L’UFC-Que choisir porte plainte contre 12 banques françaises qui refusent de rembourser les arnaques

 

L’UFC-Que choisir a annoncé porter plainte contre 12 banques françaises pour pratiques commerciales trompeuses. Dans un communiqué, elle pointe du doigt les nombreuses techniques utilisées par celles-ci pour éviter de rembourser les victimes de fraudes, en tentant le plus souvent d’invoquer la responsabilité de celle-ci dans l’arnaque.

arnaque ukraine dons
Crédits : Unsplash

1,2 milliard d’euros : c’est le montant total des fraudes enregistrées par la Banque de France en 2021. Chaque année, les arnaques touchent de plus en plus de victimes. Elles étaient 1,3 million en 2020, soit une hausse de 161 % depuis 2010. Il faut dire que les risques se multiplient et que les pirates regorgent d’ingéniosité pour pomper le compte en banque de leurs victimes. Pire encore, il arrive bien souvent que les banques refusent de rembourser ces dernières.

Pourtant, la loi oblige en théorie celles-ci à recouvrir les pertes de leurs clients dans le cas d’une arnaque, sauf une exception : si le client en question est considéré comme coupable d’une négligence grave, comme avoir transmis ses identifiants bancaires à l’arnaqueur. Seulement voilà, selon l’UFC-Que choisir, les banques invoquent très régulièrement cette exception pour échapper au remboursement obligatoire, le plus souvent sans réelle raison valable.

Sur le même sujet : Attention, ce malware Android supprime les données de votre smartphone et vide votre compte en banque

12 banques françaises ne remboursent pas leurs clients victimes de fraude

Sur près de 4300 signalements reçus, l’UFC-Que choisir indique que 60 % concernent des fraudes au-delà de 4000 euros. Certains atteignent même plusieurs milliers d’euros. Pourtant, cela n’empêche pas de nombreuses banques, la Banque Postale et le Crédit Agricole en tête, de refuser de rembourser leurs clients victimes. Pour ce faire, la plupart d’entre elles font croire que le client fait preuve de négligence, ce que l’organisme estime trompeur puisque, bien souvent, ce dernier a simplement validé une opération par SMS.

D’autres estiment que dans les cas où la double authentification est activée, les clients n’ont aucun risque de se faire pirater et refusent donc systématiquement de rembourser, sans plus d’explications. Enfin, certains banques se justifient en indiquant que leur assurance ne prend pas en charge les victimes de fraudes. « Face à la multiplication de fraudes de plus en plus sophistiquées, on ne saurait admettre que les banques s’affranchissent allègrement de leur obligation », écrit Alain Bazot, président de l’UFC-Que choisir.

12 banques françaises font désormais l’objet d’une plainte de la part de l’organisme : La Banque Postale, Crédit Agricole, Banque Populaire, BNP Paribas, Société Générale, CIC, LCL, Boursorama, ING, Nickel, Cetelem et Floa Banque.

Source : UFC-Que choisir

 



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !