YouTube interdit aux artistes et créateurs de critiquer la plateforme de streaming vidéo en public

YouTube interdit à tous les artistes et créateurs avec qui il est partenaire de critiquer publiquement sa plateforme. Les musiciens et créateurs de séries originales concernés doivent signer une clause les empêchant de dire du mal de YouTube, révèle Bloomberg. En échange, la filiale de Google leur offre un support promotionnel.

youtube

YouTube contraint les musiciens et les créateurs de séries originales à ne pas rabaisser ou critiquer la plateforme de streaming vidéo en public, nous apprend Bloomberg. Les artistes partenaires doivent signer une clause qui leur enlève contractuellement la possibilité de présenter publiquement des aspects négatifs de YouTube. En échange, ils sont assurés de bénéficier d’un support promotionnel.

Cet accord concernerait en particulier les chanteurs et les musiciens, dont une sélection a été aidée financièrement par YouTube pour produire des vidéos et en faire la promotion. Il s’agit d’une campagne de communication pour le service de partage de vidéos en ligne, qui souhaite construire un pont avec l’industrie musicale.

YouTube : les chanteurs et créateurs

YouTube Remix, son service de streaming musical payant, pourrait d’ailleurs être lancé en mars 2018. Un accord a été trouvé avec Universal Music Group et Sony Music Entertainment. On devrait donc bientôt voir débarquer un nouveau concurrent à Spotify, Deezer, Apple Music et les autres, alors qu’Amazon a décidé de mettre des bâtons dans les roues de Google et YouTube avec AmazonTube.

Il se démarquera de ses rivaux en proposant également des vidéos originales, qu’on retrouve pour le moment sur YouTube Red. Ce dernier fusionnera avec Google Play Music pour créer Remix. Les créateurs associés au programme sont d’après Bloomberg soumis « à plus qu’une exigence de ne pas critiquer le site de vidéos », sans se montrer plus précis.

Les relations sont souvent tendues entre YouTube, artistes et créateurs. Ces derniers se plaignent régulièrement de la politique de la plateforme de Google en termes de publicité et de revenus. Elle vient d’ailleurs de durcir les règles pour monétiser les vidéos. En 2016, de nombreux artistes comme Taylor Swift s’étaient insurgés contre la politique de YouTube et des services de streaming musical en la matière, exigeant un équilibre des intérêts par rapport « aux sociétés qui exploitent la musique pour leur enrichissement financier ».

Réagissez à cet article !
  • Papounet UT

    Il y en a qui crachent dans la soupe apparemment.
    YouTube a eue raison de mettre cette clause en place.

    • ludwig eyes

      Exacte !! 😉

  • ludwig eyes

    J’ai envie de dire ?? Normal quoi !! Le jour ou ils ne bosseront plus ensemble là ils pourront critiquer . Logique !

    • bienvenue dans la réalité

      Donc sous prétexte de bosser avec quelqu’un, tu ne peux lui faire aucune remarque sur son travail ou sa façon d’interagir avec son environnement professionnel? Si oui, j’ai rarement entendu plus con comme réflexion…

      • Mr.Bean

        Certains ont la notion de liberté d’expression très variable… ;-)

      • Jacksong

        « Donc sous prétexte de bosser avec quelqu’un, tu ne peux lui faire aucune remarque sur son travail ou sa façon d’interagir avec son environnement professionnel?  »
        => « En public » est la notion à retenir

        Et je pense qu’il en va de même pour pas mal de boulot (exemple : les mecs qui se sont fait virer parce qu’ils parlaient mal de leur boîte sur Facebook, en public donc)

  • kevin

    pour ceux qui ne sont pas content y’a toujours Dailymotion!

  • Yo Bloom

    Comme le dit Jacksong, en publique ils ne peuvent pas critiquer, logique, mais peuvent critiquer en interne.

    Logique, pour une entreprise.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Kodi : Amazon, Netflix et Disney s’unissent contre les extensions !

La communauté de Kodi, le lecteur multimédia open source, est la cible d’Amazon, Netflix et Disney. Avec d’autres grandes majors du divertissement, elles lancent une offensive contre ses extensions qui permettent de regarder des milliers de programmes dans la plus…