Rethink : le programme contre le cyber-harcelement créé par une adolescente de 13 ans

 

Une adolescente de 13 ans à tapé dans l'oeil de Google avec un programme luttant contre le harcèlement sur le web par une méthode de sensibilisation.

google science fair cyber harcelement

A l'age de 13 ans, la jeune américaine Trisha Prabhu est devenue finaliste de le Global Science Fair de Google, le concours scientifique annuel de Google faisant participer des adolescents ayant entre 13 et 18 ans devant présenter un projet “pouvant changer le monde“.

La jeune collégienne veut lutter contre le cyber-harcèlement, pour cela, elle a créé un programme qu'elle a appelé “Rethink”, qui se traduirait “Pensez-y à deux fois”. L'idée qui lui a permis de faire parti des 15 finalistes est simple ; il ne s'agit pas de faire appel à une censure automatisée mais à une auto-censure des personnes s'apprêtant à poster des messages malsains.

La petite fille est partie d'une étude qu'elle a lue et selon laquelle les adolescents publiant des messages haineux ne réalisent pas toujours les conséquences de leur acte car le cortex pré-frontal, responsable de la prise de décision, n'est pas encore développé à leur age. En d'autre terme, ils agissent un peu de manière impulsive.

cyber harcelement google

Ainsi, le but de Rethink est de mettre un frein à ses comportements pour amener ces jeunes à raisonner avant d'agir. Pour y parvenir, le programme commence par analyser les publications des internautes pour y trouver les injures. S'il en trouve, il demande à l'internaute s'il veut vraiment publier un tel message, le poussant à reconsidérer son choix et, si l'on en croit l'étude, à considérer son choix peut-être pour la première fois.

Le programme invite donc à l'internaute à se questionner deux fois mais ne s'arrête pas à un simple message de confirmation. En effet, Rethink invite par exemple la personne s'apprêtant à poster à réfléchir aux conséquences potentielles que pourrait avoir son message sur les personnes visées.

Au delà de la théorie, les premiers tests semblent concluant et il est intéressant de voir combien une méthode douce et non contraignante peut faire changer les choses. Il est intéressant de voir Google encourager ce projet en parallèle de son Project Zero, qui vise aussi à rendre le web plus sûr, mais à un autre niveau. Si Trisha gagne le concours, elle se verra octroyer une bourse de 50 000 dollars pour mener à bien son projet.

 

Via



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
kaspersky smartphone
Kaspersky va lancer un smartphone “impossible à pirater”

Kaspersky Lab est en train de développer un smartphone présenté comme “impossible à pirater”, selon le PDG de la firme Eugène Kaspersky. La firme semble désormais mettre toute son énergie dans de nouvelles initiatives autour de la vie privée et…

top 200 pires mots passe 2020
Voici le top 200 des pires mots de passe de 2020

Le top 200 des pires mots de passe de l’année 2020 est désormais disponible. Comme tous les ans, l’indémodable 123456 arrive en tête du classement. Parmi les thématiques favorites des internautes, on trouve le divertissement, les grossièretés, les prénoms ou les suites de chiffres….

tesla powerwall faille
Tesla : une importante faille de sécurité menace les batteries Powerwall

Des chercheurs en sécurité informatique ont détecté une faille de sécurité importante dans le Tesla Backup Gateway, le système qui gère les connexions au réseau des Powerwall, les batteries de stockage d’énergie domestiques du constructeur. En 2015, Tesla a lancé…

carte sim arnaque
Elle se fait pirater sa carte SIM et perd 17 000 €

Un pirate a réussi à pirater la carte SIM d’une utilisatrice à de multiples reprises, interceptant à sa place les SMS de double authentification. Malgré de nombreuses tentatives pour stopper le processus, le hacker a réussi à voler 17 000…