Les voitures électriques sont encore beaucoup trop chères

Les voitures électriques sont encore beaucoup trop chère ce qui freine leur adoption malgré une image très positive. Une étude prédit ainsi que le marché devrait rester marginal à court terme, asphyxié par ces prix trop élevés. L’autre handicap pour leur adoption massive est leur autonomie limitée empirée par des temps de charge très longs. Les auteurs soulignent que pour l’heure passer à l’électrique signifie donc dépenser plus pour quelque chose qui est au final moins pratique. Un problème majeur.

renault twizy
Une Renault Twizy

Une nouvelle étude internationale de l’Observatoire Cetelem de l’automobile / BNP Paribas et Harry Interactive, publiée mardi 25 septembre, prévoit une faible croissance du marchée des voitures électriques à court terme. La voiture électrique serait handicapée par deux freins majeurs à en croire Cetelem : elles sont encore beaucoup trop chères, et n’offrent pas suffisamment d’autonomie. Ce dernier point étant paradoxalement plus d’ordre psychologique puisque les français ne parcourent en moyenne que 50 km par jour avec leur voiture. « Le véhicule électrique est perçu comme une voiture plus chère à l’achat que son équivalent thermique pour 86% des automobilistes dans le monde et 91% des Français », peut-on ainsi lire dans l’étude.

Voitures électriques : c’est encore trop cher

Dans le monde, 30% des personnes seulement seraient prêtes à acheter une « voiture électrique avec moins de 300 km d’autonomie » – un chiffre qui plonge à 13% en France. Pour ne rien arranger, les potentiels acheteurs s’inquiètent du faible nombre de bornes de recharge. Des données qui détonnent pourtant avec la perception des véhicules électriques. Pour 80% des personnes interrogées c’est un véhicule plus « propre », « agréable à conduire » et « renvoyant une image positive et moderne », et qui a un avenir. Le présent, c’est une autre histoire : la part de marché de la voiture électrique est de seulement 0,9% des immatriculations dans le monde, 1% en Europe et 1,3% en France.

D’ici fin 2020, Cetelem ne voit pas sa part de marché dépasser 3% en France. Flavien Neuvy, directeur de l’Observatoire Cetelem, explique à l’AFP : « Les gens se disent que même en faisant des économies à l’usage, avec moins d’entretien, moins de consommation de carburant, ça reste une voiture qui est plus chère avec une autonomie plus limitée. Cela veut dire payer une voiture plus chère pour moins bien. C’est un problème majeur ». Les ventes seraient ainsi condamnées à rester marginales à court terme.

La voiture électrique la moins chère disponible en France est la Renault Twizy disponible à partir de 7950 € +45 euros par mois de location de batterie (80km/h maximum, 100km d’autonomie). Hormis cette exception, il faut débourser entre 20.000 euros et 40.000 euros pour acheter un véhicule électrique neuf (Smart Fortwo Electric Drive, Mitsubishi i-MiEV Electriq, Renault Zoé, Hyundai Ionic… etc.), bien que dans ce cas l’autonomie dépasse généralement les 300 km. Roulez-vous en électrique ? Etes-vous sur le point d’y passer ? Racontez dans les commentaires.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Tesla annonce un mode chien sur ses voitures électriques

Les voitures électriques Tesla vont avoir droit à un « mode chien », devant permettre d’activer la climatisation automatiquement si le système détecte la présence d’un animal dans l’habitacle et qu’il fait trop chaud. Un « mode Sentinelle » pour protéger les véhicules devrait…

Tesla Model 3 : pourquoi l’Autopilot est désactivé en Europe

La Tesla Model 3 est enfin arrivée en Europe ! Les premières livraisons viennent tout juste d’être honorées, mais sans un petit problème : l’Autopilot ne fonctionne pas sur les voitures électriques européennes du groupe, même pour les utilisateurs qui…