Project Ara : les smartphones modulables sont-ils l’avenir de la téléphonie ?

La question qui nous brûle les lèvres quand nous regardons évoluer le projet Ara, avec une fascination infantile dans le regard, est de savoir si la chose est juste un tour de force, un gadget, ou bien un projet pérenne qui pourrait transformer le marché des smartphone à tout jamais.

projet ara smartphone modulaire

Le Project Ara, si vous avez échappé au phénomène, est l’essence d’Android, version physique. C’est l’idée délirante de concevoir un smartphone modulable, un peu comme un ordinateur de bureau. Dans les faits, le principe fonctionne sur la base d’un squelette, une structure standard existant en trois tailles correspondant aux trois formats types de la téléphonie.

Sur cette structure peuvent se fixer des modules détachables grâce à des aimants électro-permanents, permettant une fixation solide. Ainsi la force tenant les modules à la structure passera de 30 newtons lorsqu’il sera sous tension à 5 newtons lorsqu’il sera éteint, permettant à l’utilisateur de le démonter facilement une fois le courant coupé, sans qu’il tombe alors en morceau pour autant.

projet ara trois tailles

L’objectif est de sortir d’ici 2015 des téléphones coûtant entre 100 et 700 euros, tournant sous Android, et ayant une espérance de vie trois à quatre fois supérieure à celle des smartphones actuels, du fait de leur évolutivité. Enfin, bien sûr l’idée est de créer un marché communautaire et open-source tel qu’il existe avec Android, mais avec quelque chose de matériel, permettant au final d’obtenir des smartphones ultra-personnalisés. L’idée à déjà été reprise par Blocks, la smartwatch modulable.

Le projet est fascinant et semble reconsidérer tout le marché du smartphone, mais est-ce vraiment le cas ? Est-ce que le smartphone du futur est modulable ? Faisons le point à travers la bonne vieille technique des plus et des moins :

Les plus

Un téléphone fait pour vous : vous n’en avez que faire du cardiofréquencemètre mais êtes un accro de l’autonomie ? Pas de problème. Vous voulez booster les performances et la RAM, quitte à recharger sept fois par jour ? C’est faisable aussi. Avec Ara vous faites VOTRE téléphone.

Une évolution linéaire plutôt que par pallier : grâce à ce système, plutôt que de faire des bonds techniques à chaque achat d’un smartphone, suivi par une lente agonie durant laquelle il va être de moins en moins adapté, ici on a la possibilité de suivre les évolutions petit à petit.

Tout est possible :  en ouvrant le marché des composants au collectif, tout peut arriver, faites travailler votre imagination, que voulez vous sur votre téléphone ? Une lumière noire pour détecter les faux-billets ? un mini microscope ? Une alarme incendie ? Sérieusement, pensez-y ! Un tel projet multiplié par l’imagination d’une communauté, ça peut amener des choses dingues.

Bref nous parlons ici des avantages relatifs à la modularité croisé à ceux de l’open source, à savoir une liberté extrême associé à un bouillonnement créatif.

project ara etude

Les moins

Evidemment, le projet Ara a les inconvénients de ses avantages, parmi lesquels nous voyons :

Des pièces moins facilement inter-compatibles : Un premier casse-tête conséquent du projet, c’est évidemment la gestion de l’OS, mais le principe va également fatalement amener à des produits moins optimisés, contrairement à un smartphone pensé comme un ensemble.

L’épaisseur et le design : Pour le design, c’est plus relatif parce que c’est une affaire de goût. Il n’est pas du tout impossible que le style patchwork et ce qu’il évoque en terme de modernité plaise à certaines cibles. En revanche un smartphone plus épais est rarement quelque chose que l’on recherche, mais c’est une conséquence du projet qui va à l’encontre de la tendance actuelle consistant à tout optimiser en interne jusqu’à la suppression des vis pour gagner des millimètres.

Le rapport Prix/Performances/Poids : Les appareils Ara couteront, à modèle « égal », 25% de plus que leurs homologues tout-en-un, avec une consommation, un poids et une épaisseur supérieurs. C’est le coût de la modularité.

La complexité : Bien que le but soit de créer un objet modulable et simple, pensons à nos parents qui ont déjà parfois du mal avec ce qui nous semble évident. Qu’en serait-il s’ils devaient choisir les composants de leur machine ? Aussi simple soit-il, le smartphone Ara sera toujours plus difficile d’accès qu’un téléphone qu’on allume en le sortant de sa boîte.

project ara

Conclusion

Vous l’avez senti venir j’en suis sur, à la question de savoir si le projet Ara sera l’avenir du smartphone, la réponse comme pour tout un tas de question est bien sûr… Ca dépend ! Tout comme avec le monde des ordinateurs avant cela, la population va certainement se diviser entre ceux qui veulent la flexibilité et ceux qui veulent la simplicité.

Dans ce cas précis, les catégories seront peut-être un peu plus nombreuses, même, avec par exemple celle des malheureux qui aimeraient bien la flexibilité mais qui adorent leur smartphone ultra-fin. Enfin, il y aura sans doute la dimension politique qu’il y aura à utiliser un smartphone Ara, c’est le fameux syndrome de « non-mais-tu-vois-Linux-c’est-vachement-simple-en-fait-et-en-plus-c’est-plus-libre-que-Windaube ».

Peut-être alors que pour toute une frange de la population – à priori chez les plus jeunes où chez certains professionnels qui pourraient bien profiter de modules hyper spécifiques – que la modularité sera l’avenir des smartphones. À quelle catégorie appartenez-vous, mais surtout, quels modules inédits voudriez-vous voir apparaitre ?

Réagissez à cet article !
  • zdric

    Je pense qu’il peut y avoir une clientèle geek. Il fût un temps ou j’assemblai mes PC. Puis avec le temps, mon usage et mon emplois du temps ont fait que je ne bouge plus de config. On retrouvera ce phénomène. Cependant, le roulement de config sur smartphone est plutôt rentable vu les prix d’occasions et la facilité de trouver a bon prix un smartphone homogène haut de gamme. Sans compter l’essor chinois ( oneplus one entre mes mains). De plus, contrairement à un PC assembleur, il semble qu’il n’y aurra pas de gains en performances. Je pense donc que ce sera un flop.

  • Atl.ass

    Quoi qu’il en soit, c’est surement la plus grosse innovation de ces dernières années, dans le domaine de la téléphonie.

    • zdric

      Sans doute. Après une innovation doit apporter un plus qui soit convaincant pour le client. Et là.. La clientèle me semble limité puisque surcoût sans augmentation de performance, plus lourd et plus gros pour pas plus d’autonomie…après l’évolution linéaire… A voir si ça vaut le coup versus le changement complet d’un flagship tous les 2 ans vu le prix de revente.

  • Sislay

    Je trouve ça totalement inutile. Déjà on perd dans l’optimisation. Ensuite, on se retrouve avec une « base » comme les cartes mères qui vont devenir « useless » aussi vite que les équipements qui s’attachent dessus. Enfin, faut s’attendre à voir qu’il y aura des exclusivités selon les marques, comme ADM ou Intel qui nécessite une carte mère spécifique.
    Autant dans le monde du pc, ça ne me dérange pas trop, mais juste pour un telephone et l’utilité du telephone, je trouve ça useless.

    • GiacGiac

      Avec les SoC, le problème du « contrôleur principal » présent dans le monde PC disparait puisque la puce comprend le CPU, les contrôleurs, le GPU, les chipsets de connectivité (USB, WIFI, télécom etc.)

  • Provoc

    J’ai également des gros doute quand ou succès de ce produit.
    Par contre, si un jours un nouveau type de PC sortirait avec la même architecture et la même facilité pour changer chaque élément, cela rendrai encore plus l’informatique grand public (même Hardware). Et pourrai relancer le PC.
    Plusieurs projet de ce type ont été présenté dans les année 90, malheureusement aucun n’a vu le jour.

    • l33s4m4

      Il y aurait d’énormes problèmes de compatibilité entre 2 générations et le software devrait supporter ça, ce qui veut dire qu’il faudrait constamment qu’il soit opérationnel
      A priori tu me dira que sur un ordi le software n’est pas un si gros problème que ça, mais il y en a un énorme sur le hardware: le refroidissement

      • Provoc

        Windows permet déjà de reconnaitre un très grand nombre de cartes différentes. Tout en permettant un évolution hardware sur plusieurs années. Dans le pire des cas une MAJ via drivers reste assez simple.
        Après les problèmes de refroidissement sont à prévoir dans l’architecture initial du projet. Ou chaque carte ajoutable aura un design tenant compte de ses besoins en refroidissement.
        Enfin la compatibilité dans le temps reste envisageable, si ses « fameux » boitiers se base sur une « colonne vertébrale » ayant des bus de communication partagé de plusieurs dizaine de Gbits. Auquel, on connecte les différentes cartes d’extention dont on a besoin.
        C’est vrai, que pour une personne initié monter ou faire évoluer son PC reste relativement simple. Mais le projet ci-dessus donnerai tous son sens au plug and play. Sans doute un doux rêve…

        • l33s4m4

          Oui mais il faudrait alors que les ordis tournent sous un système en particulier.
          Quand je parlais de problème de compatibilité entre 2 générations je voulais surtout parler d’un changement de processeur par exemple (donc hardware), où dans ce cas les connecteur sont exprès changés dans l’optique de fournir de meilleurs performances. Un boitier normalisé deviendrai quasiment inutile alors.
          C’est pas vraiment la même sur les ordi actuels parce que tu peux conserver certaines anciennes pièces. Là, normaliser la connectique des ordinateurs n’a pas le même sens que pour les portables, où ont te vend appareil photo, lecteur d’empreintes, double sim… dont tu n’as pas forcément besoin
          Sur un ordi tout le monde a besoin d’un processeur (qui fait occasionnellement carte graphique pour les mac), carte graphique, carte mère, ram, disque dur. Mais tu fais déjà ton choix
          Normaliser l’ordi c’est le limiter à mes yeux et ça a plus tendance à me faire peur qu’à me faire rêver, parce que c’est le genre de chose qu’une compagnie ne se gènera pas de faire rien que pour avoir plus de fric
          Et pour le refroidissement, vu que l’architecture serait unique il faudrait que le refroidissement soit un circuit fermé (de préférence pour éviter la poussière) donc watercooling (de préférence pour éviter la poussière encore une fois) et du coup il faudrait aussi prendre ça en compte et encore une fois entre deux générations (de RAM par exemple) la connectique change et ça te fou un bordel monstre…

          Un portable modulaire oui, à fond, je pourrais enlever tous ces gadgets inutiles et mettre plus de batterie ou de ram
          Un ordi modulaire bof, vraiment bof, ça me donne pas envie

        • l33s4m4

          En gros tu aurais toujours des générations (mois plutôt) de retard sur un vrai ordi, ou ils décideraient de sortir le tout en même temps, ce qui ralentirait tout le monde :/
          l’ordi modulaire serait une évolution de la console et non celle d’un ordi

  • Ames

    Avec du public peu réceptif à l’évolution, c’est sur que ce n’est pas pour demain le changement. Car oui, ce concept est l’avenir du smartphone. Peu être pas tel qu’il est en l’état, mais c’est l’avenir. A ne réfléchir qu’à l’instant présent, les marques actuelles ont encore un joli avenir devant eux avec la conception actuelle des terminaux. Car ce qui fait que ça change, ce n’ai plus ce que les marques proposent, mais ce que les clients veulent. Et aujourd’hui, les acheteurs potentiels de smartphone on une image bien défini de ce que doit être un smartphone, et le projet Ara ne réponds pas à ces exigences, du moins sur la population des pays développés. Google l’a compris et il souhaite amené comme il se doit ce projet avant tout dans les pays émergent, avec un coût le plus réduit possible pour le lancement des premier terminaux (l’objectif étant de fournir des smartphone aux alentours de 50$). Aborder d’une manière différente la présentation d’un nouveau concept, qui habituellement ce fait par du très haut gamme, très cher, accessible à peu de personne. Ce projet va plus loin, plus loin que le simple coté modulaire dans l’optique de l’évolutivité matériel.

  • pipoux

    Si ca peut permettre de choisir une batterie plus épaisse (alors que tous les fabricants cherchent à faire des téléphones de plus en plus fin,) quitte à avoir un téléphone qui dépasse le cm d’épaisseur pour avoir une autonomie de 3-4 jours par exemple ou de ne pas choisir le lecteur d’empreinte digitale que tous les fabricants essaient de nous refourguer alors que ça sert à rien, pourquoi pas. (a part marraine des prix élevés). ET peut être que les fabricants de téléphone verront que le poids et l’épaisseur on s’en fout, alors que l’autonomie c’est plus important, que le capteur d’empreinte ou le cardiofréquencemètre çà ne sert à rien alors qu’on, veut un lecteur micro-sd et une batterie amovible

    • Moi

      Toi tu parles d’Apple :p

  • GiacGiac

    Je ne comprends pas trop comment l’optimisation des periphs peut devenir un problème, dans le monde des PC, on a les drivers, pour quoi pas sur ce projet?

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Quel smartphone Honor offrir pour Noël ?

Bien que récente en France, la marque Honor propose une gamme très complète de smartphones. Budget, fiche technique, avantages et inconvénients… Difficile de s’y retrouver. Nous avons donc conçu un petit guide pour vous aider à trouver le smartphone Honor qui vous convient et que vous pourrez offrir à Noël !