes s'activent ainsi en coulisses pour éviter une interdiction sèche qui les mettrait en difficulté par rapport à la concurrence.

Les coûts d'une interdiction sont difficiles à estimer – Le Figaro les chiffre entre quelques centaines de milliers d'euros et à peu près un milliard d'euros par opérateur. Outre les équipements 5G déjà en place, il faut les rendre compatible avec les autres équipements, y compris 4G. Ce qui pousserait alors les opérateurs concernés à changer des équipements 4G pour garder une cohérence de réseau.

Ce que l'on comprend de l'article du figaro, c'est à la fois que la perspective d'une interdiction des équipements Huawei est à ce stade crédible. Mais aussi que les discussions s'intensifient en coulisses. Une source proche du dossier cité par le Figaro souligne néanmoins que dans le cas où Huawei était exclu, l'Etat ne ferait “pas de chèque”.

Lire aussi : 5G – la construction d'une usine Huawei en Alsace n'adoucira pas la position de la France

Les opérateurs pourraient néanmoins obtenir des aménagements sur leurs licences 5G. Parmi elles, le Figaro parle d'un “cocktail de mesures” dont un étalement plus long de paiement des licences, et une baisse de la taxe pour les entreprises de réseau.

Source : Le Figaro



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !