5G : voici à quoi ressembleront les antennes installées partout en ville

Maj. le 7 mars 2018 à 12 h 10 min

La 5G est en préparation dans le monde et en France et les premiers tests commencent à être faits. Plusieurs d’entre eux laissent entendre que les antennes 5G seront en fait de mini-antennes qui seront installées un peu partout dans les villes. Voici à quoi elles ressembleront.

micro antennes 5g

Aujourd’hui, pour nous permettre d’accéder au réseau mobile, les opérateurs utilisent des antennes relais immenses que l’on peut apercevoir de très loin. Ces antennes constituent ce que l’on appelle des macro-réseaux. Pour faire simple, on place une antenne puissante et de longue portée pour arroser un maximum d’utilisateurs à la fois. Leur avantage est qu’elles permettent de toucher à la fois les zones urbaines et rurales.

Mais petit à petit, les opérateurs prennent leur distance avec cette méthode. Avec l’arrivée de la 5G, ils ne jurent que par les small cells, des antennes beaucoup plus petites que l’on peut dissimuler dans un paysage urbain (abris bus, éclairage public, kiosques etc.). Dans le cadre du déploiement de la 5G, ces antennes devraient déployées dans les centre villes très denses car elles présentent de nombreux avantages.

Des expérimentations ont déjà eu lieu à Annecy du 11 janvier au 13 février 2017 nous indiquent nos confrèrent de 01Net. L’ANFR (Agence Nationale des Fréquences), qui a mené ces premières expérimentations sur le réseau 4G d’Orange sur la bande 2600 MHz. Le but était de créer un réseau en centre-ville avec uniquement des micro-antennes dissimulées un peu partout.

Moins d’ondes émises, plus d’autonomie pour nos smartphones

Selon les résultats de cette première expérimentation, utiliser des micro-antennes sera bien plus intéressant pour les utilisateurs. D’abord parce que les émissions d’ondes par nos smartphones seront réduites. En effet, ces petites antennes ont permis de multiplier par 5 les débits montants tout en réduisant la puissance d’émission des smartphones d’un facteur de 2 à 5.

Les utilisateurs sont donc moins exposés aux ondes et comme les smartphones ne recherchent pas sans cesse un signal fort, ils gagnent en autonomie. Concernant les ondes émises par ces petites antennes, lorsque l’on est à proximité, elles ne dépassent pas le niveau d’exposition d’une antenne « classique ». L’ANFR souligne par ailleurs que le niveau moyen d’exposition après l’installation de ces petites antennes supplémentaires n’a pas changé.

Enfin, l’ANFR souligne que l’installation de ces petites antennes est plus rapide. Par ailleurs, comme elles peuvent être confondues dans un paysage urbain (sur des arrêts des bus, des panneaux d’affichage, des stations de métro etc.) elles ne gâchent pas le paysage comme peuvent le faire les antennes relais actuelles.

L’ANFR va désormais lancer des expérimentations complémentaires avec SFR et Bouygues Telecom dans d’autres villes et sur des bandes de fréquences différentes. Si elles confirment les premiers bons résultats obtenus les micro-antennes devraient sans doute faire partie du paysage urbain de nombreuses villes.

Dans le futur pas si lointain, nous aurons donc un réseau mobile constitué d’antennes relais longue portée pour les zones moins denses et rurales, et un réseau de micro-antennes pour les zones urbaines très denses. Les citadins auront plus de chance puisque leurs smartphones auront une meilleure autonomie. Mais d’ici là, de l’eau aura coulé sous les ponts, la 5G n’étant prévue que pour 2020. Enfin, le début de son déploiement.

antenne 5g ville
En haut à gauche une micro-antenne – Crédits : ANFR –

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !