Amazon refuse de vendre ses eBook aux bibliothèques publiques car ça ne rapporte rien

 

Amazon tient à réaliser un profit maximum sur ses eBook. Les vendre aux bibliothèques ne rentre donc pas dans sa stratégie, puisqu’il est bien plus lucratif de les distribuer directement sur sa plateforme. Autre avantage : s’assurer un quasi-monopole sur le secteur face à une concurrence qui ne fait pas le poids.

Amazon Kindle
Crédits : James Tarbotton/Unsplash

En 2018, 90 % des bibliothèques publiques américaines ont permis l’emprunt d’eBook. Depuis quelques années, ce nouveau format connaît un succès grandissant auprès du public et des établissements les mettant à disposition. L’arrivée de la pandémie de COVID-19 a renforcé cette tendance, les abonnés ne pouvant plus se déplacer pour se procurer une copie physique. Les emprunts d’eBook et de livres audio ont ainsi augmenté de 40 % en 2020.

Difficile de ne pas penser à Amazon quand on pense aux livres digitaux. En lançant ses liseuses Kindle en 2007, le géant de e-commerce a largement contribué à rendre le concept populaire. Tellement populaire, qu’il n’a pas fallu longtemps à la firme pour se lancer dans la publication de ses propres bouquins, de par la marque Audible bien sûr, mais aussi Lake Union ou encore Thomas & Mercer. Aujourd’hui, ce sont plus 10 000 eBook Amazon qui sont disponibles, et bien plus de livres audio. C’est tout autant que la compagnie se refuse à vendre aux bibliothèques publiques.

Sur le même sujet — Amazon possède désormais ses propres avions pour effectuer ses livraisons

Amazon garde jalousement ses eBook pour lui

Pour la plupart des éditeurs, les bibliothèques publiques sont un élément essentiel dans leur stratégie de diffusion des livres. En réalité, Amazon est le seul à les laisser en dehors de ses canaux de distribution. Et pour cause : avec Kindle Unlimited, son offre d’abonnement lancée en 2014, la firme s’est construit sa propre bibliothèque. Pour 9,99 € par mois, les utilisateurs ont accès à plus d’un million de livres, soit un catalogue bien plus conséquent que celui d’une bibliothèque locale.

Bien entendu, Amazon ne se prive pas pour mettre en avant les livres sortis de ses maisons d’édition. En 2020, 6 des 10 eBook les mieux vendus sur Kindle sont des titres estampillés Amazon. Sans compter le programme Kindle Direct Publishing, qui permet aux écrivains anonymes de distribuer leurs écrits de manière complètement indépendante. Selon l’analyse Dan Lubart, la même année, Amazon a fait apparaître 238 de ses livres parmi les best-sellers Kindle, soit 10,9 % de la totalité des titres recensés. Un seul autre éditeur peut se targuer d’être apparu plus de 50 fois.

Sur le même sujet — Amazon va surveiller ses livreurs avec des caméras à intelligence artificielle

Les bibliothèques publiques accusent Amazon de concurrence déloyale

Face au système autosuffisant et à l’influence majeure d’Amazon, les bibliothèques publiques peinent à se maintenir à flot. D’autant que l’achat d’eBook est un réel investissement pour ces établissements. Il faut compter entre 30 € et 60 € pour en acquérir, et parfois jusqu’à 100 € pour les plus populaires. Ils sont ainsi plusieurs bibliothécaires à dénoncer les tarifs trop élevés pour proposer un accès décent à leurs abonnés. En réponse, les éditeurs estiment que des prix plus bas feraient baisser leurs chiffres de vente directe au consommateur.

L’Association des Bibliothèques Américaines a déclaré devant le Congrès que les ventes digitales sont pour elles « le plus grand obstacle » du 21e siècle. Les élus ont déjà proposé des lois obligeant Amazon à vendre ses livres aux établissements publics. Ces dernières sont en cours d’examen au Sénat. De son côté, la firme de Jeff Bezos estime que « le modèle actuel de prêt au sein des bibliothèques digitales [n’] équilibre [pas] équitablement les intérêts des écrivains et des lecteurs ». Michelle Jeske, bibliothécaire à Denver, rétorque que « la société paye un lourd tribut. À combien de plateformes différentes une personne doit-elle s’abonner pour pouvoir lire tout ce qui l’intéresse ? Autrefois, il suffisait d’aller à la bibliothèque ».

Source : The Washington Post



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
  • Huawei Biden
    Huawei se fait éjecter du top 5 des marques de smartphone, les ventes de Xiaomi explosent

    L’institut d’étude Strategy Analytics confirme la sortie de Xiaomi du Top 5 des constructeurs de smartphones. Une sortie qui profite à toutes les autres marques du Top 5. Xiaomi et Vivo en sont les grands gagnants, avec une augmentation de…

  • disque dur
    SSD, disques durs : cette cryptomonnaie en plein boom menace de provoquer des pénuries

    Les mineurs de cryptomonnaies pourraient de nouveau être à l’origine d’une pénurie de composants. Cette fois-ci, ce sont les SSD et HDD qui en seraient victimes. Une nouvelle cryptomonnaie, dénommée Chia, repose en effet sur l’espace de stockage disponible plutôt…

  • accord clima bitcoin
    Bitcoin, Ethereum : un accord mondial pourrait aboutir sur zéro émission de CO2 d’ici 2040

    Des professionnels du Bitcoin, Ethereum et cryptomonnaies sont à la recherche d’un accord pour réduire l’énorme empreinte carbone du secteur. L’objectif est d’arriver des fermes de minages utilisant 100% d’énergies renouvelables d’ici 2030, et d’atteindre 0 émissions de CO2 nettes…

  • signal envoyer cryptomonnaies
    Signal va permettre d’envoyer des cryptomonnaies à vos amis

    Signal développe un système de paiement qui permettra d’envoyer des cryptomonnaies à vos contacts. Sobrement baptisé Signal Payments, cet outil sera dans un premier temps cantonné au transfert d’une seule devise numérique, le MobileCoin. La fonctionnalité est d’ores et déjà disponible en beta…

  • amazon projet outlets
    Amazon voulait lancer des boutiques physiques pour brader ses produits invendus

    Avant la crise sanitaire mondiale, Amazon avait entrepris le projet de développer un réseau de points de vente physiques pour y vendre ses stocks de produits invendus. Ce réseau se serait composés de magasins permanents, mais également temporaires. Ces boutiques…

  • elon musk twitter
    Elon Musk promet d’envoyer la cryptomonnaie Dogecoin sur la lune

    Elon Musk a une nouvelle fois évoqué le Dogecoin, la cryptomonnaie lancée comme une blague, sur Twitter. Cette fois, le fantasque milliardaire s’est engagé à envoyer la devise numérique sur la lune grâce à SpaceX. Comme on pouvait s’y attendre,…

  • bitcoin
    Bitcoin : il se fait voler 600 000 dollars par une application certifiée sur l’App Store

    Une arnaque par une application certifiée Apple qui lui a coûté 600 000 dollars à Phillipe Christodoulou. Celle-ci s’est fait passer pour Trezor, une entreprise légitime qui stocke le portefeuille Bitcoin de ses clients. En rentrant ses identifiants, la victime s’est rendue…

  • paypal bitcoin
    PayPal permet enfin de payer en Bitcoin et cryptomonnaies

    PayPal l’avait promis en début d’année 2021. C’est désormais chose faite. Les utilisateurs américains peuvent dés maintenant régler leurs achats en Bitcoin, en Ethereum ou encore en LiteCoin. Paypal se charge de convertir les cryptomonnaies en dollars américain. Ces devises…

  • visa amex mastercard
    Visa va accepter les paiements en cryptomonnaies, comme Mastercard

    Visa va désormais accepter les paiements réalisés avec des cryptomonnaies. Dans un premier temps, l’émetteur de cartes bancaires va autoriser les transactions en USDC, un stablecoin basé sur le réseau Ethereum. L’annonce a provoqué une nouvelle envolée du cours du Bitcoin, de l’Ether et…

  • lugh stablecoin casino
    Le Groupe Casino lance Lugh, sa première cryptomonnaie adossée à l’euro

    Le Groupe Casino, avec l’aide de plusieurs entreprises comme la Société Générale, lance une nouvelle cryptomonnaie adossée à l’euro et baptisée Lugh. Cette stablecoin sera disponible dans un premier temps sur la plateforme Coinhouse. Comme vous le savez peut-être, les…