DAS : les constructeurs nous mentent sur les ondes de smartphones !

Maj. le 3 février 2017 à 13 h 02 min

Vous souvenez-vous du Dieselgate de Volkswagen ? Nous pourrions avoir aussi droit à notre scandale dans la téléphonie mobile. En effet, selon une enquête de certaines organisations et d’experts, les tests effectués par les constructeurs pour déterminer le DAS ne sont pas fiables. L’exposition réelle aux ondes de smartphones serait bien plus importante que celle annoncée par les marques.

das constructeurs mentent

Les smartphones sont des outils fabuleux mais les ondes qu’ils émettent peuvent avoir une incidence sur notre santé. C’est en tout cas ce qu’estime l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) qui a classé les radiofréquences de téléphones mobiles comme « peut-être cancérogènes pour l’homme ».

De son côté l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a estimé suite à un rapport de juillet 2016 que les ondes ont « des effets possibles sur les fonctions cognitives et le bien-être » des plus jeunes.

Les organisations officielles admettent pour le moment ne pas avoir assez de recul sur l’impact des ondes sur la santé pour donner un avis tranchant. Néanmoins, cela n’empêche pas d’imposer certaines règles. C’est pour cette raison que lorsqu’ils créent leurs smartphones, les constructeurs doivent effectuer une série de tests relatifs à l’exposition aux ondes.

Ce niveau d’exposition est appelé DAS et les constructeurs sont obligés de le noter dans les caractéristiques de leur smartphone. En Europe, une réglementation de 1999 a fixé la valeur à ne pas dépasser à 2 W/kg pour l’exposition au niveau de la tête et du tronc et à 4 W/kg pour les membres. Si ces normes ne sont pas respectées, alors les smartphones ne peuvent pas être mis sur le marché.

On entend souvent le discours des détracteurs des smartphones chinois mettre en avant ce problème de DAS. Mais s’ils sont mis sur le marché européen, c’est qu’ils ont respecté les normes d’exposition aux ondes. La provenance des modèles n’est pas vraiment le problème finalement.

Santé : finalement les ondes de nos smartphones favoriseraient bien les cancers !

Des tests qui n’ont rien à voir avec la réalité

Le vrai problème vient des conditions de tests effectués par les constructeurs. Plusieurs organisations anti-ondes avec l’aide d’experts du domaine viennent de démontrer que les constructeurs nous mentaient. Plus précisément, c’est le système entier de tests qui n’est absolument pas au point et qui est complètement éloigné de la réalité.

Ainsi, comme le rapporte Le Monde, les fabricants de smartphones respectent bien les normes en vigueur en Europe, mais uniquement lorsque l’appareil n’est pas au contact du corps. En effet, pour que leurs terminaux soient certifiés, les marques font des tests en laboratoire. Mais les conditions de tests sont complètement faussées.

ondes smartphone mensonge

Au niveau de la tête, il est obligatoire de coller le smartphone à l’oreille pour effectuer les tests, ce qui est fait par les différents constructeurs (c’est obligatoire). En revanche, pour les ondes émises au niveau du corps, la réglèmentation laisse une totale liberté aux industriels quant à la distance à laquelle est placé le smartphone. Pour faire simple, les marques peuvent placer le smartphone à 3 mètres (c’est volontairement exagéré) de l’utilisateur pour leurs tests et dire que le DAS est dans les clous.

Ainsi, à l’exception de modèles très récents pour lesquelles la distance a été raccourcie, cette dernière était d’environ 15mm avec un maximum de 25mm. Mais ce sont précisément ces quelques millimètres qui posent problèmes. Car ils ne correspondent pas à un usage réel.

Par exemple un smartphone dans la poche d’une chemise, d’un pantalon ou d’une veste est quasiment collé au corps et est donc bien plus proche que ne l’exigent les tests. Il est quasiment en contact direct avec la peau. Et c’est aussi valable lorsque le smartphone est en veille puisque lorsque l’utilisateur ne téléphone pas le smartphone reste tout de même connecté et émet donc des ondes.

La loi sur les ondes de nos smartphones et tablettes a été votée, voici ce qu’elle prévoit

Doit-on s’attendre à un « phonegate » ?

Ces révélations viennent confirmer un précédent rapport de l’ANFR (Agence nationale des fréquences) rapporté dans l’avis de l’Anses en juillet 2016. En effectuant ses propres tests, tests qui correspondent à un usage réel du smartphone au quotidien, l’ANFR a établi que « 89% des téléphones mesurés présentaient un DAS supérieur à 2 W/kg et 25% un DAS supérieur à 4 W/kg » au niveau du corps. Certains modèles ont même atteint un DAS de 7 W/kg !

Ces risques sanitaires sont bien réels. Si l’OMS n’a pas encore assez de recul pour affirmer que les ondes provoquent des cancers, elle a fait un grand pas en expliquant qu’elles pouvaient en provoquer. Les ondes de smartphones doivent donc être prises au sérieux.

DAS smartphones

Par ailleurs, si les constructeurs sont condamnables pour leurs pratiques, les règlementations européennes doivent être revues. Visiblement, accorder une certaine confiance aux constructeurs est une grave erreur puisqu’ils s’engouffrent dans la brèche de l’immoralité.

Ces révélations ne sont pas sans rappeler le « dieselgate » dont Volkswagen a fait les frais. Là encore les conditions de tests étaient en cause. Il est fort possible que les risques sanitaires liés à l’exposition aux ondes devraient faire s’éveiller les consciences.

A moins que tout ceci ne tombe aux oubliettes. On se souvient des consommateurs émus et indignés par le processus de fabrication d’un smartphone tant dans les mines africaines (pour les minerais nécessaires à la fabrication des batteries) ou par les conditions de travail dans les usines chinoises.

C’est l’émission Cash Investigation qui avait mis en lumière les dessous de la fabrication des smartphones. Cette indignation n’aura duré qu’un temps, celui de s’émouvoir sur les réseaux sociaux, et de se donner bonne conscience.

Aujourd’hui les constructeurs vendent toujours plus de smartphones et le seul modèle équitable respectant l’environnement et l’humain, le Fairphone 2, est loin de se vendre par palettes. Voyons si le fait d’avoir sa propre santé en jeu va faire réagir les utilisateurs.

DAS : les smartphones avec le meilleur et le pire débit d’absorption spécifique

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Que risque votre smartphone s’il reste exposé au soleil ?

Oublier son smartphone au soleil, c’est vraiment la loose. Pour vous convaincre qu’il faut être vigilant, particulièrement en ces temps de grande chaleur, voici un rappel des risques encourus par votre smartphone s’il reste exposé au soleil.