Macbook Pro 2016 : les critiques sont unanimes, Apple a craqué

Les Macbook Pro 2016 ont été annoncés la semaine dernière par Apple. Après des années sans renouveler sa gamme, la firme était attendue au tournant. Les premières critiques sont tombées et elles ne sont pas bonnes. Fans d’Apple ou non, les observateurs sont unanimes : Apple a craqué !

macbook pro 2016

C’était une keynote très attendue par les différents observateurs. Que l’on soit fan d’Apple ou non, l’annonce des nouveaux Macbook Pro était attendue. Qu’avait préparé Apple pendant toutes ces années d’absence sur le marché des PC ? Qu’avait prévu la firme pour contrer Microsoft qui a lancé sa Surface Book, son premier ordinateur maison ? Les attentes étaient nombreuses pour les 25 ans du premier notebook, créé par Apple, of course.

Et tout au long de cette keynote, les passionnés de high-tech que nous sommes trépignions d’impatience à l’idée de découvrir ce que nous avait préparé la firme. Et puis nous avons découvert un Macbook Pro 2016 qui n’a rien de bien nouveau finalement. Seule vraie nouveauté si ce n’est le changement de design et l’écran plus lumineux : la Touch Bar. Et elle n’a rien de révolutionnaire.

Les critiques sont unanimes. Tous les observateurs, tous ceux qui ont pu avoir en main les nouveaux Macbook Pro sont du même avis : Apple a complètement craqué. Certains en sont même venus à se demander si la firme n’amorçait pas la fin du PC pour laisser toute la place à l’iPad. Les raisons de ces critiques sont nombreuses. Voici les principales.

Touch Bar : un plus, vraiment ?

La grande nouveauté de ces Macbook Pro 2016, c’est la Touch Bar. Sauf qu’après l’effet « cool » de la fonctionnalité passé, y voit-on un vrai intérêt ? Pour le moment, les observateurs s’interrogent sur la vraie utilité de cette barre OLED qui surplombe le clavier du Macbook Pro. A juste titre.

Apple oriente ses machines à des professionnels, et pour eux, la Touch Bar ne semble pas vraiment d’une grande utilité. Un DJ ne va pas s’amuser avec la Touch Bar pour mixer (comme on a pu le voir lors de la keynote), il est équipé de multiples consoles qui lui permettent de vraiment travailler comme un professionnel.

Même chose pour le montage vidéo, un monteur est équipé de consoles de contrôle et autres machines qui viennent se greffer au Macbook Pro qui devient un centre de contrôle. Quant aux photographes, ils s’en sortent très bien avec un trackpad, un stylet ou une souris. La Touch Bar semble bien gadget pour eux.

macbook-pro-2016-touch-bar

D’ailleurs, certains d’entre nous à la rédaction utilisent un Macbook Pro et ne voient pas d’intérêt à cette Touch Bar (c’est mon cas). Lorsque nous travaillons, le Macbook Pro est connecté à un ou deux autres écrans, nous avons un clavier bluetooth déporté et une souris ou trackpad. Comme nous utilisons un autre clavier, la Touch Bar est située bien trop loin pour s’avérer pratique.

Ce ne sont que quelques exemples mais nous voyons peu d’utilité à cette Touch Bar, comme bon nombre d’autres observateurs, qu’ils soient habitués ou non au Macbook Pro. C’est une technologie qui semble plus gadget qu’autre chose. Il revient maintenant aux développeurs de peut-être en faire un outil incontournable. Mais ça commence mal, l’une des première applications tourne autour… du pet. Et oui…

Des fiches techniques d’un autre temps

La Touch Bar c’est bien, mais ce que l’on attend d’un appareil estampillé « Pro », c’est qu’il réponde aux exigences d’un tel statut. Et sur le papier, les nouveaux Macbook Pro semblent tout droit sortis d’un autre temps, aux vues de leurs tarifs.

Et sur ce point aussi, tous les observateurs sont unanimes. Proposer une machine à 1700 euros minimum avec un processeur qui n’est pas le dernier cri, une carte graphique à la ramasse et 8 Go de RAM, c’est tout simplement absurde. Bientôt les smartphones intègreront 8 Go de RAM… Et même si les utilisateurs décident de mettre le prix, ils ne pourront prétendre à plus de 16 Go de RAM, limite maximale décidée par Apple.

macbook-pro-thunderbolt-3

La firme explique ce choix par le fait que plus de 16 Go de RAM nécessiterait davantage d’énergie et ne serait pas bon pour l’autonomie, sans compter que le design en souffrirait. Le concept de notebook n’aurait plus de sens. Mais les experts expliquent qu’en plaçant un processeur plus puissant et de la mémoire LPDDR4, Apple aurait très bien pu augmenter la puissance tout en conservant ce design et la même autonomie.

Et cela n’aurait pas été de trop puisque pour une gamme « Pro » les fiches techniques des Macbook Pro 2016 sont bien loin d’être à la hauteur. Impossible pour un développeur de travailler avec plusieurs machines virtuelles, impossible pour un monteur de travailler sur des vidéos en 4K. Pour des produits proposés à des professionnels c’est moyen.

Apple veut le futur mais n’est pas prêt

Autre critique dont Apple n’a pas fini d’entendre parler : le retrait de divers ports. Exit l’USB et le port microSD, le Macbook Pro le plus cher n’intègre que 4 port USB Type C, et c’est tout. Apple parle de courage, comme pour le retrait de la prise jack de l’iPhone 7. Nous estimons, comme de nombreux observateurs, qu’Apple va trop vite. La firme veut avancer vers le futur mais l’entreprise n’est pas prête elle-même pour ce futur.

La marque à la Pomme propose une machine avec seulement 4 ports USB Type C, mais rien aujourd’hui ne facilite l’usage d’une telle technologie. Et les professionnels utilisent de nombreux appareils qui se connectent au Macbook Pro. Un photographe par exemple travaille à longueur de journée avec des cartes microSD. Retirer ce port est une grosse erreur. Idem concernant l’USB 3.0 qui permet de connecter disques durs externes et autres périphériques.

macbook pro iphone

Tout l’univers high-tech n’a pas franchi le pas, Apple est seul en route et ne propose aucune aide. Ah si, de multiples adaptateurs qui coûtent une fortune. Ce n’est pas très pro tout ça.

Apple veut créer un futur pour lequel il n’est pas prêt

Des tarifs complètement hallucinants

Nous pensions avoir tout vu en terme de prix, mais ces Macbook Pro ont vraiment refroidi tout le monde, y compris les plus fanatiques d’Apple. Les tarifs sont tout simplement surréalistes. Il faut compter 1699 euros pour un modèle 13 pouces classique, sans la principale nouveauté, la Touch Bar. Un tarif complètement prohibitif. Et en plus, à ce prix, la machine affiche une configuration indigne d’un usage professionnel.

Pour pouvoir prétendre à un Macbook Pro il faut compter au minimum 1999 euros. C’est la configuration minimale avec la Touch Bar. Et si vous voulez un produit digne d’un usage professionnel (attention on ne parle pas des monteurs et développeurs), alors il faudra compter 2699 euros pour le Macbook Pro de 15 pouces avec Touch Bar.

impots apple

Cette politique tarifaire est tout simplement hallucinante, de l’avis de tous. A tel point que tout le monde s’interroge sur l’avenir du PC chez Apple. La firme cherche-t-elle à mettre fin à ces machines pour ne proposer que des tablettes et smartphones au grand public ? Et réserver les ordinateurs aux professionnels qui en ont besoin au quotidien ? La question mérite d’être posée et prend de plus en plus de sens. D’ailleurs Steve Jobs n’avait pas caché son souhait de tuer l’ordinateur tel que nous le connaissions avant de nous quitter.

Macbook Pro 2016 : vendu sans cordon d’alimentation, il faut aussi un adaptateur pour y brancher l’iPhone

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !