Spotify : les utilisateurs se désabonnent en masse, le service perd 1,8 milliard en bourse

 

Neil Young ne pensait certainement pas causer un tel raz-de-marée en retirant sa discographie de Spotify, et pourtant. Quelques jours plus tard, l’action de la plateforme a dégringolé en bourse, et son site est en maintenance constante face à la vague de désabonnement qui sévit parmi les utilisateurs. Si vous avez raté l’info, on vous résume ici tout ce qu’il s’est passé.

spotify hifi lancement
Crédit : Unsplash

C’est probablement la plus grosse actu du week-end. Les derniers jours ont été particulièrement houleux pour Spotify, qui fait face à une polémique qui n’en finit pas d’enfler. En cause : un certain podcast de Joe Rogan, qui n’hésite pas à partager ses opinions pour le moins controversées à propos des vaccins. Plusieurs artistes ont alors retiré leurs morceaux de la plateforme en signe de contestation.

L’affaire aurait pu s’arrêter là, mais de nombreux utilisateurs ont décidé de suivre le mouvement, entraînant des conséquences désastreuses pour le service de streaming. Ce lundi 31 janvier, Spotify n’a pas très bonne mine. Vous n’avez rien suivi de ce qu’il s’est passé ? On vous explique tout dans cet article.

Que s’est-il passé entre Neil Young et Spotify ?

Tout commence en début de semaine dernière. Sur son site, Neil Young publie une lettre adressée à ses éditeurs leur demandant de retirer sa discographie entière de Spotify. « Je prends cette décision parce que Spotify partage de fausses informations à propos des vaccins, pouvant potentiellement causer la mort de ceux qui adhèrent à cette désinformation qu’ils laissent circuler », écrivait-il alors. Quelle mouche a bien pu piquer le musicien canadien ?

Cette mouche, c’est Joe Rogan. Comédien et acteur, il est également l’animateur d’un podcast judicieusement appelé The Joe Rogan Experience. Dans un épisode diffusé sur Spotify, ce dernier invite le médecin Robert Malone, qui en a alors profité pour faire la promotion d’une action anti-vaccin, arguant notamment que la population avait été « hypnotisée » par leur gouvernement.

Spotify lecture aléatoire
Crédit : Unsplash

Un épisode qui n’est donc pas passé inaperçu. Avant même l’annonce de Neil Young, une lettre cette fois signée par 270 docteurs a été publiée en décembre, exigeant que Spotify modère plus efficacement ses contenus. « En autorisant la propagation d’affirmations fausses et socialement préjudiciables, Spotify permet à ses médias hébergés de porter atteinte à la confiance du public dans la recherche scientifique et de semer le doute sur la crédibilité des conseils fondés sur des données offerts par les professionnels de la santé », ont-ils argumenté.

Mais c’est bien le retrait de Neil Young qui a mis le feu aux poudres. Quelques jours plus tard, l’artiste canadienne Joni Mitchell annonce à son tour que ses morceaux ne seront plus hébergés sur Spotify, et ce, malgré la tentative du service d’étouffer l’affaire en déclarant avoir « retiré plus de 20 000 épisodes de podcast en lien avec le COVID depuis le début de la pandémie ». Bien que le service a par le passé répondu favorablement aux requêtes de ses artistes, le podcast de Joe Rogan, lui, est toujours disponible.

Quelles sont les conséquences pour Spotify ?

Un débat déchire alors la communauté musicale. David Draiman, chanteur du groupe Disturbed, déclare : « Je félicite Spotify d’avoir pris la bonne décision, de préserver la liberté d’expression et de ne pas céder à la foule. Je ne suis peut-être pas d’accord avec tout ce que Joe Rogan ou ses invités disent, mais ils ont le droit d’avoir un endroit pour le dire ».

De leur côté, les utilisateurs semblent avoir choisi leur camp. La plateforme subit actuellement une vague de désabonnement sans précédent. L’ampleur du phénomène est telle que le site ne parvient pas à accueillir tous ceux qui souhaitent supprimer leur compte. « Spotify ne permet plus d’annuler son abonnement. Leur service clientèle est complètement débordé. Les personnes demandant à annuler leur abonnement se voient répondre qu’elles ne peuvent pas le faire », explique l’avocat Tristan Snell.

tweet spotify site maintenance

La polémique ne s’arrête pas là. En seulement trois jours, l’action en bourse de Spotify a chuté de 6 %, faisant au passage perdre 2,1 milliards de dollars, soit 1,8 milliard d’euros à la firme suédoise. La veille de l’annonce de Neil Young, la plateforme avait déjà perdu 25 % de sa valeur.

 



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !