USB : le connecteur aurait pu être réversible dès son origine, mais ça coûtait trop cher

Les câbles USB sont partout chez vous, avec le même problème : à chaque fois qu’on tente de les brancher ou presque, il faut s’y reprendre à plusieurs fois, tant il est facile de se tromper de côté. Un problème récemment résolu par le format et la prise USB type C. Le créateur de l’USB type A explique pourquoi les connecteurs USB qui le précèdent ne sont pas réversibles – et visiblement, ce n’était pas faute de le vouloir. 

usb a

Même si vous passez peu à peu au format USB type C, il y a de grandes chances pour que vous utilisiez encore beaucoup de câbles USB classiques. Le format de la prise type A, la prise rectangulaire à laquelle on pense généralement lorsque l’on évoque le problème a été créé par un ingénieur informatique, Ajay Bhatt en 1996. Il raconte comment il a choisi cette forme non réversible dans une interview donnée au site Design News. Une forme particulière qui nous conduit trop souvent à se tromper de sens. Plus récemment, il a souligné auprès de nos confrères de NPR que ce choix était essentiellement motivé par le coût de la technologie.

Câble USB : voici pourquoi il n’était pas réversible dès le départ

Pour expliquer comment il en est arrivé là, Ajay Bhatt raconte d’abord son parcours du combattant pour convaincre Intel du bienfondé du projet USB : « cela m’a pris entre deux et deux ans et demi de convaincre les gens, mêmes nos clients, que c’était un investissement d’avenir et rassembler des gens qui pensaient la même chose au même endroit. Et avant même que l’on puisse avoir tout le monde au même endroit il fallait que je trouve une proposition assez finie qui décrivait notre vision et toutes les réponses possibles à cette vision ».

Il ajoute que le gros problème de l’époque était la complexité du PC pour les utilisateurs. Ces derniers avaient besoin d’une kyrielle de câbles différents. Il fallait souvent installer une nouvelle carte,  de nouveaux drivers pour les utiliser. Lui pensait déjà à une approche Plug & Play qui semble si évidente de nos jours. Mais ces difficultés à convaincre ont conduit Ajay Bhatt à revoir ses ambitions à la baisse : « de prime abord l’objectif était modeste. Mais au fur et à mesure que nous nous sommes penchés sur le problème nous nous sommes rendus compte que nous pourrions faire quelque chose d’évolutif« .

Il ajoute : « le plus gros problème c’était le coût« . Ajay Bhatt revient alors sur le gros défaut de son connecteur USB : le fait qu’il y ait un sens pour l’insérer dans la prise. Il explique qu’il aurait alors préféré un connecteur réversible comme l’USB type C. Mais objecte : « si vous avez des coûts importants pour une technologie qui doit encore faire ses preuves, il se peut qu’elle ne décolle pas. C’était notre peur. » Il raconte que faire un connecteur réversible nécessitait alors deux fois plus de câbles et des circuits plus complexes et aurait donc fait exploser le coût de la technologie. Des propos qu’il a récemment réitéré auprès de NPR.

En fait si l’USB peut encore nous agacer, c’est justement parce que la technologie était à la fois suffisamment pratique et bon marché pour qu’on finisse par l’utiliser partout. D’autres connecteurs universels comme le FireWire par exemple n’ont jamais vraiment réussi à s’imposer justement du fait de leur coût. Maintenant, donc, vous savez : si vous vous trompez aussi souvent de sens lorsque vous branchez un câble USB, c’est parce qu’il a fallu convaincre beaucoup de personnes de l’innocuité d’un connecteur universel. Et que cela passait par le rendre très bon marché !

Cet article a été publié à l’origine sur Phonandroid le 1er décembre 2017. Nous l’avons mis à jour suite à une nouvelle interview parue sur NPR. 

Source : Design News (2017) / NPR (2019)



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
OLED : vos cheveux peuvent être recyclés en écrans dernier cri

Des scientifiques australiens ont trouvé une nouvelle méthode pour fabriquer des écrans OLED flexibles : utiliser des cheveux humains. Cette manière de faire peu conventionnelle permet de puiser dans une ressource jusque-là inexploitée. A un cheveu de révolutionner l’industrie. Des scientifiques…

Cette clé USB ne protège pas de la 5G, c’est une arnaque

La 5GbioShield est une clé USB censée protéger l’utilisateur des ondes 5G. Derrière cette affirmation farfelue se cache en réalité une arnaque bien montée par une société britannique. Vendue 315 euros, c’est en réalité un produit à 5 euros. Non,…

Cet appareil à lécher reproduit le goût des aliments vus à la TV

Le Norimaki Synthetiser est un « synthétiseur électronique de goût ». Concrètement, il s’agit d’un appareil à lécher capable de reproduire artificiellement les goûts des aliments et des plats vus à la télévision. Conçue par un chercheur japonais, cette sucette électronique est…

Un GPS précipite une voiture dans le Vieux-Port à Marseille

Un GPS a envoyé une nouvelle voiture dans le Vieux-Port à Marseille. En suivant religieusement le trajet affiché à l’écran, un automobiliste de 56 ans a fini sa course au bout d’une pente de mise à l’eau, quai Marcel Pagnol ….