App Store : Apple bloque désormais les applications au prix irrationnellement élevé

 

Apple renforce son contrôle sur le prix des applications et rejette celles qui sont jugées trop chères. Cette nouvelle politique s’inscrit dans une lutte plus large contre les arnaques sur l’App Store. Mais certains développeurs légitimes, victimes de cette politique, se plaignent de la subjectivité des avis de l’équipe de validation des applications.

google play apple app store enquete australie
Crédit : Unsplash

L’App Store est le passage obligé pour tous les utilisateurs d’iPhone et d’iPad pour enrichir leur expérience et installer des applications ou des jeux. Et cela ne risque pas de changer, puisque toutes les tentatives pour obliger Apple à proposer des alternatives à sa boutique d’applications ont abouti à un échec. Il faut donc composer avec Apple, que vous soyez consommateur ou développeur.

Lire aussi – iOS 14.5 va renforcer la sécurité des iPhone en rendant quasi impossibles les attaques zéro-clic

La firme de Cupertino est cependant souvent pointée du doigt pour sa gestion trop stricte de l’App Store. Voire dictatoriale. Elle se donne le droit de refuser les applications qui ne respecte pas sa vision. Elle ponctionne une grande part des revenus (la fameuse taxe Apple contre laquelle Epic Games lutte depuis bientôt un an). Elle impose également aux développeurs des changements dans les applications précédemment validées. Le but officiel : pour protéger le consommateur du moindre désagrément. Mais il y a bien d’autres objectifs à cela…

Apple veut identifier les arnaques par le prix

Récemment, Apple a ajouté une nouvelle condition à la validation des applications sur l’App Store : le prix. La firme scrute maintenant le prix des applications et peut désormais rejeter celles qui ont été soumises à validation si elle juge que le prix est « irrationnel ». L’objectif du renforcement du contrôle tarifaire est la lutte contre les « arnaques » (Rip-Off en anglais). Arnaques qui pullulent aussi bien sur l’App Store et sur le Play Store.

L’intention est louable a priori. Mais elle est loin d’être parfaite. Car elle est aussi sujette à un jugement subjectif : les équipes de validation jugent la valeur des applications qui leurs sont soumises. Et plusieurs cas de faux positifs ont en effet été relevés depuis la mise en place de cette nouvelle politique de validation. Un exemple : celui de Kingpin. Il s’agit d’une application pour les paris sportifs. Elle propose des outils et des informations pour les parieurs. Et accéder à ces informations est soumis à un abonnement. 40 dollars pour un mois. 70 dollars pour un trimestre. 100 dollars pour un an. Ca parait beaucoup dit comme ça. Mais le prix d'un quotidien sur les paris sportifs est bien plus élevé.

Apple juge la valeur d'une application… sans l'avoir utilisée

L’application, disponible sur l’App Store et bénéficiant d’une vingtaine de mises à jour cette dernière année, a fait l’objet d’un refus fin 2020. Cause citée dans le mail : « le prix fixé pour l'application ou l'achat intégré ne reflète pas la valeur du service ou du contenu apporté à l’utilisateur ». C’est un jugement implacable. Seule façon d’y remédier : faire appel de cette décision, ce qui n'est pas évident avec Apple, ou baisser le prix et soumettre à nouveau la mise à jour.

Il est évidemment difficile de juger le prix d’un service quand on ne l’utilise pas. Et les faux positifs existent. C’est dommage qu’Apple n’ait pas à coeur de protéger les développeurs légitimes autant qu’elle semble vouloir protéger les consommateurs. Car, sans développeur, pas d’App Store.

Source : 9to5Mac



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !