IBM développe actuellement une batterie écologique dépourvue de nickel et de cobalt. Plus efficace et moins néfaste que les batteries au lithium actuelles, elle fonctionne grâce à trois matériaux extraits depuis l’eau de mer. 

ibm batterie écologique sans métaux lourds

Dans un communiqué de presse, IBM Research annonce avoir mis au point une chimie permettant de se passer des métaux lourds pour concevoir les batteries des smartphones, tablettes, voitures électriques et des PC. Les batteries au lithium qui équipent nos appareils fonctionnent en effet grâce à des métaux lourds et rares, comme le cobalt et le nickel.

Comme le souligne IBM, l’extraction de ces métaux présente « d’énormes risques environnementaux et humanitaires ». C’est surtout le cas du cobalt. Ce métal rare est extrait du sol dans des mines en République démocratique du Congo par des enfants. Les mines de la RDC totalisent en effet jusqu’à 60% de la production mondiale. Dans une plainte déposée le 15 décembre, l’organisation Human Rights Advocates accuse d’ailleurs des géants de la tech comme Apple, Google, Microsoft ou encore Tesla de fermer les yeux sur l’exploitation des enfants dans ces mines.

Lire également : Cette batterie révolutionnaire n’explose jamais, même sous la torture !

IBM remplace les métaux par des matériaux trouvés dans l’eau de mer

Pour se passer des métaux rares, IBM a décidé de miser sur des matériaux directement extraits de l’eau de mer. Malheureusement, le groupe n’en dit pas plus sur les matériaux. De plus, grâce à un électrolyte liquide, la firme est parvenue à réduire l’inflammabilité des batteries. C’est en effet l’un des grands défauts des batteries au lithium actuelles : dans certaines circonstances, elles risquent de s’enflammer voire d’exploser. Les batteries explosent surtout lorsqu’une charge excessive a lieu. Lors de cette surcharge, des dendrites, des mini-cristaux, vont apparaître et créer un court-circuit. Cette réaction en chaîne déclenche ensuite l’apparition de flammes.

Selon les tests en laboratoire réalisés par IBM, les batteries dépourvues de métaux lourds offrent plusieurs autres atouts par rapport aux accumulateurs au lithium. Elles sont notamment moins chers à produire car elles sont exemptes de métaux lourds. « Ces matériaux sont généralement très gourmands en ressources » rappelle IBM. Les batteries d’IBM sont aussi plus rapides à recharger. Il suffit en effet moins de 5 minutes pour atteindre les 80% d’autonomie. A titre d’exemple, la recharge rapide SuperVOOC 65W d’Oppo recharge une batterie au lithium de 4000 mAh à 100% en 25 minutes. Ce n’est pas tout. Les batteries disposent aussi d’une meilleure efficacité énergétique et d’une plus haute densité d’énergie et de puissance que les accumulateurs présents dans les appareils actuels.

IBM multiplie les alliances

Pour mener à bien son projet, IBM multiplie les partenariats avec des entreprises de renom : Mercedes-Benz, Central Glass (un fournisseur d’électrolyte pour batteries) et Sidus (fabricant de batteries). « Le développement de cette batterie est encore en phase d’exploration mais nous espérons faire naître un écosystème qui mènera à sa réalisation concrète » souligne IBM. On vous en dit plus dès que possible.



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
OnePlus travaille sur une batterie externe avec la recharge rapide

OnePlus prépare une batterie externe équipée d’une technologie de recharge rapide, tease Carl Pei, le cofondateur de la marque chinoise. La firme pourrait bien surprendre ses utilisateurs avec une batterie portable qui profite de la même technologie que ses propres smartphones, la fameuse Warp Charge. …