Huawei, c’est fini : le gouvernement britannique est en discussions avec Samsung, NEC et d’autres fournisseurs pour remplacer les équipements réseau du constructeur chinois en Grande-Bretagne. 10 Downing Street avait un peu plus tôt ordonné le retrait de tous les équipements Huawei sur fond de craintes autour de la sécurité des données. 

Londres
Londres vu depuis l’observatoire du Shard en direction de Tower Bridge et de l’un des quartiers financiers de la métropole / Crédits : Benjamin Davies via Unsplash

Après avoir soufflé des vents contraires, 10 Downing Street a donc décidé d’ordonner le retrait de tous les équipements réseau Huawei en Grande Bretagne. Dans un premier temps il s’agira de retirer tous les équipements de coeur de réseau. Dans un deuxième, le gouvernement a l’intention d’ordonner également le retrait des équipements Huawei moins stratégiques. En parallèle, le gouvernement britannique a ouvert des discussions avec divers leaders du secteur, notamment Samsung et NEC pour combler le vide laissé par l’exclusion de la firme de Ren Zhengfei.

Beaucoup d’éléments ont sans doute dû peser dans la balance. D’abord, il y a la « relation spéciale » entre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis qui réclame l’exclusion totale des équipements Huawei en Grande-Bretagne depuis des mois. Cette relation presque tuméfiée sous l’effet de la politique de repli et de défiance de Donald Trump et de la guerre froide commerciale avec la Chine de Xi Jinping reprend, en tout cas sur cette question, quelques couleurs. Surtout depuis que la Chine a fait passer à Hong-Kong une nouvelle loi sécuritaire qui met de facto fin à la logique « un pays, deux systèmes » instaurée lors de la rétrocession du territoire à la Chine.

Et qui suscite une vive émotion en Grande Bretagne. 10 Downing Street menace depuis de transformer son passeport British National Overseas en véritable arme d’émigration massive, avec en creux le risque que le territoire de Hong Kong ne se vide de ses cerveaux. Au-delà, il y a les relations compliquées entre Londres et Bruxelles sur fond de Brexit et de menace de quitter l’UE sans aucun accord. Ce qui donne encore plus d’importance à une alliance avec les Etats-Unis.

Lire également : Huawei a déjà vendu 15 millions de smartphones 5G, presque autant que Samsung

Et on comprend entre autres dans ce contexte la volonté de Londres de ne pas poursuivre « business as usual » avec Huawei. Outre la firme chinoise, qui est leader en matière de 5G, Samsung représente une excellente alternative. Le constructeur détient en effet de très nombreux brevets autour de la 5G, et a déjà fourni le Japon, la Corée du Sud, Taiwan et les Etats-Unis en équipements 5G. On sait que des responsables Samsung ont également été approchés il y a quelques mois par des dirigeants français.



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !