Mozilla conseille de mettre un mot de passe sur vos sextoys pour la Saint Valentin

Les sextoys et autres objets connectés à caractère romantique ont été passés au peigne fin par Mozilla à l'approche de la Saint-valentin. La fondation alerte les utilisateurs sur les faiblesses de certains de ces objets sur le terrain de la sécurité et de la protection des données personnelles. Elle recommande de choisir des sextoys ayant recours au chiffrement mais aussi d'utiliser des mots de passe renforcés.

Mozilla sextoy

Nous sommes à l'ère du tout connecté et aucun n'objet n'échappe à cette tendance, même pas le sextoys. Il existe sur le marché une myriade d'objets connectés à caractère romantique ou érotique. Mozilla, que l'on sait attaché à la sécurité et à la confidentialité sur Internet, a choisi le contexte de la Saint-valentin pour analyser des produits entrant dans cette catégorie.

Sextoys : Mozilla invite les utilisateurs à protéger leur vie privée

En novembre 2018, Mozilla passait au peigne fin 70 produits grand public : de la Nintendo Switch au Google Home, en passant par des drones et cafetières intelligentes. Le but était de permettre aux consommateurs de savoir quels produits respectaient des caractéristiques de confidentialité jugées suffisantes afin de fonder également leur choix sur ce critère et pas seulement sur le prix ou sur la performance.

La fondation revient à la charger quelques mois plus tard et cette fois-ci en sélectionnant 18 produits parmi lesquels figurent des objets à caractère romantique, dans un contexte marqué par la Saint-valentin. Les tests ont été effectués sur des systèmes de suivi du sommeil, des appareils d'aromathérapie connectés, mais aussi sur des lits intelligents et sur des vibromasseurs.

Ces types d'appareils connectés recueillent, stockent et partagent souvent des données personnelles. Mozilla juge que les “consommateurs sont en droit de savoir si leur tout dernier appareil possède des caractéristiques de confidentialité et de sécurité qui répondent à leurs attentes”.

Il ressort de cette enquête que neuf produits parmi les 18 ne “répondaient pas aux normes minimales de sécurité ou n'étaient pas suffisamment clairs dans leurs politiques de confidentialité“. Parmi ces produits figure un vibromasseur intelligent (We-Vibe Sync) qui  “peut être piraté par des tentatives d'usurpation d'identité“. Mozzilla affirme qu'un autre et vibromasseur connecté (Je Joue Nuo) ne disposait d'aucune aucune politique de confidentialité, ce qui appelle à la plus grande circonspection.

Pour finir, la fondation conseille aux utilisateurs de sextoys et autres objets connectés d'avoir recours au “cryptage [chiffrement, NDLR]“, mais aussi d'utiliser des mots de passe renforcés pour mieux protéger leurs données personnelles.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
kaspersky smartphone
Kaspersky va lancer un smartphone “impossible à pirater”

Kaspersky Lab est en train de développer un smartphone présenté comme “impossible à pirater”, selon le PDG de la firme Eugène Kaspersky. La firme semble désormais mettre toute son énergie dans de nouvelles initiatives autour de la vie privée et…

top 200 pires mots passe 2020
Voici le top 200 des pires mots de passe de 2020

Le top 200 des pires mots de passe de l’année 2020 est désormais disponible. Comme tous les ans, l’indémodable 123456 arrive en tête du classement. Parmi les thématiques favorites des internautes, on trouve le divertissement, les grossièretés, les prénoms ou les suites de chiffres….

tesla powerwall faille
Tesla : une importante faille de sécurité menace les batteries Powerwall

Des chercheurs en sécurité informatique ont détecté une faille de sécurité importante dans le Tesla Backup Gateway, le système qui gère les connexions au réseau des Powerwall, les batteries de stockage d’énergie domestiques du constructeur. En 2015, Tesla a lancé…

carte sim arnaque
Elle se fait pirater sa carte SIM et perd 17 000 €

Un pirate a réussi à pirater la carte SIM d’une utilisatrice à de multiples reprises, interceptant à sa place les SMS de double authentification. Malgré de nombreuses tentatives pour stopper le processus, le hacker a réussi à voler 17 000…