Google Maps : non, la Palestine n’a pas été rayée de la carte !

Maj. le 2 avril 2018 à 13 h 39 min

Google Maps fait polémique ces derniers jours sur le web. Google est pris à partie parce que des internautes ont répandu la rumeur selon laquelle l’entreprise avait supprimé la Palestine de son service de cartographie. Mais c’est une erreur, la Palestine n’a pas été rayée de la carte. On vous explique pourquoi.

Google Maps en GPS

Le 3 août dernier, un article du Forum des journalistes palestiniens est publié. Il condamne le « crime » de Google, qui aurait tout simplement décidé de supprimer la Palestine de Google Maps, le 25 juillet dernier.

Cet article a été largement relayé par les médias français d’extrême droite. Sur le web, la nouvelle n’a pas tardé à mettre en émoi tout un pan de la population mondiale. Un hashtag #PalestineIsHere a même été créé sur Twitter où Google s’est d’ailleurs fait incendié pour une prise de position « honteuse » dans le conflit israélo-palestinien.

Mais comme souvent sur le web, on a tendance à voir des gens s’insurger sans vérifier la véracité des sources. Et c’est exactement ce qui est arrivé avec cette affaire Google-Palestine. Car en réalité, la firme de Mountain View n’a jamais supprimé la Palestine de ses cartes.

En réalité, rien n’a changé le 25 juillet. Lorsque l’on tape Palestine dans la barre de recherche de Google Maps, le zoom s’effectue bien sur Israël avec les zones palestiniennes délimitées. Seul le nom « Palestine » n’apparaît pas sur la carte mais il est indiqué sur la gauche de l’écran, comme cela est déjà le cas depuis bien longtemps. Google ajoute même la définition de ce qu’est la Palestine selon Wikipédia :

La Palestine, en forme longue l’État de Palestine, en arabe دولة فلسطين, est un proto-État du Proche-Orient.

Par ailleurs, toutes les villes situées en Palestine sont bien définies comme villes palestiniennes. Hébron est par exemple décrite comme « une ville palestinienne de Cisjordanie ».

Une affaire qui date

Cette affaire remonte en fait à plusieurs mois en arrière. Il y a cinq mois, un certain Zak Martin a lancé une pétition sur le célèbre site Change.org. Cette pétition était intitulée : « Google, place la Palestine sur tes cartes ! ».

Cette pétition, de nombreux journalistes palestiniens l’avaient alors relayée. Elle a connu un succès énorme puisque 250 000 signatures électroniques ont été enregistrées. On pouvait y lire :

Que ce soit intentionnel ou non, Google se fait le complice du gouvernement israélien.

Si cette affaire ne date pas d’hier, il y en a d’autres du même type qui ont déjà frappé Google. Mais par le passé, ce sont les israéliens qui avaient accusé Google d’être pro-palestinien.

En 2013, Google était pro-palestinien

Il y a trois ans, la situation était inversée. Google était pointé du doigt par le gouvernement israélien qui l’accusait d’être pro-palestinien. En cause, la requalification du terme « territoires palestiniens » en « Palestine » dans son moteur de recherche.

La firme de Mountain View s’était à l’époque alignée sur les recommandations de l’ONU qui avait reconnu la Palestine comme Etat observateur non-membre de l’ONU en Novembre 2012.

Finalement, dans toutes ces affaires, Google essaie de ménager la chèvre et le chou. Il délimite bien la Palestine sur son service Google Maps mais n’incruste pas le nom sur le territoire correspondant. La Palestine n’est pas rayée de la carte mais elle n’a pas non plus le même traitement qu’un autre Etat pour ne pas froisser les Israéliens.

Lire également : Trucs et astuces pour bien utiliser Google Maps

Une stratégie qui ne fonctionne pas forcément puisque les internautes continuent de s’insurger. Ces derniers appellent au boycott de Google Maps et invitent les utilisateurs à s’orienter vers des solutions alternatives comme Bing Maps qui lui affiche bien le nom de la Palestine sur la carte.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !