Jeux Olympiques d’hivers 2018 : une cyberattaque confirmée juste avant la cérémonie d’ouverture

Maj. le 12 février 2018 à 20 h 45 min

Les Jeux Olympiques d’hivers 2018 qui se déroulent en Corée du Sud ont été victimes d’une cyberattaque juste avant la cérémonie d’ouverture. Environ 45 minutes avant le début de l’événement, l’accès Internet et le Wi-Fi du site à Pyeongchang ont été coupés. Quant au site internet des Jeux Olympiques, il s’est effondré. Les autorités refusent de divulguer l’origine de l’attaque, d’autant que les problèmes ont été résolus depuis.

Jeux Olympiques hivers 2018

Les Jeux Olympiques d’hivers 2018 ont essuyé une cyberattaque, environ 45 minutes avant la cérémonie d’ouverture. Ce n’est bien-sûr pas une première pour l’institution internationale. Heureusement, elle n’a pas eu de répercutions sur le déroulement de l’événement et les épreuves ont pu débuter sans encombre. L’origine n’a pas été révélée et reste inconnue. Mais il est avancé que la cyberattaque pourrait provenir de la Corée du Nord ou de la Russie.

Les Jeux Olympiques d’hivers 2018 essuient une cyberattaque, juste avant la cérémonie d’ouverture

Vendredi 9 février 2018 à midi, heure de Paris, débutait la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d’hivers 2018. Un événement qui se déroule cette année en Corée du Sud, à Pyeongchang. Mais environ 45 minutes avant le début des festivités, les Jeux Olympiques ont été victimes d’une cyberattaque. Pour éviter d’endommager les systèmes techniques, les serveurs des JO ont été fermés. Cela a malheureusement provoqué la chute du site internet des jeux, empêchant les spectateurs d’imprimer leurs billets.

Parmi les autres dysfonctionnements relevé : l’accès à la télévision et à internet. En effet, le WiFi du stade olympique, les télévisions et le réseau internet du centre de presse ont été coupés. Néanmoins, les organisateurs assurent que l’attaque n’a pas compromis l’essentiel de leurs activités. D’autant qu’environ 15 heures après la cyberattaque, tout était pratiquement revenu à la normale. Sung Baik-You, le porte-parole des Jeux Olympiques 2018 à Pyeongchang a pris la parole pour expliquer la situation.

Il y a eu une cyberattaque, le serveur a été mis à jour (dimanche), et nous connaissons la cause du problème. On sait ce qui s’est passé, c’est une chose habituelle pendant les Jeux Olympiques. Nous n’allons pas révéler la source.

Ce n’est pas la première fois que les JO sont attaqués. Ainsi, McAfee a déclaré le mois dernier qu’il avait détecté des attaques dans les mois précédant les jeux. Celles-ci se présentaient sous la forme de courriels malveillants envoyés aux officiels olympiques. S’ils ne veulent pas révéler l’origine de la cyberattaque, celle-ci pourrait provenir de la Corée du Nord, dans le contexte de tensions politiques que l’on connaît. Mais également de la Russie, suite à l’exclusion de plusieurs athlètes accusés de dopage.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Dell : une faille de sécurité permet de pirater ses PC à distance

Un chercheur en sécurité a identifié une faille de sécurité qui touche les PC Dell et plus précisément l’application SupportAssist qui est installée par défaut sur toutes les machines du constructeur. Avec cette faille, les ordinateurs portables et de bureau…

Gare au SMS qui vide votre compte bancaire !

Un SMS frauduleux envoyé par des pirates peut vider votre compte bancaire. Une cliente en a fait les frais en voyant son compte débité de la somme de 6 000 euros. Cette opération, elle affirme ne l’avoir jamais faite. Le…

Voici le top 10 des pires mots de passe

Le top 10 des mots de passe les plus vulnérables au piratage a été dressé par une étude britannique. Pour mettre sur pied cette liste, le National cyber security centre (NCSC) s’est intéressé aux 100 000 mots de passe les plus…

Internet Explorer : Microsoft refuse de corriger une faille de sécurité critique

Internet Explorer est victime d’une nouvelle faille de sécurité critique, rapporte un chercheur en cybersécurité. Malgré les risques encourus par les utilisateurs, Microsoft refuse de proposer un correctif dans les plus brefs délais. Pour forcer la main de la firme, le chercheur a révélé l’existence de…