Sécurité : le FBI soutient une app de fitness plutôt gourmande en données personnelles

Le FBI promeut actuellement une toute nouvelle application de fitness. Appelée FBIFitTest app, elle permet de suivre les entraînements physiques des agents de l’agence fédérale. Problème, d’après certains experts, l’appli collecte beaucoup trop de données personnelles. Le nombre de permissions demandées est également bien trop élevé.

Crédits : Wikimedia

Chose étonnante, le Federal Bureau of Investigation, le fameux FBI fait actuellement la promotion de sa propre application de fitness. Appelée FBIFit Test, elle invite les utilisateurs à découvrir et à s’essayer aux programmes d’entraînement physique des agents du Bureau comme on l’appelle.

« Vous êtes à la recherche d’une nouvelle routine de fitnesse chez vous ? Téléchargez #FBIFitTest app et voyez comment nos agents s’entraînent », peut-on lire sur le compte Twitter de l’agence fédérale. Les utilisateurs pourront apprendre l’art d’enchaîner les pompes, les tractions ou et de taper un sprint sur 300 mètres. La routine pour un agent fédéral.

Seulement très vite, plusieurs associations de défense des droits de citoyens ont tenu à alerter les utilisateurs sur certains points. L’association Fight For The Future assure par exemple que l’application du FBI demande beaucoup trop de droits d’accès pour une simple appli de fitness. Sur Android, elle peut collecter les données GPS, accéder aux réseaux Bluetooth et Wi-Fi ainsi qu’aux données de la carte SD en lecture et en écriture, ou encore empêcher la mise en veille du smartphone. Toutes ces permissions sont listées sur le Google Play Store.

À lire également : Coronavirus – L’Europe utilise nos smartphones pour s’assurer que le confinement est bien respecté

Des avocats spécialisés dans la défense de vie privée appellent également à ne pas télécharger l’application. Pour autant, le FBI se défend de toute collecte d’informations abusive sur FBIFitTest. « L’application ne collecte pas ou ne sauvegarde pas de données personnelles à part celles renseignées dans le profil. Ces informations sont seulement stockées sur votre téléphone, et elles ne sont pas transmises ou sauvegardées par le FBI », assurait un porte-parole de l’agence fédérale auprès de MotherBoard, la branche technologique de Vice.

Ce n’est pas la première fois que le FBI publie des applications dans lesquelles la quantité de permissions demandées est suspecte. FBI Child ID permettait par exemple aux utilisateurs de stocker des photos et des informations sur leur enfant que le Bureau pourrait réutiliser en cas d’enlèvement. Dites-vous une chose, les applications de fitness ne manquent pas sur Android et iOS, le mieux est encore de passer son chemin.

À lire également : Covid-19 Tracker – désinstallez immédiatement cette application, c’est un dangereux ransomware !

Source : Vice



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei : Boris Johnson voudrait bannir le constructeur du Royaume-Uni

Huawei pourrait se voir bouté hors d’Angleterre. En effet, Boris Johnson, le premier ministre britannique, envisagerait d’interdire la société chinoise de participer à la mise en place des réseaux 5G. La Grande Bretagne se rangerait ainsi du côté des Etats-Unis….