Google pourrait verser 234 millions d’euros à un avocat pour avoir ruiné sa réputation

 

Ulrich Richter Morales, avocat mexicain, a décidé de porter plainte contre Google après lui avoir demandé à de multiples reprises de déréférencer un blog. Le site en question publie des articles portant atteinte à la réputation du plaignant. Le tribunal a tranché en faveur de ce dernier et a ordonné le versement d’une amende de 234 millions d’euros.

google moteur de recherche
Crédits : Pexels

Si Google est loin d’être étranger aux amendes, celle infligée par le tribunal civil de Mexico sort quelque peu du commun. En effet, les soucis judiciaires de la firme de Mountain View concernent généralement l’utilisation abusive des données personnelles de ses utilisateurs ou bien des pratiques commerciales douteuses — une catégorie qui lui coûte d’ailleurs de plus en plus cher. Sa condamnation à Mexico, en revanche, est tout autre puisqu’il s’agit d’une affaire de préjudice moral.

Cette dernière remonte à 2015, année à laquelle Ulrich Richter Morales, un avocat mexicain, a contacté Google afin de faire retirer un certain blog des résultats de recherche. Selon lui, le blog en question affirme que l’homme est impliqué dans des opérations de blanchiment d’argent, de trafic d’influence ou encore de falsification de documents. Ulrich Richter Morales argue que ces articles nuisent à sa réputation et demande donc à Google de les déréférencer.

Sur le même sujet — Google : un internaute est condamné à payer 1800 € d’amende à cause d’un commentaire

Google écope d’une amende de 234 millions d’euros pour préjudice moral

Face à l’inaction de Google, l’avocat décide alors de porter plainte et réclame des dommages et intérêts à la firme. La justice lui donnera raison en condamnant Google à lui verser 5 milliards de pesos, soit environ 234 millions d’euros. Bien entendu, le géant du web ne compte pas se laisser faire aussi facilement et, tout comme avec de nombreuses autres condamnations, à décider de faire appel à cette décision de justice.

Selon Google, cette dernière est « arbitraire, excessive et sans fondement ». L’entreprise a fait savoir qu’elle prévoit de se défendre « jusqu’en dernier recours car cet arrêt porte atteinte à la liberté d’expression et à d’autres principes fondamentaux ». Aussi inhabituelle soit-elle, cette condamnation n’est pas une première pour Google. Il y a quelques semaines, la firme a écopé d’une amende de 466 000 euros pour avoir hébergé sur YouTube des vidéos estimées diffamatoires à l’encontre d’un politicien australien.

Source : El Universal



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !