Gameloft et le free-to-play : un nouveau modèle pour le jeu sur smartphone

Maj. le 18 avril 2016 à 15 h 54 min

Difficile de parler du jeu sur mobile sans penser à Gameloft, poids lourd du secteur depuis sa fondation en 1999. Alors que le studio fondé par Michel Guillemot, cofondateur d’Ubisoft, grand frère spirituel de Gameloft, souffle cette année ses quinze bougies, les perspectives d’avenir sont au beau fixe.

Ses licences majeures comme Modern Combat, Asphalt ou Dungeon Hunter (sans compter les déclinaisons Android de jeu AAA, dont ceux d’Ubisoft), le studio s’assure régulièrement les meilleures ventes du secteur, et ça ne risque pas de s’arrêter là au vu de l’état de forme de l’industrie du jeu vidéo sur smartphone.

bonus gameloft bouygues telecom

Le studio peut désormais penser sereinement à son avenir et envisager de poursuivre son développement. Interrogé au cours de l’E3 le mois dernier, le vice-président des éditions sur le territoire américain, Baudouin Corman a livré quelques éléments de réponse sur le virage que compte prendre Gameloft au cours des prochains mois, résumé en un mot d’ordre : « moins, plus gros et mieux ».

Moins de productions et des temps de développement plus longs

Premier cheval de bataille pour Corman : la réduction du nombre de titres publiés chaque année : « Nous avions l’habitude de lancer 30 jeux [par an] sur smartphones et sur tablettes. Cette année, nous n’en lancerons que 12 à 14 […] Nous voyons certains studios vivre très convenablement avec un seul, deux, voire trois jeux.  Donc dès qu’un de vos jeux fonctionne, les proportions peuvent en devenir telles que vous n’avez pas besoin de beaucoup plus de titres ».

Cette réduction du nombre de titres ne signifiera néanmoins pas que des coupes seront effectuées dans les services de développement. La qualité primant désormais sur la quantité, le cycle de développement des jeux sera étendu : de 12 à 18 mois auparavant, il passera à 18-24 mois. On a d’ailleurs déjà pu voir  un exemple de cette nouvelle méthode de travail avec Modern Combat, le FPS phare du studio qui sortira le 24 juillet avec un an de retard sur les prévisions initiales pour des raisons créatives.

Moins de jeux pour de meilleurs jeux donc, mais aussi pour des jeux moins chers puisque Gameloft semble persuadé que le free-to-play incarne l’avenir du jeu sur smartphone. Si le studio n’abandonnera pas dans l’immédiat la formule payante (Modern Combat 4 sera payant à sa sortie notamment), le déclin progressif de ce modèle économique au profit des jeux gratuits à micro-transactions conduit Corman à se déclarer « très très concerné par le free-to-play ».

Reste à savoir si ce changement de philosophie s’avérera payant. Nul doute que l’exemple d’Asphalt 8 : Airborne, suite en free-to-play d’une série de jeux premium nous permettra de découvrir si le choix de Gameloft nous en apprendra plus sur le sujet.

Via

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !