Vos smartphones sont capables de détecter des séismes de grande amplitude

Date de dernière mise à jour : le 22 septembre 2016 à 2 h 27 min

Cette découverte remonte à 2013. Deux sismologues de l’Institut National de Géophysique et de Volcanologie en Italie en sont arrivés à la conclusion que les accéléromètres inclus dans nos smartphones pouvaient s’avérer être des capteurs fidèles dans la détection de tremblements de terre.

sismographe accelerometre

Relevé sismique

Qu’est-ce qu’un accéléromètre pour téléphones mobiles ? C’est un capteur intégré trouvant son utilité au cours des mouvements que l’on fait ainsi, l’accéléromètre pourra déterminer si vous tenez votre smartphone à l’envers, sur le côté ou dans l’autre sens et positionnera correctement l’affichage de l’écran selon sa position. Ceux de nos smartphones fonctionnent sur 3 axes. Bien évidemment, il est également capable de mesurer votre vitesse de déplacement.

Il y a deux ans, les scientifiques ont publié une étude intitulée : Can mobile phones be used in strong motion seismology? autrement dit, « Les smartphones ont-ils un intérêt dans la sismologie à grande échelle ? ». Cette étude vient d’être publiée dans le Bulletin of the Seismological Society of America.

accéléromètre

Les différents axes sensoriels d’un accéléromètre

Pour mener à bien leurs recherches, les scientifiques ont utilisé la puce accéléromètre modèle LIS331DLH, figurant notamment dans les iPhone 4 et 5. Après l’avoir posé sur une table vibrante reproduisant des conditions sismiques, ils ont étudié les données relevées avant de les comparer avec celles générées par un véritable sismographe, celui-ci servant de document de référence.

Les remarques réalisées ont été ainsi décrites :

Une fréquence et un temps de réponse excellents, des comportements comparables avec les accéléromètres standards utilisés en sismologie.

De nouvelles méthodes de surveillance

Paradoxalement, la puce ne semble pas capable de détecter des séismes de magnitude 5 et inférieures de plus, pour assurer cette détection des secousses, elle doit se situer dans une zone proche de l’épicentre où le tremblement prend sa source. Ceci dit, les chercheurs anticipent l’avenir et envisagent déjà les accéléromètres de demain.

Actuellement, les smartphones actuels disposent de composants bien plus puissants que ceux se trouvant dans les iPhone 4 et 5 et cette tendance à l’amélioration constante n’est pas prête de se terminer. Ainsi, il est facile d’imaginer pour bientôt des accéléromètres plus sensibles, plus puissants et plus précis.

En ajoutant à cela que les smartphones sont extrêmement répandus et atteignent également les pays émergents, un véritable réseau d’accéléromètres pourrait être mis en place afin de relever les activités sismiques mondiales et permettre de disposer d’une marge de temps supplémentaire pour intervenir en cas d’alerte. Non seulement ce réseau pourrait communiquer les activités géologiques, il pourrait également communiquer les coordonnées GPS et ainsi permettre un suivi précis des secousses.

Par extension, ce réseau de smartphones aux accéléromètres inter-connectés communiquerait des informations en temps réel. Celles-ci seraient transmises à un centre de commandes qui pourrait ensuite procéder en temps et en heure à la mise en place d’un protocole d’évacuation ou de sauvetage et dans l’idéal éviter des catastrophes comme dernièrement au Népal. Resterait à développer les couvertures réseaux d’ici là.

De précédentes études avaient déjà été réalisées à l’université de Californie. Celle-ci mettait en conditions un smartphone sous iOS et un autre sous Android. L’un des résultats avancés à l’issue de cette expérience démontrait que les deux étaient capable de discerner les mouvements, c’est à dire que les accéléromètres savaient faire la différence entre la marche, la course ou des vibrations sismiques.

Plusieurs applications ont depuis été développées, envoyant des SMS ou des notifications permet d’avertir les populations visées par ces séismes. Généralement, c’est le temps qui fait défaut à la survie dans ces conditions, c’est pourquoi l’idée d’un vaste réseau d’accéléromètre par le biais de nos smartphones semble être intéressante. Méfiez-vous toutefois des « détecteurs de séismes » sur le Google Play qui n’utilisent en rien les capacités de l’accéléromètre de votre terminal.

via

   Suivez nous sur Facebook   


Vous aimerez peut être


Réagir à cet article

  • guest.

    Si un jour je suis à proximité de l’épicentre d’un séisme de grande amplitude, je ne crois pas avoir besoin de mon smartphone pour me le signaler…

    • flo #3

      Tu connais notre société … au lieu de fuir il faut prendre un selfie …

      • Valou LeTroll

        « Tr0 swag avec ma gow le sol tremple kiss les followers »