Cryptomonnaies : les autorités font fermer l’une des plus importantes fermes de minage clandestines

 

Les autorités du Kirghizistan ont récemment fait une jolie découverte. Elles ont en effet mis fin à l’activité d’un groupe de mineurs de cryptomonnaies, qui occupaient illégalement une ferme composée de 2500 rigs. Malgré ses efforts, le pays a bien du mal à contenir l’arrivée massive des mineurs qui fuient les restrictions drastiques de la Chine.

minage bitcoin
Crédits : Jernej Furman via Flickr

Depuis que la Chine a rendu illégal le minage de cryptomonnaies sur son territoire, les concernés cherchent refuge dans les pays d’Asie centrale et du Sud-Est. Avec leurs prix avantageux sur la consommation d’électricité et leur proximité géographique, ces derniers sont devenus le véritable El Dorado du Bitcoin et autres devises virtuelles. La République du Kirghizistan en fait partie et s'efforce depuis de monitorer l’activité de ses chercheurs d’or d’un nouveau genre.

Si dans ce petit pays le minage n’est pas interdit, il est surveillé de près et ceux qui ne se conforment pas aux règles sont traqués et sanctionnés. C’est ainsi que des fermes clandestines sont régulièrement retrouvées et fermées par le Comité d’État pour la sécurité nationale (GKNB). Récemment, ce dernier a fait une très jolie prise. Au terme de son enquête, l’organisme a mis la main sur une ferme secrète composée de 2500 rigs de minage.

Une ferme de 2500 rigs de minage fermée lors d’une opération coup de poing

C’est dans une serre que les mineurs ont décidé d’installer leur équipement. D’après le rapport des autorités, ces dernières ne sont pas de nationalité kirghiz. Leur origine exacte n’a pas été précisée et tous n’ont pas encore été démasqués. Le communiqué indique en revanche que la ferme de minage « a causé des dommages colossaux aux réseaux électriques du Kirghizistan ». Le GKNB cherche désormais à évaluer précisément la perte engendrée par le data center illégal.

Sur le même sujet : Bitcoin — des policiers découvrent une ferme de minage à la place d’un trafic de cannabis

Au Kirghizistan et dans les pays voisins, l’arrivage massif de mineurs de cryptomonnaies a déjà causé des pénuries d’électricité. Une étude d’octobre dernier a révélé que le gouvernement local a augmenté le prix de l’énergie pour les entreprises de minage. Nul doute que ces mesures poussent encore certains à tenter de passer sous le radar.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !