Free va continuer de profiter de l’itinérance 3G d’Orange jusqu’en 2025

 

L’Arcep a tranché : suite à la demande en juillet dernier de Free et Orange, le contrat d’itinérance 3G entre Free et Orange restera en vigueur jusqu’en décembre 2025. Le gendarme des télécoms en a profité pour souligner une baisse de l’utilisation de ce réseau par les abonnés Free depuis quelques années.

La belle histoire d’amour entre Orange et Free va pouvoir continuer encore quelque temps. Depuis 2011, le trublion des télécoms profite du réseau 3G de l’opérateur historique en itinérance, dont il fait profiter ses abonnés se trouvant dans les zones non couvertes. Si aujourd’hui la 3G est devenue plus ou moins obsolète, elle permet encore à de nombreux Français d’accéder à Internet, dans des régions où les solutions alternatives ne se bousculent pas.

Après une première prolongation de ce contrat jusqu’en décembre 2022, les deux opérateurs souhaitaient visiblement continuer leurs bonnes affaires, et ont demandé à l’Arcep en juillet dernier de leur accorder une date butoir. C’est désormais chose faite, puisque l’itinérance 3G sera toujours en vigueur pendant encore 3 ans, jusqu’en décembre 2025. Il faudrait toutefois se contenter de débit toujours aussi faible, en moyenne 384 Kbit/s.

Sur le même sujet — Roaming : Orange annonce la 5G en itinérance dans 11 pays d’Europe

La prolongation de l’itinérance 3G Orange-Free validée par l’Arcep

En outre, l’Arcep a souligné une baisse de l’utilisation de ces fréquences par les abonnés Free ces dernières années. En effet, le contrat liant l’opérateur avec Orange avait initialement pour but d’être temporaire, le temps que Free développe son propre réseau. Ce que ce dernier a fait, mais visiblement pas encore assez pour pouvoir se permettre de se passer de son concurrent.

Bonne nouvelle pour Free et Orange donc, beaucoup moins pour SFR et Bouygues Telecom, qui dénoncent depuis des années ce qu’ils considèrent comme une infraction à la législation de la concurrence. Rappelons que ce dernier s’est récemment vu refuser le versement de 2,3 milliards d’euros en remboursement de ses propres investissements censés faire face à l’accord.

SFR, de son côté, dénonce un prolongement qui « ne trouve pas de justifications objectives » et qui « octroie à Free un avantage concurrentiel inacceptable et induit des effets gravement anticoncurrentiels dommageables au marché. »



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !