Ce microprocesseur ultra-rapide et économique fonctionne grâce à la lumière

Maj. le 12 avril 2018 à 10 h 55 min

L’informatique pourrait à nouveau être révolutionnée. Google et son ordinateur quantique, le Wi-Fi permettant de voir à travers les murs, le Li-Fi…Ici encore, la lumière joue un rôle primordial dans le développement d’un microprocesseur révolutionnaire mené par des chercheurs en Californie.

Alors que nous approchons sérieusement de la fin d’année 2015, certaines personnes restent malgré les périodes de fêtes enfermées dans leurs laboratoires afin de développer les technologies de demain. Si nous devions à ce sujet réaliser un bilan des avancées technologiques effectuées cette année, nous pourrions mentionner la sixième génération de processeurs Core Intel baptisée « Skylake ».

Aussi, 2015 dispose encore de quelques tours dans son sac puisque un rapport présente les travaux actuels de chercheurs de l’Université de Boulder (Colorado) en partenariat avec l’Université de Berkeley (Californie) et le M.I.T. Ceux-ci ont mis au point un microprocesseur ayant recours à la lumière afin de transmettre les informations à très haute vitesse – car finalement qu’est-ce qui est plus rapide que la lumière ?

Pour acquérir une vitesse folle, il a fallu se modifier les circuits imprimés habituels. Cette technique permet par la même occasion une réduction de la consommation d’énergie et une hausse des vitesses de transfert, ouvrant la marche à de nouvelles alternatives dans l’informatique. L’autre avantage est que les signaux infrarouges (ceux de nos télécommandes) utilisés ne mesurent pas plus d’un micron, permettant une concentration dense des données.

Ainsi, ce système électro-photonique de 3 x 6 millimètres permet de fournir une bande passante de l’ordre de 300 Go / secondes pour chaque millimètre carré de la puce, soit des valeurs 10 à 50 fois plus importantes que les exemplaires intégrés à nos ordinateurs d’aujourd’hui. Elle se compose également de 70 millions de transistors et 850 entrées et sorties optiques pour plus de logique, de rapidité, de mémoire et de polyvalence dans le traitement de l’information.

Il s’agit du premier microprocesseur capable d’employer la lumière et ses photons pour communiquer avec le monde extérieur.(…) aucun autre processeur ne possède d’entrées et sorties photoniques. – Vladimir Stojanovic, professeur-adjoint en ingénierie électrique et informatique

Si tel est le cas, grâce à cette puce première d’une toute nouvelle lignée, le professeur Stojanovic et son équipe vont ouvrir la voie à de nouvelles méthodes de traitement de l’information en apportant une solution face à l’étiolement du développement limitant les capacités informatiques de ces dernières années.

via

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !