Google représente à lui tout seul 40% de l’empreinte carbone d’internet

Google aussi impacte l’environnement. Un compteur permet de se rendre compte en temps réel à quel point ses émissions de CO2 sont énormes. Chaque jour, ses serveurs sont mis à contribution par les utilisateurs avec environ 3,5 milliards de requêtes effectuées sur son moteur de recherche. Résultat, Google est le plus gros pollueur du web, représentant à lui tout seul 40% de l’empreinte carbone d’internet. 

google co2 pollution

Google présente des statistiques hors du commun. Chaque jour, son moteur de recherche est utilisé afin d’effectuer environ 3,5 milliards de requêtes. Il peut y répondre grâce à ses nombreux et gigantesque datacenters, sans lesquels rien de tout cela ne serait possible. Mais qui consomment énormément d’énergie. Comme le rapporte Quartz, Google représente à lui seul 40% de l’empreinte carbone de l’ensemble d’internet.

Google, le plus gros pollueur du web

Pour qu’on se rende bien compte à quel point Google pollue, la chercheuse et artiste Joana Moll a mis en place un compteur tout simple. Il estime en temps réel la quantité de CO2 émise par l’entreprise depuis l’ouverture de la page. Celui-ci est disponible via ce lien. Une manière pour Moll de dénoncer le fait que « presque personne ne se rappelle qu’internet est fait d’infrastructures physiques interconnectées qui consomment des ressources naturelles« . La dénomination de « cloud » contribue par exemple à cet oubli.

Le compteur est basé sur le fait que Google gère une moyenne de 47 000 requête par seconde, qui génèrent 500 kilogrammes de CO2 dans le même temps, soit près de 0,01 kg par seconde. Les émissions de CO2 de Google pourraient même être ici sous-évaluées car elles se basent sur des chiffres de 2015. Un autre compteur nous apprend quant à lui que 67 000 requêtes par seconde serait plus proche de la vérité. Là encore, on voit en temps réel le nombre de recherches Google effectués depuis l’ouverture de la page.

Selon un porte-parole de Google cité par Quartz, l’utilisation des services de Google pendant un mois équivaut à parcourir 1,6 kilomètre en voiture en termes d’émission de gaz à effet de serre. A priori, internet pouvant nous éviter des trajets dans certaines situations (envoi d’un message, recherches possibles de chez soi…), le bilan n’est tout de même pas totalement négatif. Pour préserver l’environnement, mieux vaut prendre les transports en commun ou le vélo que de se priver de smartphone donc. Même si faire les deux serait encore mieux.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Internet : nous sommes 4,2 milliards d’internautes dans le monde

4,2 milliards d’internautes dans le monde. Nous sommes de plus en plus nombreux à pouvoir accéder à internet, notamment grâce aux smartphones, et cela se ressent dans les chiffres. Premiers bénéficiaires de cette nouvelle audience : les réseaux sociaux comme…