Test Asus Zenbook 17 Fold OLED (UX9702) : le PC ultraportable pliable XXL

 
  • 22.98€
    Voir l'offre
  • 22.98€
    Voir l'offre
  • 29.98€
    Voir l'offre

Allier grand écran et ultraportabilité est aujourd’hui possible avec le Zenbook 17 Fold OLED. Asus commercialise enfin un PC de moins de 2kg équipé d’un écran 17’’ pliable ! Gadget pour riches, preuve de concept ? On vous dit tout.

 

Présenté lors du salon CES de Las Vegas de janvier 2022, l’Asus Zenbook 17 Fold OLED avait fait sensation. Deux ans après son rival chinois, le constructeur taiwanais dévoilait son PC pliable. À défaut, d’être le premier PC pliable du monde, puisque le Lenovo Thinkpad X1 lui a volé la vedette, l’UX9702 est un PC pliable équipé avec un grand écran de 17,3’’ et des composants de dernière génération.

Prix et disponibilité

L’ultraportable hybride Asus UX9702, plus connu par son nom de Zenbook 17 Fold OLED sera commercialisé début novembre 2022 au tarif public de 3 999 euros. Un must pour les geeks fortunés, distribué opportunément juste avant les fêtes de fin d’année. L’indice de réparabilité est seulement de 5,9 étant donné la complexité de la technologie pliable et du PC portable. Pas de vis apparentes ou cachées, tout est clipsé par des mains expertes. Heureusement, la garantie est de 2 ans (pick up and return). Le DAS est de 1.18 W/kg .

 

Écran en mode étendu (vertical), adossé au pupitre carton, avec le clavier physique

 

La boite carton transformée en pupitre

Fiche technique

 Asus Zenbook 17 Fold OLED
TypeOrdinateur portable
Ecran17,3 pouces tactile OLED
2860 x 1920 pixels
format 4:3
60 Hz
Dimensions37.85 x 28.76 x 0.87 ~ 1.29 cm
Poids1525 grammes (+ 300 g clavier)
CPUProcesseur Intel Core i7-1250U 1.1GHz
12Mo Cache, jusqu’à 4.7 GHz, 2P+8E cores
GPUIntel Iris Xe Graphics
RAM16 Go LPDDR5
Stockage1To M.2 NVMe™ PCIe® 4.0
Connectique- 2 x USB-C Thunderbolt 4
- 1 x Port Jack 3.5 mm
Connectivité- WiFi 6E 802.11 (ax)
- Bluetooth 5.1

Design

L’entreprise taiwanaise planche sur cet ultraportable hybride depuis plus de quatre ans. Chaque détail a été réfléchi et discuté. La première impression en déballant l’Asus Zenbook 17 Fold OLED de ses emballages est sans doute le soin apporté dans la finition. On ne trouve pas une vulgaire boite en carton kraft, mais on découvre un coffret brillant transformable en pupitre pour écran (voir photo). L’UX9702 reprend le look satiné des premiers Zenbook avec une touche de modernité. Le châssis est construit à base d’un alliage d’aluminium de magnésium, de couleur anthracite (Tech Black d’après Asus). En manipulant ce PC, on aperçoit les superbes irisations vertes et le nouveau logo Asus sur la face avant. Ce dernier n’est pas sans rappeler l’insigne de Starfleet (StartTrek) ou de l’US Space Force.

Nouveau logo Asus avec une irisation verte

À gauche : ancien et nouveau logo Asus. À droite : logos Starfleet et United States Space Force

Le design transpire la solidité, mais malheureusement Asus a ajouté une surcouche en similicuir d’une épaisseur de 3mm (soit 6 mm au total). Elle forme astucieusement une sorte de jaquette qui coulisse lors de l’ouverture et fermeture de Asus Zenbook 17 Fold OLED. Elle transforme ainsi un peu l’ordinateur en livre. Elle sert à protéger le mécanisme complexe de reliure de l’écran pliable. Gageons que les successeurs de ce portable pliable seront délestés de cette jaquette encombrante.

Détail de la charnière

Détail de l’écran déplié, au niveau de la charnière

Prototype de la charnière

L’ouverture de l’écran est crantée. Quel que soit son angle d’ouverture, la position est donc préservée (sans jeu). À plat (180°), le châssis ne bouge pas d’un millimètre. À voir si ce confort perdure au bout de plusieurs mois. Le constructeur asiatique assure que 30 000 cycles (ouverture + fermeture) de l’écran sont envisageables sans détérioration de l’écran, soit plus de 20 ans d’usage (à raison de 4 cycles/jour)… De quoi rassurer. Toutefois, on a l’impression que l’écran tactile manque parfois de sensibilité au niveau de la reliure. À voir, encore une fois, si l’état se détériore au bout de plusieurs mois. Malgré tout, cet ultraportable a reçu la certification US MIL-STD 810H, gage d’une bonne résistance dans le temps.

Vue de haut de l’Asus Zenbook 17 Fold OLED, écran plié avec la « jaquette »

Verso du Zenbook 17 Fold OLED

En manipulant cet ultraportable hybride, ce PC semble plus à classer dans la catégorie « portable » que « ultraportable ». Et pourtant, il ne pèse que 1,525 kg sur notre balance. La machine rompt avec les critères de finesse des ultraportables actuels. Plié, le PC est en effet épais de 21 mm (coins extérieurs) à 37 mm (charnière). On est très loin de la minceur d’un Macbook Book Pro 16’’ (15 mm) ou un Huawei Matebook D16 2021 (18 mm). À la décharge d’Asus, un grand écran consomme beaucoup d’électricité et nécessite donc une batterie de taille (voir plus bas). Plié, on a l’impression d’avoir deux gros cahiers de 192 pages. De minuscules pieds en caoutchouc assurent une protection du châssis contre les rayures en mode portable, mode étendu ou étendu. Une bande caoutchouc encercle également l’écran et joue le rôle de tampon.

 

Les minuscules pieds protégeant le châssis des rayures

Connectique et connectivité

Les ultraportables sont rarement vantés pour leur connectique, cet Asus Zenbook 17 Fold OLED ne fait pas exception. En plus de l’indispensable lecteur de carte microSD, on trouve ainsi seulement deux ports USB-C acceptant Thunderbolt 4 (jusqu’à 40 Gb/s), comme le dernier MacBook Air M2. À la différence d’Apple, Asus a opté pour une alimentation secteur via un port USB-C. L’avantage est d’éviter de s’encombrer d’un énième chargeur. L’inconvénient est de bloquer un port de connexion. Sans dock (à partir de 80€ chez Asus), pas moyen de brancher une souris (sauf Bluetooth) et un stockage externe par exemple.

Vue de face, écran plié avec un port USB-C Thunderbolt 4 et le bouton-poussoir de volume

Le constructeur a néanmoins pris le soin d’accompagner son ultraportable hybride d’un câble adaptateur USB-A -> USB-C. La connectique peut donc rebuter plusieurs types d’utilisateurs multiconnectés, mais ne devrait pas gêner le cœur de cible de cet ultraportable : le travailleur nomade. Au pire, on emporte un petit dock pour l’Ethernet, les ports USB-A et le HDMI/DisplayPort. Asus a logé les ports USB-C uniquement sur la partie supérieure de l’ordinateur. L’un sur la tranche haute, à gauche et l’autre sur la tranche droite, en bas. Cette disposition est bien réfléchie car elle fonctionne aussi bien en mode classique (affichage portrait, avec ou sans clavier physique) qu’en mode paysage (tablette).

Vue du flanc droit (de gauche à droite) : bouton de ON/OFF, ouïe de dissipation thermique, mini LED de fonctionnement, mini jack, USB-C Thunderbolt 4

Sur le plan des communications sans-fil, Asus propose les dernières technologies disponibles. On apprécie ainsi une puce WiFi compatible WiFi 6E (802.11ax) et une puce Bluetooth 5.2. Pas de NFC, l’Asus Zenbook 17 Fold OLED vise plutôt les indépendants que les parcs informatiques de grandes sociétés avec leur authentification forte.

Clavier

Contrairement à Lenovo, Asus inclut un clavier physique amovible avec son Fold. Non seulement c’est une économie (le mini-clavier pour le Lenovo Fold coute environ 150 euros environ), mais c’est surtout un double gain. D’une part, taper des textes est toujours plus agréable sur un clavier physique que virtuel (les ex-BlackBerry addicts ou les pianistes ne nous contrediront pas). D’autre part, l’affichage est naturellement étendu puisque l’écran virtuel ne vient pas « manger » une partie de l’écran. De plus, au-delà du confort d’appuyer sur des touches physiques (qui s’enfoncent donc), taper du texte sur un clavier virtuel avec les paumes des mains et avant-bras en l’air constitue une torture musculosquelettique indéniable.

Clavier physique de l’Asus Zenbook 17 Fold OLED

Avec ce clavier sans-fil spécifique, la frappe est aussi agréable que sur un portable avec son format chiclet. En revanche, pour les gamers, qui ne sont pas la cible de cet UX9702, tapoter n’est guère agréable. Sa minceur (5 mm d’épaisseur) assure une excellente position des doigts, même pendant de longues heures de frappe intense. La surface est recouverte d’une pellicule en PVD (Dépôt Physique en phase Vapeur), comme certaines montres de luxe, pour une meilleure résistance dans le temps. Un petit bémol toutefois sur le trackpad. Celui-ci est large et on aura, au début, tendance à l’effleurer avec la base des pouces (l’éminence thénar pour les puristes).

Vue de gauche du clavier

Ce clavier Bluetooth fonctionne détaché de l’Asus Fold, mais peut également se poser sur l’écran. Des aimants assurent le positionnement parfait. D’ailleurs, le pliage de l’écran n’abime aucunement l’écran. C’est même étudié pour ! Ainsi, replié et glissé dans sa housse, cet hybride se transporte aisément. Pour seulement 300 g de plus, ce clavier devient donc le compagnon quasi indispensable du Zenbook 17 Fold OLED.

Vue de droite du clavier : Bouton ON/OFF, port USB-C de charge

Contrairement à certains modèles de Lenovo Thinkpad X1 Fold, dont le clavier se charge est rechargeable par induction, Asus mise sur un classique port USB-C. Le port USB type-C et le bouton d’alimentation se trouvent sur la tranche droite. Le constructeur table sur une autonomie de 24h, soit 16h de moins que le modèle Lenovo 400 mAh. Comme le modèle chinois, le clavier n’est pas rétroéclairé. Une minuscule LED bleue s’allume lors du fonctionnement et appairage.

Le clavier est recouvert d’un traitement PVD

Vue de côté de l’Asus UX9702, écran plié avec clavier physique à l'intérieur

Détail de l'Asus UX9702 avec son clavier physique parfaitement positionné par magnétisme sur l'écran tactile

Écran

Pour un ultraportable, l’écran est extraordinaire. Extraordinaire par sa diagonale (17,3’’ pour un poids de 1,525 kg !), mais aussi par son ratio. En effet, la dalle mesure 35,2 cm de long et 26,1 cm de large, soit un ratio entre le carré (3/3) et le tube cathodique (4/3). Aussi, l’ergonomie est particulière (voir Ergonomie & nouveaux usages) quand on est habitué à un écran 16/10 ou 16/9 classique mais très prometteuse. La dalle est brillante et les reflets sont la bête noire du Zenbook 17 Fold OLED. Heureusement, la luminosité de l’écran (au max) autorise un emploi en extérieur sans trop de gêne. Asus affirme que sa dalle atteint une luminosité maximale de 500 nits. En intérieur, la luminosité calée à 20% est suffisante dans les environnements moyennement éclairés.

À la différence d’un PC Microsoft Surface, qui est doté également d’une dalle LED tactile, cet Asus est équipé d’une dalle OLED. Un écran classique (rétroéclairage par LED) n’aurait d’ailleurs pu exister, car les cristaux liquides qui constituent sa trame ne sont pas pliables. Rappelons que la technologie OLED cumule les atouts. D’abord, en l’absence elle offre une qualité d’image supérieure à la technologie LED. Plus précisément, elle propose des noirs plus profonds, des couleurs à la fois plus intenses avec plus de nuances et un meilleur contraste et rafraichissement. Ce n’est donc pas surprenant qu’Asus promette un contraste de 1 000 000 : 1, un temps de réponse de 0,2 ms ou encore des pics de luminosité à 500 nits (certifié VESA DisplayHDR 500). Avec un écran OLED, graphistes, vidéastes ou photographes disposent d’un écran avec un haut potentiel, avec une customisation aux petits oignons.

Pour les performances du PC, c’est une autre histoire (voir hardware et performances). Le gamut est même conforme à 100 % de l’espace colorimétrique DCI-P3 (plutôt pour vidéo/jeux) alors que l’écran est validé par Pantone (plutôt 2D/photo/print). Un avantage, moins mis en avant, mais tout aussi intéressant de la technologie OLED pour cet ultraportable, est l’économie d’énergie. Puisque les cellules affichant du noir se désactivent totalement (plus d’électricité), le gain en autonomie est notable selon les applications utilisées (lecture de vidéos format cinémascope avec bandes noires par exemple). Pour couronner le tout, la vision est excellente, quel que soit l’angle de vision.

Asus Zenbook Fold OLED en mode desktop

Cette dalle OLED est également dotée d’une couche tactile de technologie capacitive. En d’autres termes, il n’est pas besoin d’appuyer comme une brute sur l’écran, la conduction électrique (comme sur les smartphones) suffit. L’avantage de cette technologie est d’autoriser une ergonomie de tablette. On pince, swipe, zoome, dézoome avec ses doigts. Le défaut qui en découle également est le manque de précision de l’ergonomie digitale. D’ailleurs, Asus n’a pas jugé bon d’accompagner son Zenbook 17 Fold OLED d’un stylet. Il n’existe à l’heure où nous écrivons ces lignes aucune recommandation en la matière alors qu’un stylet serait surement efficace pour des applications métiers ou un usage professionnel (voir artistique). Asus recommande de ne pas utiliser de stylet à pointe dure.


L’écran 17,3’’ a une résolution native de 2560 x 1920 pixels, c’est-à-dire moins que la 4K/UHD (3840×2160) de votre TV dernier cri, mais supérieure à la HD (1920×1080) de la TNT. Cette résolution baroque autorise une division de l’écran en deux affichages de 12,5’’. Ainsi, en mode étendu (vertical sans clavier virtuel), l’utilisateur jouit de l’équivalent de deux écrans d’une définition 1920×1280, soit un affichage Full HD avec une petite bordure de 200 pixels en bonus, pour une barre de menu par exemple. Un mode plus adapté pour l’affichage d’applications créatives ou à interface complexe. À l'horizontale (mode bureau ou lecture), la définition est logiquement de 1280 x1 920, adapté pour travailler simultanément sur deux pages A4 par exemple.

Asus ScreenXpert facilite le partage d'écran entre différentes applications

Si deux écrans ne suffisent pas au professionnel, nomade ou non, le logiciel Asus GlideX (existant avant l’Asus Zenbook 17 Fold OLED) permet d’utiliser un smartphone ou mieux, une tablette, en écran secondaire avec une liaison WiFi ou filaire. Ainsi, GlideX étend l’écran ou accepte le mode miroir (duplication de l’écran principal). Ce petit programme est un avantage pour travailler en nomade en multiécran, mais il nécessite un abonnement (minimum 1$) pour fonctionner en USB.

GlideX permet d'utiliser un smartphone ou une tablette comme écran secondaire (en mode étendu ou miroir)

Audio et webcam

La partie sonore est rarement le critère de choix pour l’acquisition d’un portable. Toutefois, Asus n’a pas négligé cet aspect puisqu’elle a été confiée au spécialiste HiFi Harman Kardon (filiale indépendante de Samsung depuis 2016). Le résultat est très plaisant, probablement parmi les meilleures acoustiques sur un PC portable. Malgré l’exiguïté de ce facteur forme, on détecte des haut-parleurs sur les 4 tranches. Ainsi, que l’Asus Zenbook 17 Fold OLED soit en mode laptop (écran à la verticale) ou en paysage, il y a toujours une projection sonore de qualité. Un amplificateur boostera automatiquement le volume (sans abimer les haut-parleurs ou dénaturer les fréquences) jusqu’à 350%. En d’autres termes, pousser le volume, l’Asus tiendra la course. D’ailleurs, pour modifier le volume, nul besoin de chercher le l’icône haut-parleur dans la barre des taches de Windows 11. Sur la tranche supérieure (en mode portable ou étendu), à droite, se trouvent deux boutons-poussoirs pour augmenter ou baisser le volume, comme sur une tablette.

Asus se vante d’avoir implémenté une intelligence artificielle pour clarifier la voix dans un environnement bruyant, un peu à la manière de la technologie Krisp sur Discord. L'IA fonctionne alors en entrée audio (depuis le microphone).

Mais l'IA peut également fonctionner en sortie audio. Les haut-parleurs (ou casque) ne diffuseront alors que les voix lorsque le ou les interlocuteurs sont dans un environnement bruyant. Ce double filtrage audio par IA assure donc un confort incomparable pour les travailleurs en mobilité qui subissent des milieux très sonores (aéroports, restaurants…).

Asus recourt à lune intelligence artificielle pour supprimer les sons autre que les voix

La webcam possède un capteur de 5 mégapixels (comme les Microsoft Surface Book récents). Une qualité supérieure à la moyenne pour réaliser des vidéoconférences dans des conditions confortables pour vos interlocuteurs. D’ailleurs, il existe d’autres astuces pour eux avec l’intelligence artificielle. Le constructeur a en effet développé un logiciel pour « pimper » les séances webcam. En plus du floutage de l’arrière-plan, comme avec Apple par exemple, l’IA autorise le suivi de mouvement (mise au point sur la personne) et encore mieux le suivi des yeux (ajustement du regard pour donner l’impression que l’on fixe toujours la webcam). Ces technologies existent déjà sur des caméras externes haut de gamme, mais plus rarement sur des PC portables. Toutes ces technologies à la sauce IA exigent de la puissance machine et consomme donc plus d'électricité…

Une IA ajuste l'éclairage, le suivi des yeux ou de mouvement ou affecte un flou de fond lors des sessions webcam

Hardware et performances

À la différence (encore) de Lenovo qui propose son Thinkpad Fold à partir d’un core i5-L16G7 de 11e génération (5 coeurs), Asus vise tout de suite le haut de gamme avec un Intel core i7-1250U de 12e génération (10 cœurs). Plusieurs constatations. D’une part, ce processeur (avec un « U ») a une vocation dans l’ultra-portabilité, car ultra-autonome. Sa fréquence d’horloge minimale est de 1,1 GHz (9W de consommation), mais elle peut culminer à 4,7 Ghz (29W) quand la puissance est nécessaire. Asus n’a pas opté pour la puissance brute avec un processeur de même gamme, mais de série supérieure pour ne pas altérer l’autonomie. Rappelons que l’architecture de la 12e génération Intel combine la puissance des 2 cœurs Performance et des 8 cœurs Efficiency. Les premiers sont conçus pour traiter les mono taches (jeu et 3D) alors que les seconds sont plus adaptés aux multitâches comme le rendu d’image. Concrètement, pour utiliser un Word ou Google Docs, pas besoin d’allumer l’électricité à tous les étages. En mode « économiseur de batterie », le processeur tournait entre 2,5 GHz et 3GHz par exemple. Plus lent certes, mais aussi plus économe.

Sous l'écran OLED. À gauche, on remarque immédiatement le ventirad extirpant la chaleur via le caloduc venant du CPU. À droite, on note l’imposante batterie.

D’autre part, une puissance élevée aurait nécessité une meilleure dissipation thermique. La dissipation passive a ses limites. Avec un “form factor” aussi réduit qu’un ultraportable, avec un écran occupant la qualité totalité de la surface, le processeur i7-1250U se débrouille très bien. On note une augmentation notable de la température lors d’un usage soutenu (benchmarks, décompression, encodage…) et le ventilateur tourne plus vite, mais il reste toujours inaudible.

Les gamers, les graphistes et vidéastes seront peut-être déçus de cet Asus Zenbook 17 Fold OLED, car il n’embarque pas une réelle carte graphique, mais seulement le chipset made by Intel, le populaire Irix Xe. Ce n’est pas un foudre de guerre (pour Photoshop, Premiere Pro, Blender…), il n’y a pas grand-chose à attendre de lui. Toutefois, nous avons pu jouer à League Of Legends entre 30 et 60 ips en plein écran (2560×1920).

League Of Legends en 2560×1920 pixels @18 ips (jusqu'à 30 ips environ)

Le processeur Intel i7-1250U est plus puissant que l’Intel i7-1165G7

 

Un score intéressant sur Geekbench

En matière de stockage, Asus a jeté son dévolu sur un SSD au format NVMe de marque Samsung, le MZVL21T0HCLR. D’après ses spécifications, ce SSD PCie 5 assure un débit en lecture séquentielle atteignant 7000 Mb/s contre 5100 Mb/s en écriture. D’après nos tests, c’est plutôt 6900 Mb/s en lecture et 3600 Mb/s en écriture. En termes de mémoire, le constructeur taïwanais a été généreux en installant 16 Go de LPDDR5 cadencées à 5200 MHz.

Finalement, cet Asus Zenbook 17 Fold OLED est bien doté. Un gros processeur (certes ultra économe), beaucoup de RAM rapide… cet ultraportable est paré pour de la bureautique en multitâche et multi-écran. Pour la création numérique, il est possible d’ouvrir et travaille sur les logiciels de la suite Adobe Creative Cloud, mais l’absence de carte graphique puissante grève l’usage. Avec des benchmarks spécialisés, on a l’assurance que les photographes (adepte de Lightroom et Photoshop) pourront travailler correctement. Pour les vidéastes, 16Go de RAM est juste pour monter directement en 4K. Toutefois, pour de petits montages de quelques minutes), l’UX9702 est capable.

Sans surprise : CPU, SSD et RAM rapides, chipset graphique faiblard

Le SSD PCIe 4 NVMe est très rapide

Ergonomie et nouveaux usages

Qui dit nouvelle technologie, dit nouveaux usages. Une nouvelle ergonomie est à l’œuvre avec l’émergence des pliables tactiles. Ils cartonnent déjà sur le marché des téléphones et devraient logiquement en faire de même sur les PC. Réduire l’Asus Zenbook 17 Fold OLED seulement à un ultraportable doté d’un grand écran serait éminemment réducteur. Au bout de quelques minutes de prises en main, n’importe qui est à la fois perdu et tutoie quelques repères.

Doit-on l’utiliser avec son clavier physique ? L’utiliser en vertical ou en horizontal ? L’utiliser en tablette tactile ou avec une souris/trackpad ? En fait, tout est possible selon son usage, ses besoins. Personnellement, j’ai un peu de nostalgie en voyant cet UX9702. Je me souviens des premiers Tablet PC lancés avec tambours et trompettes par Microsoft et Intel à partir de 2001. À l’époque, Microsoft avait greffé des fonctionnalités tactiles à Windows XP à de gros ultraportables (autour des 2 kg), énergivores et peu puissants (sans SSD notamment) équipés d’une dalle tactile résistive (sensible à la pression). Le concept était très intéressant, très prometteur, mais le hardware n’était pas à la hauteur. Le prix élevé le cantonnait aux professionnels. C’était, il y a 20 ans…

Windows XP version Tablet PC… en 2001

En 20 ans, le progrès en microélectronique n’a pas chômé. Le rêve de Microsoft (et d’Intel) est aujourd’hui une réalité. Ce n’est plus un portable qui ressemble à une tablette. C’est à la fois un PC et une tablette. Au-delà du concept de la Microsoft Surface. Autant, on se plait à écrire avec le clavier physique, autant on adore divaguer sur le web avec ses doigts, en mode tablette (horizontal ou vertical selon les sites). Windows 11 est très proche d’un OS mobile avec sa barre des taches discrète et surtout ses options dans les paramètres. Le rêve de Bill Gates (avant l’iPhone, mais après le Newton de Steve Jobs) est donc réalisé.

Les 6 scénarios d'usage possible avec l'Asus Zenbook 17 Fold OLED

En mode desktop, on travaille sur un vrai écran 17,3″ est peut donc travailler sur deux documents A4 simultanément

Comme sur un smartphone ou une tablette, l'UX9702 possède un gyroscope qui détecte l'orientation et mouvement de l'écran pour basculer automatiquement en l'affichage en mode portrait ou paysage. En mode portable (avec clavier physique ou virtuel), en mode étendu (double écran en vertical avec clavier physique), en mode Desktop (plein écran avec clavier physique) ou en mode Lecture (tablette), l’Asus Zenbook 17 Fold OLED est un pur bonheur de geek. Sa spécificité le rend beaucoup plus malléable qu’une simple tablette (avec un écran trop petit, sans clavier) ou un simple ultraportable (avec un écran trop petit avec clavier). Ainsi, pour travailler sur deux tableurs, le mode étendu est parfait. C’est comme si on travaillait avec un (rare) moniteur 17’’ à pivot. On scrolle ou plutôt on scrolle à la main, encore plus rapidement qu’avec une super souris. Un doute sur une cellule ? On zoome ou dézoome dans n’importe quelle application en quelques secondes. Ce confort de l’écran tactile est démultiplié par sa taille. À part pour saisir de longs textes, on oublie rapidement le clavier physique.

En mode étendu (2 écrans en vertical). À gauche : Google Docs + Chrome. À droite : Google Sheets + Google Docs.

Il serait faux de penser que ce n’est qu’une Microsoft Surface XXL. L’Asus UX9702 n’est que le 2e ordinateur portable pliant, mais on décèle des potentialités énormes. Sa dalle 17’’ OLED ne le cantonne pas à une simple lubie ou « proof of concept » d’ingénieurs ou de service marketing. C’est un avant-gout de l’informatique augmentée de demain. Posséder deux ou trois écrans sur son set-up de travail est devenu ordinaire. Avoir deux ou trois écrans dans une ère d’ubiquité et de nomadisme est encore exceptionnel et surtout complexe. Avec l’Asus Zenbook 17 Fold OLED, le travail en multiécran est possible n’importe où, n’importe quand. Le logiciel ScreenXpert (made by Asus) propose la division de l’affichage en 1, 2 ou 3 écrans (1 moitié et 2 quarts d’écran), en vertical ou horizontal. Pour le professionnel qui jongle entre plusieurs Word, Excel, PowerPoint, bases de données, PDF… disposer d’un double écran lors d’un rendez-vous chez un client, à l’hôtel, en transports est un atout de productivité incomparable. Certes un écran de 20’’ (ou plus) aurait été idéal, car il aurait autorisé l’affichage simultané de deux feuilles A4. Mais ce n’est que le 2e PC pliable…

Mode Desktop (horizontal). Partage de l'écran entre Explorateur, Google Sheets et Edge simplifié avec le logiciel Asus screenXpert

Un ultraportable pliant pour qui ?

Produire des machines innovantes technologiquement est une chose. Savoir les vendre en est une autre. Avec un ticket d’entrée à 4000 euros, la nouveauté geek n’est pas accessible à toutes les bourses, même aux professionnels. Ce PC n’est pas assez puissant (pas de carte graphique digne de ce nom) pour les vidéastes ou concepteurs 3D, friands du multiécran. En revanche, les travailleurs nomades (freelances, consultants…) seront plus enclins à passer le cap. Dans une seule machine aux dimensions raisonnables et poids digne d’un ultraportable (moins de 2 kg), ils disposent d’un double écran portable, d’une grande puissance et d’une utilisation tactile.

Pour des applications métiers, du traitement de texte, de l’édition de tableaux, travail sur des applications hébergées dans le cloud (SAS), l’Asus Zenbook 17 Fold OLED est dans son élément. Le commercial, qui souhaite un grand et bel écran sans sacrifier la portabilité, devrait se laisser tenter. Même les graphistes (Photoshop, Illustrator, InDesign…) argentés peuvent être séduits puisqu’il propose le -presque- meilleur des deux mondes (PC/tablette). Si le partage de l’écran en deux affichages distincts ne suffit pas, il sera toujours possible d’ajouter un moniteur en HDMI/DisplayPort via un mini-dock Thunderbolt. Pour le montage vidéo, l'UX9702 fait le job pour des projets simples (courts et sans effets multiples), étant donné la faiblesse en carte graphique.

Photoshop et Premiere Pro en mode desktop

Photoshop et Premiere Pro en mode étendu

La béquille escamotable s'intègre dans la “jaquette” de l'UX9702

Batterie

Implémenter un écran 17’’, qui plus est de technologie OLED, avec un processeur Intel i7 aurait pu paraitre audacieux pour l’autonomie d’un ultraportable. Comme nous vous l’indiquions plus haut, Asus a tout de même sélectionné un CPU de dernière génération (théoriquement plus efficient) et surtout capable d’adapter sa fréquence d’horloge en fonction des besoins. Cet Intel core i7-1250U (9W minimum) de 12e génération est jusqu’à 5 fois moins énergivore qu’un processeur i7 de série HX (haute performance) avec une puissance minimale de 55W. Le constructeur taiwanais a préféré se contenter d’un chipset graphique (le fameux Irix X) pour gérer l’affichage. Optimiser par Intel, le chipset graphique est une solution économe en termes de cout et d’énergie.

D’après Pryon d’UL, l’Asus Zenbook 17 Fold OLED embarque une batterie lithium‑polymère de 75 000 mAh, confirmant la fiche de spécifications et ses 75 Wh répartis en 4 cellules. Toutes ces informations sont intéressantes, mais qu’en est il en pratique ? La lecture d’une vidéo en continu (WiFi et Bluetooth coupé, luminosité et son à 50%) perdure pendant 9h31, sur la totalité de l’écran avec l’économiseur d’écran activé. Le résultat est satisfaisant pour un ultraportable doté d’un grand écran 17’’. Avec l’outil de diagnostic Asus, on visualise en temps réel l’usage et la fréquence d’horloge du processeur. Celle-ci fonctionne autour de 2 Ghz avec quelques pics, pour un usage modéré et régulier (type lecture vidéo). Bien évidemment, en connexion WiFi, avec l’usage du clavier Bluetooth en utilisant plusieurs applications, l’autonomie chutera sensiblement. Toutefois, le palier de la journée de travail (7/8h) devrait être franchi, dans des conditions d’usage bureautique classique.

En plus du processeur basse consommation et du chipset graphique économique, Asus a intégré plusieurs astuces pour alléger la consommation électrique. En premier, on note que la luminosité pendant nos tests était à 50% (pour équilibrer les écarts d’usage en extérieur et intérieur), mais la dalle OLED est suffisamment lumineuse pour être agréable en intérieur à 30%. En second, Asus exploite une caméra infrarouge pour détecter les visages. Dès que vous n’êtes pas en face de l’écran (en mode portable ou vertical), la luminosité va progressivement diminuer (de base à 4mn mais paramétrable). Une caméra infrarouge reconnait les trombines humaines et gère cette astuce. Si un visage humanoïde (android compliant, i guess) se présente devant l’écran, le PC se réveillera aussitôt et augmentera sa luminosité. En trois, l’économiseur de batterie de Windows 11 exploite la spécificité du CPU de série U et consomme moins que le mode “Economie d'énergie” .

L’Asus UX9702 est fourni avec un chargeur 65W avec connecteur USB type C (câble de 195cm). Avec un tel dispositif, la batterie est chargée à 25% au bout de 15 mn et de moitié en 37 mn. La charge complète nécessitera environ 1h15. L’avantage de l’USB type C est d’autoriser un chargeur lambda pour recharger votre ultraportable pliable. Toutefois, la charge sera beaucoup plus lente puisque la puissance d’un chargeur standard récent varie entre 20W (chargeur iPhone) à 30W (chargeur iPad). Avec un chargeur d’appareil mobile, la charge complète prendra donc plus du double de temps qu’avec le chargeur fourni par le constructeur, soit 2h30/3h.

Une magnifique housse en similicuir (chargeur et câble refusés)

Conclusion

C’est un réel plaisir que d’utiliser cette machine extravagante. Au-delà de la magie de plier un écran géant, l’UX9702 regorge de petits détails matériels et logiciels (d’Asus et Windows 11) pour maximiser le confort. Ce n’est pas un produit qui se laisse maitriser tout de suite, car il n’a pas de réel concurrent. Il faut donc prendre le temps de comprendre toutes les opportunités qu’il offre. Avec son processeur économe comme un chameau, mais rapide comme une antilope, son équipement haut de gamme (Intel core i7, SSD NVMe PCIe 4, 16 Go RAM LPDDR5…), il possède des ressources machine très intéressantes pour travailler.

L’absence de carte graphique n’est pas véritablement une lacune pour son usage et sa cible. L’Asus Zenbook 17 Fold OLED ne vise pas les utilisateurs gourmands en ressources machine (graphistes 3D, monteurs vidéo, gamers…), mais les utilisateurs nomades (consultants, freelances, architectes…), adeptes du multifenêtrage, de la portabilité, des grands écrans, des multi-usages, de la manipulation tactile. Une malléabilité plus puissante que n’importe quel CPU ou GPU. Cependant, adopter une innovation technologique (et pratique) se paye le prix fort. Un écran OLED coutait une fortune il n’y a pas si longtemps. L’écran OLED pliable de grande taille suivra cette inexorable évolution.


Note finale du test : Asus Zenbook 17 Fold OLED (UX9702)

L’Asus Zenbook 17 Fold OLED n’est peut-être par le meilleur portable du monde, mais c’est assurément le meilleur PC pliable du monde et probablement l’un des ultraportables les plus intéressants et versatiles. Le comparer stricto sensu à un autre ultraportable (plus léger, plus compact, plus puissant…) serait une hérésie puisque sa « pliabilité » le rend unique en son genre (pour sa diagonale d’écran). Il constitue une fusion magique du PC et de la tablette. Les défauts de cet hurluberlu technologique sont encore nombreux (prix, poids, autonomie, durabilité de l’écran dans le temps, charnières massives, « jaquette » imposante), mais ses atouts (multiécran en mobilité, tactilité, rapport poids/diagonale, compacité…) sont incomparables, d’un point de vue pratique. Ce n’est actuellement pas un PC pour tous, mais il constitue probablement l’embryon du PC de demain.


Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers tests !