Windows 11 : voici pourquoi Microsoft exige une puce TPM pour l’installation

 

Windows 11 nécessitera la présence d’une puce TPM (Trusted Platform Module) pour s’installer sur votre PC. Une condition qui a beaucoup fait parler sur Internet, puisque beaucoup d’utilisateurs constatent qu’ils n’en disposent pas. Aujourd’hui, Microsoft s’explique sur ce choix un peu curieux.

Windows 11

Windows 11 fait beaucoup parler de lui en ce moment. Si on s’attarde énormément sur ses nouveautés, il y a une chose qui fait grincer des dents les utilisateurs : la compatibilité. En effet, nombre de PC ne pourront installer le système d’exploitation à cause d’un détail : l’absence de puce TPM 2.0. Microsoft explique pourquoi.

Cette puce devrait théoriquement être déjà présente sur votre PC s’il n’est pas très ancien. Si l’outil de compatibilité officiel (PC Health Check) vous dit le contraire, pas de panique, il y a de grandes chances qu’elle soit simplement désactivée (il faut l’activer dans le BIOS). La grande majorité des utilisateurs pourront donc installer Windows 11. Toutefois, il va rester des gens sur le carreau, car leur PC est trop vieux ou tout simplement pas équipé. Microsoft l'assume pleinement dans une note de blog.

La puce TPM est présente pour des raisons de sécurité, directement accolée à la carte mère. Il permet, en gros, de protéger votre ordinateur contre les attaques extérieures en permettant d’isoler les données sensibles. Au début réservées au monde de l’entreprise, les puces TPM se sont démocratisées avec l’arrivée de Windows 10, mais n’ont jamais été obligatoires.

Windows 11 mise sur la sécurité

Ce sera le cas pour Windows 11. Dans un billet de blog, Microsoft explique son choix. Il s’agit ici de renforcer la sécurité de l’OS. Plus d’un milliard de personnes utilisent Windows dans le monde et les attaques informatiques sont très nombreuses. De plus, le télétravail s’étant démocratisé, nous sommes nombreux à bosser de chez nous sur des terminaux pas forcément adaptés au monde professionnel.

A lire aussi – Windows 11 : nouveautés, date de sortie, tout savoir sur le nouvel OS de Microsoft

Ainsi, en exigeant la présence d’une puce TPM, Windows veut renforcer la sécurité sur la totalité des ordinateurs. Cela ne garantira pas une sécurité à 100%, bien entendu, mais cette barrière hardware est un atout supplémentaire pour protéger vos données.

La communication de Microsoft sur le sujet est un peu erratique à notre goût. Il n’y a qu’à voir l’outil développé par l’entreprise, PC Health Check. Il vous indique si oui ou non votre PC peut faire tourner Windows 11, mais sans entrer dans les détails. C’est à vous de déterminer ou non si la puce TPM est en cause. Notons que aussi qu’il existe déjà des moyens de contourner l’absence de puce.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !