Amazon voulait lancer des boutiques physiques pour brader ses produits invendus

 

Avant la crise sanitaire mondiale, Amazon avait entrepris le projet de développer un réseau de points de vente physiques pour y vendre ses stocks de produits invendus. Ce réseau se serait composés de magasins permanents, mais également temporaires. Ces boutiques auraient dû vendre des produits électroniques, domestiques, ainsi que des jouets ou des articles de cuisine.

amazon projet outlets
Magasin Amazon Go. Crédit : Unsplash

Amazon fait partie du Top 3 des sites de eCommerce dans le monde. Sa place de leader est contesté par Alibaba, le géant chinois. Cependant, la puissance du mastodonte de Seattle n’est plus à démontrer. Et compte tenu de sa taille et de son offre, Amazon ne peut plus compter sur beaucoup de relais de croissance pour augmenter son chiffre d’affaires. Il y a bien la fourniture de biens digitaux (Prime Video, Prime Music, etc.) ou les services professionnels (Amazon Web Services notamment).

Lire aussi – Amazon refuse de vendre ses eBook aux bibliothèques publiques car ça ne rapporte rien

Cependant, sur son métier historique, Amazon fera difficilement mieux. Sauf à aller vers des circuits de distribution que la firme ne couvre pas encore. Notamment les magasins physiques. Amazon dispose déjà d’un réseau de boutiques, mais ce dernier est relativement limité, vis-à-vis du potentiel. Il comprend des librairies, la boutique automatique Amazon Go, les commerces d’électroniques Amazon 4-Star et les épiceries Amazon Fresh. Soit au total 96 boutiques.

Des outlets pour vendre les invendus qui trainent dans les entrepôts

Il y a un an, Amazon avait l’intention de lancer un nouveau réseau de boutiques. Mais pas n’importe quelle boutique : des outlets. Vous connaissez peut-être le principe, puisqu’il existe aussi en France : ce sont des magasins discount qui vendent des fins de séries à des prix sacrifiés. Le but est triple : vider les entrepôts pour accueillir de nouveaux produits, réduire le volume de produits à détruire tout en baissant le coût de la destruction et valoriser ce stock qui prend la poussière. Petit bonus au passage : les clients sont contents d’avoir fait une bonne affaire.

Selon Bloomberg, Amazon avait donc l’intention de lancer un réseau d’outlets pour y vendre des produits qui trainent dans ces entrepôts. Parmi les catégories, vous retrouvez de l’électronique, de l’équipement de la maison, des jouets, des produits culinaires, etc. Pas de vêtements, afin de réduire les stocks en magasin. Certains de ces magasins auraient dû être permanents, tandis que d’autres auraient dû être éphémères. Bloomberg évoquent même des emplacements sur des parkings.

Malgré l’intérêt industriel et financier, le projet n’a jamais vu le jour. Pourquoi ? À cause de la situation sanitaire, tout simplement. Alors que les boutiques fermaient leurs portes pour faire face à l’épidémie mondiale de COVID-19, Amazon ne se voyait pas inaugurer un réseau physique qui ne pourrait pas accueillir de clients. Toutefois, si le distributeur estime que le modèle est pertinent à l’avenir, il ne fait aucun doute qu’il saisira cette opportunité. Reste à savoir si les industriels verront d’un bon œil l’arrivée de ces invendus dans des centres commerciaux où d’autres enseignes vendent les mêmes produits… au prix fort.

Source : Bloomberg



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !