Robotique : un député veut inscrire dans la Constitution française une loi issue de la SF

Un député LREM a rédigé une proposition de loi constitutionnelle qui s’intéresse à l’intelligence artificielle. Il souhaite inscrire dans la constitution française une charte qui reprend les trois lois de la robotique d’Isaac Asimov et l’adapte pour protéger à terme, selon lui, les Droits de l’Homme et du citoyen.

Coupe du monde de foot des robots

Isaac Asimov, professeur de biochimie d’origine russe, est l’un des plus grands auteurs de la science-fiction de tous les temps. Auteur, entre autres, du cycle de Fondation, du cycle de l’Empire et du cycle des Robots, titulaire de nombreux prix littéraires (notamment le Prix Hugo et le Prix Nebula), il a inspiré de nombreux films et séries d’anticipation. Parmi les derniers exemples, vous retrouvez Electric Dreams, une série exclusive Amazon Prime.

Mais l’exemple le plus connu est « I, Robot », un film tiré d’une nouvelle appelée Le Robot qui rêvait. Dans cette nouvelle, il pose les fondations des lois de la robotique :

  • Un robot ne peut porter atteinte à un être humain (…)
  • Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains (…)
  • Un robot doit protéger son existence (…)

La deuxième loi ne doit pas entrer en contradiction avec la première. Et la dernière ne doit pas entrer en contradiction avec les deux premières. L’humain est donc toujours prioritaire face au robot.

Quand la fiction entre dans la constitution française

Avec l’arrivée de l’intelligence artificielle et des l’apprentissage profond en informatique, les écrits d’Isaac Asimov prennent évidemment une dimension très actuelle qui n’est plus vraiment de la science-fiction. Ces intelligences artificielles seront-elles toujours « bienveillantes » envers l’être humain ou finiront-elles comme Skynet dans Terminator ? Derrière cette question qui paraît burlesque, Pierre-Alain Raphan, député LREM, propose d’inscrire dans la constitution française une première loi sur l’intelligence artificielle dont les fondations sont celles rédigées par Asimov.

Cette proposition de loi souhaite donc modifier le préambule de la constitution française et intégrer une « charte de l’intelligence artificielle et des algorithmes. » Dans le texte de présentation de cette proposition, le député ne cache pas son inspiration et cite ouvertement Isaac Asimov et reprend in extenso les trois lois de la robotique de l’auteur. L’objectif : garantir « la mise en application pleinement effective des articles composant la déclaration universelle des droits de l’Homme et du citoyen du 10 décembre 1948 » à une époque où les technologies rendent « les citoyens deviennent des êtres humains assistés ou augmentés sans en avoir exprimé un choix éclairé ». Cette proposition de loi a été déposée 14 janvier 2020.

Source : Next Impact



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
OLED : vos cheveux peuvent être recyclés en écrans dernier cri

Des scientifiques australiens ont trouvé une nouvelle méthode pour fabriquer des écrans OLED flexibles : utiliser des cheveux humains. Cette manière de faire peu conventionnelle permet de puiser dans une ressource jusque-là inexploitée. A un cheveu de révolutionner l’industrie. Des scientifiques…

Cette clé USB ne protège pas de la 5G, c’est une arnaque

La 5GbioShield est une clé USB censée protéger l’utilisateur des ondes 5G. Derrière cette affirmation farfelue se cache en réalité une arnaque bien montée par une société britannique. Vendue 315 euros, c’est en réalité un produit à 5 euros. Non,…