La 5G à marche forcée va rendre les smartphones de 2020 plus gros et moches

La 5G arrive dans les smartphones en 2020 que vous en vouliez ou non : Qualcomm a décidé de franchir complètement le pas dès le Snapdragon 865 – un chipset qui requiert un modem 4G et 5G séparé et un set d’antennes spéciales. Le problème, c’est que tout cela prend de la place…

Galaxy S20 Ultra 5G
Un Samsung Galaxy S20 Ultra 5G / Crédits : Phonandroid

Le secteur du smartphone entre, avec les écrans flexibles et l’arrivée de la 5G dans une nouvelle phase d’expérimentations d’usages et de formats. Le smartphone semblait ces dernières années être un produit arrivé à maturité, débouchant sur des appareils qui se ressemblaient presque tous : des rectangles presque entièrement recouverts d’un écran, avec des capteurs photo à l’avant et au dos. Chaque nouvelle innovation, comme les capteurs photo selfies rétractables ou même l’encoche, a fini par être imitée par nombre d’autres constructeurs.

La technologie 5G prend physiquement de la place

Or, on commence à voir sur le marché des produits comme les smartphones pliables, voire même des prototypes de smartphone enroulables. Le set de fonctionnalités reste semblable, même si la technologie évolue. Or, les écrans flexibles ne sont pas encore tout à fait prêts à se généraliser. Mais ce n’est pas le cas de la 5G, qui, elle, arrive sur le marché et devrait se démocratiser en 2020 suite à la décision de Qualcomm de rendre tous ses futurs chipsets compatibles avec la technologie. Le Snapdragon 865 sera donc le premier chipset haut de gamme à proposer la 5G et la 4G par défaut.

Mais le SoC doit pour cela s’accompagner d’un modem séparé Snapdragon X55 pour assurer cette connectivité 4G et 5G. Et en plus de cela, il faut que le constructeur choisisse un design d’antennes, rendu particulièrement complexe par la 5G. Du coup, ces derniers n’ont souvent pas d’autre choix que d’opter pour la solution clé-en-main de Qualcomm. Et cette solution est encore loin d’être parfaite. L’absence d’intégration du modem sur le die du SoC est une première contrainte pour les constructeurs.

Le X55 prend en effet physiquement de la place à l’intérieur des smartphones qui sont aujourd’hui extrêmement fins… sans compter un impact énergétique accru de ce morceau de silicium qui réduit l’autonomie ou force les constructeurs à intégrer de plus grosses batteries. Et il faut ajouter à cela les antennes Qualcomm qui sont assez grosses, et dont le design ne peut pas être facilement modifié par les fabricants. Alors forcément, pour compenser cela, les constructeurs de smartphones de 2020 ne pourront plus intégrer d’innovations surprenantes comme le capteur photo selfie pop-up, par exemple.

Lire également : iPhone 12 – la 5G de Qualcomm rendrait le smartphone trop épais

A la place, à en croire nos confrères d’Android Central, il faut s’attendre à des designs qui reviennent à des concepts plus sages et simples avec écrans poinçonnés à l’avant, et une épaisseur ou taille accrue. Le Realme X50 Pro 5G, le S20 Ultra ou même le futur OnePlus 8 en sont l’illustration. Pour reprendre l’exemple du lineup 2020 de Samsung, si le Galaxy S20 5G est le seul que l’on puisse utiliser d’une main, c’est au prix de l’absence d’antennes mmWave qui permettent de bénéficier de l’essentiel des avantages de la technologie 5G comme le débit et la faible latence.

La 5G suffit-elle, selon-vous, à justifier de renoncer à des innovations comme les caméras escamotables, des designs plus ergonomiques et une autonomie accrue ? Partagez votre avis dans les commentaires.

Source : Android Central



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !