Google a déjoué une campagne de propagation de malware via les extensions Chrome. Plus de 70 extensions ont été supprimées du Chrome Web Store. La plupart prétendent convertir des fichiers ou vous avertir sur la sécurité des sites.

Google Chrome Extension

Les chercheurs de Awake Security ont transmis le mois dernier à Google un rapport de sécurité inquiétant. Un groupe d’acteurs malveillants est en effet parvenu à mettre en ligne plus de 70 extensions malicieuses, qui, sous couvert d’une relative utilité, installent des malware et/ou se comportent comme des spyware.

70+ extensions Chromes supprimées, leurs auteurs restent inconnus

La plupart de ces extensions gratuites donnent l’impression d’avertir les utilisateurs lors de visites sur des sites douteux ou permettent de convertir plus facilement des formats de fichiers. En réalité, elles siphonnent l’historique de recherche et les données qui permettent de s’identifier sur des outils et réseaux professionnels internes.

Ces 70 extensions malveillantes ont été en tout téléchargées plus de 32 millions de fois, ce qui en fait l’une des campagnes malveillantes les plus réussies sur le Chrome Web Store. On ne sait pas exactement qui se cache derrière cette attaque, mais Awake Security révèle que ses auteurs ont mis un point d’honneur à brouiller les pistes.

Ils semblent ainsi avoir jeté leur dévolu sur un petit registrar israélien, Galcomm, chez qui ils ont enregistré plus de 15.000 domaines, tous liés les uns aux autres, et avec des données falsifiées. Tout en usant de diverses techniques pour masquer leur activité malicieuse. De son côté, Galcomm se défend de toute négligence et assure collaborer avec les autorités.

La liste des noms des extensions repérées par Awake Security n’est pas connue – les chercheurs ont néanmoins mis en ligne cette liste : elle rassemble l’identifiant unique de chaque extension. Autrement dit la partie suivante (mise en gras) dans les adresses vers les extensions sur le Chrome Web Store : https://chrome.google.com/webstore/detail/xxxxxxxx/laankejkbhbdhmipfmgcngdelahlfoji?hl=fr.

Lire également : Le malware bancaire Raccoon menace les utilisateurs de Chrome, Firefox et Edge

Cela ne facilite pas hélas la tâche de ceux qui voudront vérifier l’existence ou non d’une extension malicieuse sur leur système, car il manque le développeur associé à chaque identifiant. Pour limiter les risques nous vous recommandons d’éviter les extensions qui ne sont pas éditées par des développeurs de confiance, et n’apportent dans les fait pas d’utilité.



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Fraude à la carte bancaire : le skimming débarque sur le web

La fraude à la carte bancaire évolue. Selon nos confrères du site Ubergizmo, des hackers ont trouvé le moyen d’adapter le skimming, cette technique qui consiste à pirater une carte bleue une fois insérée dans un DAB, pour le web….