Casque audio : non, le gouvernement ne va pas vous empêcher d’écouter votre musique dans la rue

Maj. le 28 février 2020 à 11 h 30 min

Si un député de la Charente-Maritime et membre de La République en Marche a voulu interdire l’utilisation des casques et des écouteurs dans la rue, il s’est vu rejeter l’idée par le Ministère de l’Intérieur.

Femme ecoute musique casque
Crédit photo : Bicanski / Pixnio

Le 22 octobre 2019, le député LREM Jean-Philippe Ardouin interpellait le ministre de l’Intérieur à propos de l’usage des casques audio et des écouteurs sur la voie publique, afin de prévenir les accidents de la circulation des piétons écoutant de la musique. « Il s’agit d’un véritable phénomène de société qui touche l’ensemble des classes d’âges au premier rang desquelles les adolescents », expliquait Jean-Philippe Ardouin. « Les adolescents, dans leur trajet vers le collège ou le lycée, écoutent leur MP3 avec un volume important et semblent vivre dans un autre monde, oubliant les règles essentielles du Code de la route, traversant entre les voitures, les bus et sans respecter les feux de signalisation. »

Pour étayer ses propos, il s’appuyait sur une étude de la revue Injury Prévention, laquelle explique que « les victimes les plus concernées d’accident de circulation sont des adolescents et jeunes adultes. 90 % de ces accidents ont lieu en zone urbaine, 70 % de ces accidents s’avèrent mortels. Dans la plupart des cas, le véhicule qui a heurté le piéton porteur d’écouteurs a klaxonné avant le choc, sans que ce dernier n’ait le temps de réagir.  »

À lire aussi : Meilleurs casques audio Bluetooth sans fil, quel modèle choisir en 2020 ?

La réponse du gouvernement est sans équivoque

Dans un texte publié le 25 février au Journal officiel, le gouvernement explique ne pas vouloir interdire l’usage des écouteurs dans la rue : « La délégation à la sécurité routière communique régulièrement aux piétons sur leurs droits et leurs devoirs en tant qu’usagers de la voirie. Ils sont notamment incités à ne pas utiliser leur téléphone portable en traversant compte tenu de la déconcentration induite. De même, l’usage de baladeurs musicaux doit se faire à un volume qui permette d’entendre les véhicules, notamment dans la traversée de la chaussée. »

En clair, chacun a le droit d’écouter sa musique sur la voie publique, tant que le niveau sonore lui permet d’entendre les bruits des véhicules. Ne pas mettre la musique à fond est donc fortement recommandé par le gouvernement, mais ça, on s’en serait douté. Reste le cas des appareils à réduction de bruit, qui n’est pas évoqué dans la réponse du JO. Car même avec un volume réglé relativement bas, on n’entend pas nécessairement les bruits des moteurs de voiture ou des klaxons. Ici, à charge à chacun de tout mettre en œuvre pour continuer percevoir les bruits environnants, en activant par exemple le mode HearThru ou encore mieux, en désactivant temporairement la réduction de bruit, notamment au moment de traverser la rue.

Source : Assemblée Nationale



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Samsung Display arrête la fabrication des TV LCD les moins chères

Samsung Display arrêtera de fabriquer des télévisions LCD d’ici la fin de l’année 2020. La firme veut désormais fabriquer exclusivement des écrans de technologie Quantum Dot – une technologie qui lui permet d’adapter les lignes de production LCD existantes, plutôt…

Confinement coronavirus : le Furet du Nord offre 5000 livres numériques

En cette période de confinement, la librairie Le Furet du Nord offre 5000 livres numériques, disponibles sur n’importe quel support. De quoi s’occuper et s’évader le temps de quelques romans, polars ou livres de science-fiction. Les Français devront rester encore…

Smartphone : le coronavirus peut survivre jusqu’à 96 heures

Les premières études montrent que le coronavirus peut survivre jusqu’à 72 heures sur des surfaces comme le plastique ou l’acier. Pour le verre qui recouvre les écrans des smartphones, la seule étude disponible pour l’instant date de l’épidémie SRAS-CoV de…