Free Mobile pourrait débarquer en Belgique et casser les prix

Free Mobile pourrait devenir le quatrième grand opérateur en Belgique et venir bouleverser les prix de ce marché comme il l’a fait en France en 2012. Alexander De Croo, le ministre en charge des questions liées aux télécoms, a ouvert la porte à l’entrée d’un nouvel acteur majeur de l’industrie pour venir concurrencer Proximus, Telenet et Orange. Après l’Italie, Iliad et Xavier Niel, qui avaient déjà essayé d’entrer sur le marché belge en 2015, pourraient sauter sur l’opportunité. 

free mobile belgique orange

 

Et si Free Mobile venait semer la pagaille sur le marché belge ? Une possibilité évoquée par le média local L’Echo, qui rapporte qu’Alexander De Croo, ministre fédéral de la Coopération au développement, de l’Agenda numérique, des Télécommunications et de la Poste, s’est montré favorable à l’arrivée d’un 4ème opérateur majeur en Belgique. Pour l’instant, ils sont 3 groupes à disposer de leur propre réseau : Proximus, Telenet et Orange.

Pour L’Echo, une des pistes les plus crédibles mène directement à Free, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, sa maison-mère Iliad affiche de grandes ambitions à l’international. On l’a vu récemment avec la création d’Iliad Italia, qui a lancé un forfait 4G+ 30 Go à 5,99 euros à vie en Italie fin mai 2018. Quelques mois plus tôt, en décembre 2017, on apprenait que Free rachetait l’opérateur irlandais Eir. En 2014, Free avait même présenté un projet d’offre pour le rachat de T-Mobile, aux États-Unis. Mais le négociations n’avaient pas abouti avec Deutsche Telekom, alors propriétaire de l’opérateur. Mais on comprend bien que Free ne compte pas se cantonner à la France.

Free Mobile : une arrivée en Belgique pour concurrencer Proximus, Telenet et Orange ?

Autre argument avancé par le média belge, Iliad s’est déjà intéressé de près au marché belge. En octobre 2017, Xavier Niel avait déclaré qu’il s’était penché en 2015 sur le rachat de Base. Mais il avait finalement dû se résigner car KPN, l’ancien propriétaire, avait alors une préférence pour Telenet, qui avait gagné le gros lot. Maintenant qu’une nouvelle porte s’ouvre, Free pourrait sauter sur l’occasion. « Le régulateur dit effectivement avoir reçu une marque d’intérêt d’un acteur européen », a confié Alexander De Croo.

Une idée qui n’enchante bien sûr guère Proximus, Telenet et Orange, qui ont tout à y perdre. « On risque un effet de distorsion du marché qui entraînerait un ralentissement des investissements en infrastructure et en innovation et qui aurait inévitablement un impact sur l’emploi », a réagi Proximus. « Si ces investissements doivent être réduits, c’est au final le consommateur qui en sera victime, car la haute qualité des réseaux en Belgique sera détériorée », estime Telenet. Quant à Orange Belgium, il assure qu’il y a « assez de concurrence sur le marché » aujourd’hui.

Paradoxalement, en France, la tendance est inversée. Depuis l’arrivée de Free Mobile en 2012, nous sommes sur un marché à 4 opérateurs, qui est aujourd’hui remis en cause. Bouygues a fait une offre de rachat pour SFR à Altice, qui n’a pas donné suite pour le moment. Patrick Drahi réclamerait 24 milliards d’euros (9 milliards d’euros + 15 milliards d’euros de dettes) pour boucler l’opération. D’après une étude Arthur D. Little pour la Fédération Françaises des Télécoms (FFT), les forfaits smartphones en France sont les moins chers du monde grâce à Free Mobile. Les Belges pourront-ils prochainement profiter eux aussi d’abonnements moins chers ?

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Free : les débits Netflix ne progressent plus en juin 2018

 Les débits Netflix chez Free ont très légèrement reculé en juin 2018 après plusieurs mois d’une hausse spectaculaire. Il faut dire que l’opérateur de Xavier Niel partait de très loin, avec des débits proches du ridicules fin 2017 et début…