Des physiciens travaillant avec Microsoft comparent l’univers à une IA

 

Les lois de la physique sont le résultat d’un long processus d’apprentissage de la part de l’univers. Voici la théorie présentée par plusieurs scientifiques, qui compare ainsi notre monde à un ordinateur doué de machine learning. Une étude qui bouleverse le milieu puisqu’elle revient à dire que nous ne percerons jamais tous les secrets de notre environnement.

univers
Crédits : Pixabay

Et si nous vivions tous au sein d’une simulation ? Si Matrix n’a pas inventé cette théorie, le film des sœurs Wachowski l’a sans aucun doute popularisé. On pourrait croire que seuls quelques individus illuminés y croient dur comme fer, et que la communauté scientifique n’y porterait qu’un œil amusé. Pourtant, cela n’a rien de farfelu de comparer notre univers à un ordinateur. C’est même sur ce principe que repose une récente étude publiée par une équipe de physiciens.

Selon ces derniers, l’ensemble des lois de la physique sont le résultat d’un apprentissage par l’univers. En d’autres termes, nous vivrions dans une sorte d’immense système informatique fonctionnant comme une IA. Cela peut paraître anecdotique, mais il n’en est rien. Cela voudrait dire que les lois qui régissent notre monde ne sont pas fixes et, qu’au contraire, elles évoluent dans le temps. Autrement dit, nous ne percerons jamais les mystères de l’univers.

Sur le même sujet : Cette intelligence artificielle permet de discuter avec un Einstein virtuel

L’univers comme une IA, une théorie qui révolutionne la physique

En effet, comme l’écrit Stephen Hawking dans son cultissime « Une brève histoire du temps », la quête ultime des physiciens a toujours été de théoriser LA règle qui explique notre univers. Or, si ce dernier apprend et évolue sans cesse, ce qui est vrai aujourd’hui ne l’a pas forcément été hier, et ne le sera peut-être pas demain. « Par exemple, lorsque nous voyons des structures qui ressemblent à des architectures de deep learning émerger dans des systèmes autodidactiques simples, pourrions-nous imaginer que l’architecture matricielle opérationnelle dans laquelle notre univers crée des lois, a elle-même évolué à partir d’un système autodidactique […] ? », demande ainsi l’étude.

De cette manière, cela voudrait dire que notre univers a d’abord connu un état initial avec « les conditions de départ les plus minimales possibles ». Évoluant alors tel un algorithme de deep learning, ce dernier aurait perfectionné ses lois, voire en aurait créé de nouvelles en fonction des résultats obtenus par les précédentes. Comme nous décrivons ces lois telles que nous les observons à un instant T, il paraît logique que la toute première d’entre elles ait été particulièrement « simpliste ». En plus de bouleverser le monde de la physique, cette théorie a d’autres conséquences importantes.

Sur le même sujet : L’intelligence artificielle pourra bientôt évoluer comme un être vivant

L’univers pourrait ne jamais revenir en arrière

« L’une des conséquences est que si l’évolution des lois est réelle, il est probable qu’elle soit unidirectionnelle, car sinon il serait courant que les lois reviennent à des états antérieurs, peut-être même plus probable qu’elles trouvent un nouvel état », poursuivent les physiciens. « Cela s’explique par le fait qu’un nouvel état n’est pas aléatoire mais doit plutôt répondre à certaines contraintes, alors que l’état passé immédiat a déjà répondu aux contraintes. Un système réversible mais évolutif explorerait fréquemment son passé immédiat de manière aléatoire. »

Là encore, l’étude va à l’encontre d’autres théories, qui prédisent que l’univers finira pas revenir à un niveau de densité proche de celui du Big Bang. Pour expliquer leur point de vue, les scientifiques utilisent l’exemple d’un logiciel. En examinant le disque dur, il est possible de déterminer les actions réalisées par le programme en consultant les marques magnétiques laissées : les résultats sont donc réversibles. À l’inverse, en utilisant le processeur, la même tâche sera impossible à effectuer, car aucun historique ne sera conservé.

Il est donc difficile de prédire l’impact que cette étude aura dans le monde la physique. Mais, s’il s’avère que les lois de la relativité et même de la gravité ne sont en réalité pas inscrites dans le marbre, il y a fort à parier qu’une telle théorie modifiera profondément notre manière de voir le monde.

Source



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !