Terrorisme : Facebook explique comment son intelligence artificielle peut vaincre l’extrémisme

Date de dernière mise à jour : le 15 juin 2017 à 21 h 59 min

Pour lutter contre le terrorisme, Facebook avait déjà annoncé son intention d’utiliser l’intelligence artificielle. La firme explique aujourd’hui sur son blog comment ce nouvel outil va fonctionner, et ses expérimentations en la matière. Le système serait déjà capable de repérer les agissement douteux sur son réseau social en analysant les images. Facebook explique que ses méthodes sont en cours de déploiement sur WhatsApp et Instagram. 

facebook terrorisme intelligence artificielle

Le terrorisme est un véritable casse tête sur le net. Particulièrement sur Facebook, un réseau social milliardaire en nombre d’utilisateurs. Comment gérer cette masse incroyable de données et repérer les terroristes ? Facebook l’avait annoncé, il développe une intelligence artificielle pour assister le travail des modérateurs. Aujourd’hui, on apprend sur le blog du site en quoi ça consiste déjà, et quelles sont les expérimentations de Facebook pour améliorer le dispositif.

 Notre position est claire. Il n’y a pas, sur Facebook, de place pour le terrorisme

Facebook explique comment le réseau va utiliser l’intelligence artificielle contre le terrorisme

Le plus grand des réseaux sociaux explique en fait que ses modérateurs ferment les comptes de terroristes et enlèvent les posts qui en font la promotion “dès [qu’ils] en prennent connaissance”. Et c’est là toute la difficulté. Une intelligence artificielle vient alors seconder le travail des modérateurs. Ces efforts en matière d’IA sont récents chez Facebook, mais le système monte progressivement en puissance. En outre une équipe contre-terroriste de 150 personnes a été formée.

Ainsi Facebook explique utiliser la “comparaison d’images” : dès que quelqu’un poste une photo d’un terroriste connu, ou même une vidéo de propagande de Daech, tout est porté à  l’attention des modérateurs. Le réseau social travaille également à analyser le langage utilisé pour faire l’apologie du terrorisme. Et serait sur le point d’étendre le système aux autres apps comme WhatsApp et Instagram.

Il y aurait également des partenariats industriels et gouvernementaux (avec les agences de renseignement). Reste l’épineuse question de Facebook Live qui permet à tout le monde de streamer ce qui lui chante. Pour l’instant Facebook reste silencieux sur ce qui peut être fait sur ce service. On imagine en effet que la tâche est un cran plus ardue.

Réagissez à cet article !
  • Gklmo

    On ne peut pas combattre l’extrémisme religieux par la raison.
    Les extrémistes suivent une doctrine à la lettre en étant persuadés d’avoir raison de le faire. C’est très difficile de leur faire changer d’avis, encore plus quand la notion de Dieu est à la base de la doctrine.

    Ils sont bien gentils sur Facebook, mais ça ne résoudra pas le problème, ça ne les ralentira qu’un peu en étant optimiste…

    • Bah enlever facebook dans les moyens de com et de recrutement de ces abrutis c’est déjà bien :)

      • AD MIN

        Il existe d’autres moyen de communiquer bien plus discret

        • Insomnia

          Communiquer oui mais trouver des personnes à embarquer moins

          • AD MIN

            Hey malheureusement c’est assez facile surtout ici en France

          • “surtout ici en France” ça par contre c’est sans aucun sens, faux et sans intérêt.

          • AD MIN

            Par expérience, vécu et science en France il est plutôt facile pour l’endoctrinement.

      • Gklmo

        Le plus gros du recrutement se fait dans les mosquée, par la famille, “tout seul” via youtube ou en Syrie.

        C’est très faible se qui se passe via Facebook

        • Je pense que la “pub” se fait majoritairement sur les reseaux sociaux perso mais bon.

          • Jérémie

            Je trouve que c’est surtout les journalistes qui font la “pub” de ces tarés débiles…

          • JE suis aps d’accord là dessus, c’est aps la facon dont els journalistes en parlent qui donne envie d’en faire partie.

          • Jérémie

            Je pense que les journalistes parlent de ces barbares d’une façon trop positive. Associer le mot “cerveau” au nom d’un de ces lâches est une faute grave.
            Citer leur nom et afficher leur photo sans arrêt, c’est leur donner une importance écœurante.
            Les journalistes contribuent au malaise général, malaise recherché par ces terroristes.
            L’anonymat est la seule chose qu’ ils méritent…

        • AD MIN

          Dans les mosquée non mais à l’extérieur oui (ces gens là n’aime pas les mosquées)

    • Jérémie

      Et donc, ils ne doivent rien tenter.
      A ce jeu, autant laisser faire les extremistes !
      Je pense au contraire que tout ce qui peut être fait doit être fait !

      • Gklmo

        Je ne dis pas qu’on ne doit rien tenter mais ce n’est pas suffisant, loin de là

        • Jérémie

          On est d’accord mais ton message au dessus peut laisser penser qu’ils ont autant ne rien faire.
          Il faut être un peu plus optimiste et saluer le fait que des choses essaient de se mettre en place.

    • Insomnia

      Je crois que tu as pas compris, en détectant les comptes qui utilisent le terrorisme, ceux ci seront plus facilement désactivés et éviter à des jeunes de tomber dedans rien de plus…il faut du temps pour endoctriner quelqu’un

      • Gklmo

        Pour un compte fermé, il y en a 10 nouveaux d’ouverts. Twitter fait la même chose mais ne parvient pas à suivre la cadence

  • Spitfire

    Ouais déjà qu’ils commencent par supprimer les vidéos de viols et de bagarre (sanglants) ainsi violant après on en parlera…

  • Kinnay Ezrodel

    C’est déjà ça et c’est déjà une bonne idée

  • Insomnia

    Mouai par contre quand c’est pour un sein bizarrement ça fonctionne magistralement….nous verrons ce que ça donnera.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
975b0ef3c3294c5896e265acc2afba0b99999999999