Les enfants chinois n’ont plus le droit de jouer aux jeux vidéo après 22 heures

La Chine a décidé d’interdire aux enfants de jouer à des jeux vidéo après 22 heures et plus de 90 minutes par jour – et établit un plafond pour les microtransactions. Des mesures extrêmes et inédites dans le monde, qui ont force de Loi depuis mardi 5 novembre 2019. Le pays espère ainsi mieux lutter contre l’addiction aux jeux vidéo, la myopie, et les mauvaises notes.

Chine jeux vidéo
Crédits : Phonandroid

La Chine vient d’adopter une législation particulièrement sévère autour des jeux vidéo. Désormais, les moins de 18 ans n’ont le droit de jouer à des jeux vidéo que pendant 90 minutes par jour, avec un couvre-feu passé 22 heures jusqu’à 8 heures du matin le lendemain. Le couvre-feu s’applique 7 jours sur 7 tandis que l’obligation de limiter le temps consacré à des jeux à 90 minutes par jour ne s’applique que du lundi au vendredi. Le weekend, les enfants chinois peuvent jouer au maximum 3 heures par jour.

En plus de ces mesures, ces derniers ont désormais l’obligation de créer des comptes gaming avec leur vrai nom, document d’identification à l’appui. Par ailleurs la loi établit des limites de dépenses pour les DLC est micro-transactions. Il y aura désormais une limite à ne pas dépasser, entre 28$ et 57$ par mois pour les micro-transactions (achats d’objets, de skins et autres lootboxes). Montant ajusté en fonction de l’âge du joueur.

Lutter contre la dépendance aux jeux vidéo, la myopie et les mauvais résultats scolaires

En votant cette législation inédite par son périmètre et ses mesures, la Chine cherche à mieux lutter contre l’addiction aux jeux vidéo : « ces problèmes affectent la santé physique et mentale des mineurs, ainsi que leur apprentissage et vie normale ». Il y a aussi la myopie, dont les jeux sont régulièrement accusés d’être responsables dans le pays. Mais aussi « les mauvais résultats scolaires qui concerne une large frange de la société », comme le rapporte l’organe de presse national chinois cité par le New York Times.

Lire aussi : Jeux vidéo – Microsoft veut en finir avec les insultes en filtrant en temps réel les échanges vocaux

Les éditeurs de jeux vidéo savaient depuis longtemps que le gouvernement chinois allait mettre en place ce type de législation. Certains comme Tencent et Netease ont anticipé l’arrivée de cette loi en mettent en place des limites pour les jeunes utilisateurs. Tandis que d’autres ont mis en place des moyens techniques pour se conformer à la loi. Les jeunes gamers prêts à contourner la loi devraient cependant ne pas avoir trop de problèmes à s'emparer des appareils connectés à l’identification de leurs parents.

Que pensez-vous de cette législation ? Partagez votre avis dans les commentaires !

Source : New York Times



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
OLED : vos cheveux peuvent être recyclés en écrans dernier cri

Des scientifiques australiens ont trouvé une nouvelle méthode pour fabriquer des écrans OLED flexibles : utiliser des cheveux humains. Cette manière de faire peu conventionnelle permet de puiser dans une ressource jusque-là inexploitée. A un cheveu de révolutionner l’industrie. Des scientifiques…

Cette clé USB ne protège pas de la 5G, c’est une arnaque

La 5GbioShield est une clé USB censée protéger l’utilisateur des ondes 5G. Derrière cette affirmation farfelue se cache en réalité une arnaque bien montée par une société britannique. Vendue 315 euros, c’est en réalité un produit à 5 euros. Non,…

Cet appareil à lécher reproduit le goût des aliments vus à la TV

Le Norimaki Synthetiser est un « synthétiseur électronique de goût ». Concrètement, il s’agit d’un appareil à lécher capable de reproduire artificiellement les goûts des aliments et des plats vus à la télévision. Conçue par un chercheur japonais, cette sucette électronique est…

Un GPS précipite une voiture dans le Vieux-Port à Marseille

Un GPS a envoyé une nouvelle voiture dans le Vieux-Port à Marseille. En suivant religieusement le trajet affiché à l’écran, un automobiliste de 56 ans a fini sa course au bout d’une pente de mise à l’eau, quai Marcel Pagnol ….