Apple Pay débarque en France, et tout le monde s’en fout

Apple Pay débarque en France aujourd’hui. Le service de paiement sans contact de la firme de Cupertino a mis du temps à arriver mais il est là. Le problème, c’est que deux groupes bancaires seulement ont décidé de jouer le jeu. Finalement, tout le monde s’en fout d’Apple Pay.

apple pay jamais utilise

« Il était temps ! » dirons les utilisateurs d’iPhone. Apple Pay est enfin arrivé en France. L’Hexagone ne figure pas parmi les premiers pays à profiter du système de paiement mobile d’Apple. La Grande Bretagne par exemple en profite depuis un petit moment tout comme les Etats-Unis qui l’utilisent depuis son lancement.

En France les débuts sont toutefois timides. La BPCE (Caisse d’Epargne et Banque Populaire) et Carrefour Banque sont les seules à s’être engagées avec la firme de Cupertino. Pour faire simple, seuls les clients de ces banques peuvent utiliser Apple Pay. Pourtant, lors de son annonce le système de paiement avait fait grand bruit. Hélas, à l’heure de sa sortie, tout le monde s’en fout. Plusieurs raisons expliquent cette réticence.

La question de la sécurité

Le principe d’Apple Pay se veut simple : grâce au lecteur d’empreinte de l’iPhone et après avoir enregistré un moyen de paiement dans le système, il est possible de régler ses achats en ligne mais également en boutiques physique grâce à son smartphone. Apple explique que la sécurité du lecteur d’empreinte est nettement supérieure à un code de carte bancaire.

Malgré ce discours, les utilisateurs sont réticents. D’abord parce qu’il est tout à fait possible pour quelques petits malins de pirater un lecteur d’empreinte. Certains y sont déjà parvenus avec des moyens très simples. Ensuite, parce que dès qu’il y a de la technologie et une connexion au réseau il y a un potentiel risque de hack.

hacker profession 90000 euros mois spams

Nous les français, nous sommes plutôt proches de notre portefeuille, il ne faut pas trop y toucher. Les systèmes de paiement via le NFC, nous les regardons avec méfiance. Car le problème de cette méthode de paiement c’est qu’il y a forcément un trajet entre le smartphone et l’appareil récepteur du signal. Même si le laps de temps est extrêmement court, qui dit transfert de données dit risque de vol de ces données.

Le manque de partenariats

Comme nous l’expliquions plus haut, la BPCE et Carrefour Banque sont les deux seules banques à avoir adopté Apple Pay pour son lancement en France. Des géants comme BNP Paribas, la Société Générale, le Crédit Agricole, HSBC et d’autres ne se sont pas lancés dans l’aventure.

Le problème vient principalement du commissionnement pris sur les transactions par Apple. La firme de Cupertino prélèverait 5 cents pour une transaction de 50 euros. La banque, elle, touche 10 cents par transaction de ce même montant. Les banques ne se sont donc pas montrées prêtes à investir dans ce projet.

tim-cook-apple-fbi-interview

Cette réticence est d’autant plus importante que peu de commerçants sont à ce jour équipés d’appareils compatibles. Si les clients ont Apple Pay encore faut-il que les enseignes disposent d’un terminal de paiement adapté. Et ce n’est pas souvent le cas car Apple Pay nécessite un processus bien particulier.

BPCE et Carrefour Banque c’est au maximum 2 millions de clients potentiels pour les commerçants équipés d’Apple Pay. En supposant qu’ils soient tous équipés d’un iPhone, qu’ils aient des cartes bancaires Visa ou Master Card et qu’ils utilisent Apple Pay.

L’investissement pour les commerçants semble peu recommandé pour le moment d’autant que Samsung propose par exemple un système prenant en charge les terminaux déjà en place. Si c’est pour jouer le jeu du paiement mobile autant se tourner vers le coréen.

Une question d’habitudes

Aujourd’hui, si vous changez de carte bancaire, votre banque vous proposera certainement une carte équipée du paiement sans contact. Clairement, il s’agit du même principe qu’Apple Pay à ceci près que vous n’avez aucun moyen sécurisé de protéger le paiement.

Finalement, tout ceci ne semble être qu’une question d’habitudes. Pour l’heure, le paiement mobile n’est pas assez répandu pour séduire les masses. Les commerçants sont peu équipés, les banques ne jouent pas le jeu. Le consommateur s’est habitué à utiliser principalement deux moyens de paiement : la carte bancaire et les espèces.

Le-paiement-NFC-par-carte-bancaire

La France est l’un des pays d’Europe où l’on utilise encore beaucoup les espèces. Le chèque est quant à lui de moins en moins répandu. Alors sortir un billet ou sa carte bancaire de sa poche est devenu presque un réflexe.

Un smartphone est toujours dans la poche c’est vrai, mais l’intérêt de le sortir pour payer plutôt que sa carte bancaire ou ses espèces est loin d’être évident. C’est un risque supplémentaire de le faire tomber, de le casser, ou de se le faire voler. Alors Apple Pay est là oui, c’est bien pour Apple. Mais tout le monde s’en fout, et les choses ne changeront pas de si tôt. Et ce n’est pas non plus Android Pay qui changera la donne.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
eSIM : qu’est-ce que c’est et à quoi ça sert ?

L’eSIM est programmée pour supplanter les cartes SIM. Mais de quoi s’agit-il véritablement, et pourquoi c’est un enjeu important ? Dans ce dossier, nous vous expliquons précisément ce qu’est l’eSIM et pourquoi constructeurs, opérateurs, et clients ont intérêt à adopter…

Que risque votre smartphone s’il reste exposé au soleil ?

Oublier son smartphone au soleil, c’est vraiment la loose. Pour vous convaincre qu’il faut être vigilant, particulièrement en ces temps de grande chaleur, voici un rappel des risques encourus par votre smartphone s’il reste exposé au soleil.