Wish : après avoir été bannie en France, la plateforme continue de s’écrouler

 

Banni en France et expulsé des résultats de recherche dans le pays, Wish est également dans une situation très délicate dans le reste du monde. Le déclin de la plateforme de commerce s'affirme et se confirme de plus en plus. 

wish-la-plateforme-s-ecroule

Et si vous repreniez des nouvelles de Wish ? La plateforme miracle de commerce en ligne faisait un carton en France il y a encore quelques mois. Ses produits bas de gamme et à des prix très réduits séduisaient de nombreux Français, et la firme avait notamment mis en place un système de publicités très bien rodé qui lui permettait d'avoir une très forte visibilité sur les réseaux sociaux. Mais entre temps, Wish s'est vue accuser de vendre des produits dangereux et le gouvernement français a tout fait pour mettre à la porte la plateforme.

L'application de commerce en ligne s'est ainsi retrouvée bannie des moteurs de recherche dans le pays. Après quelques mois loin des moteurs de recherche français, Wish continue cependant aujourd'hui de couler. La firme n'arrive plus à sortir la tête de l'eau et le déclin se confirme tout doucement, mais sûrement, pour l'ancien géant du e-commerce. Et une récente enquête du New York Times vient le confirmer.

Wish continue de couler et le déclin s'affirme de plus en plus pour la plateforme de e-commerce

La décadence de Wish s'étend, et l'avenir de la plateforme est plus que jamais menacé. Le New York Times a mené l'enquête sur l'ancien géant du commerce en ligne, et ce qui en ressort fait craindre le pire pour Wish. L'entreprise dont le siège est en Californie affiche des revenus très préoccupants. Selon le quotidien américain, les revenus du dernier trimestre de Wish ont notamment chuté de près de 76%. Quant à l'action en Bourse de la firme, celle-ci est passée de 24 dollars à sa cotation en 2020 à seulement 2 dollars aujourd'hui.

Mais ce n'est pas tout. Le New York Times a également interrogé plusieurs employés de Wish. Et selon ces derniers, les conditions de travail étaient plus que difficiles avec des périodes de travail de 18 heures par jour pendant la pandémie. Les employés interrogés ont également mentionné des techniques frauduleuses de vente de leur entreprise, qui étaient simplement des pures arnaques. Notamment avec des annonces totalement fausses qui proposaient des produits avec une agressivité de prix sans équivalent. Le New York Times a ainsi dressé une liste de quelques 213 000 clients qui sont tombés dans l’arnaque, sans que cela ne dérange Wish.

Source : The New York Times



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !